Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Espèces nuisibles : le Conseil d'État sort plusieurs espèces de la liste

Biodiversité  |    |  Laurent Radisson  |  Actu-Environnement.com

Tous n'étaient pas nuisibles. Par une décision du 7 juillet 2021, le Conseil d'État a annulé partiellement l'arrêté ministériel du 3 juillet 2019 qui fixait la liste, les périodes et les modalités de destruction des espèces susceptibles d'occasionner des dégâts (Esod), nouvelle appellation des espèces dites « nuisibles ».

La Haute juridiction administrative sort de la liste :

  • le putois sur tout le territoire,
  • la martre dans l'Ain, la Moselle et les Hautes-Pyrénées,
  • la pie bavarde dans le Loiret et le Val-d'Oise,
  • l'étourneau sansonnet dans la Marne,
  • le renard roux dans les Yvelines, une partie des Vosges, l'Essonne et le Val-d'Oise.

En revanche, le Conseil d'État juge que la fouine et la pie doivent être inscrites sur la liste pour ce qui concerne le Calvados.

Cette décision a été rendue à la demande de plusieurs associations de protection de la nature : Oiseaux-Nature, Rassemblement pour une France sans chasse, France Nature Environnement (FNE), Association pour la protection des animaux sauvages et du patrimoine naturel (Aspas), Ligue pour la protection des oiseaux (LPO). L'arrêté avait aussi été attaqué par la Fédération départementale des chasseurs du Calvados pour des raisons opposées.

« Plusieurs milliers d'animaux sont donc sauvés au moins jusqu'au 30 juin 2022, date du renouvellement du classement des "nuisibles" », se réjouit l'Aspas sur Twitter. « Une victoire en demi-teinte » tempère la LPO. Si l'association se félicite de la décision concernant le putois, espèce inscrite depuis 2017 sur la liste rouge nationale des mammifères menacés, elle l'estime en revanche décevante pour les autres espèces. « Beaucoup trop d'animaux continuent (…) d'être indument tués chaque année en raison de leur classement Esod, dont des centaines de milliers de renards », s'indigne la LPO. L'ONG demande à la ministre de la Transition écologique de fonder le nouvel arrêté triennal, qui doit être signé en 2022, sur des données scientifiques, techniques et économiques.

Réactions5 réactions à cet article

 

Ils auraient du rajouter comme nuisible l'espèce qui foisonne du côté du Faubourg Saint-Honoré, rue de Varenne et Avenue de Ségur.

Sagecol | 09 juillet 2021 à 10h35
 
Signaler un contenu inapproprié
 

J'imagine la joie des lignées de putois réhabilitées à titre posthume.

Tonton Albert | 09 juillet 2021 à 15h55
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bien vu, Tonton Albert !
Nos institutions juridiques y vont tout doucement en matière de réhabilitation des dits "nuisibles". Sans doute redoutent-elles, si elles faisaient réellement droit aux faits objectifs (la caractérisation réelle de la nuisibilité de telle ou telle espèce est toujours une farce grotesque dans les instances préfectorales qui en sont en charge, les fédés de chasse étant généralement incapables d'étayer quoique ce soit en la matière) et donc en mettant un terme au prétendu caractère "nuisible" des espèces qui "jouissent" de ce sinistre et obsolète classement, que certains déséquilibrés dans les campagnes n'aient plus d'autre alternative que de passer leurs nerfs sur les humains. Légaliser le massacre annuel de millions de bêtes permet certainement d'éviter des drames humains ou, tout du moins, de les minimiser.

Pégase | 09 juillet 2021 à 22h33
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Et dire qu'il faudrait s'en contenter! Ces faux nuisibles sont là pour pallier le manque d'autres bêtes à tuer pour les chasseurs, je connais une association de chasse communale qui ne détruit quasiment que des renards , en bordure de forêt d'Orléans: en quoi ces renards sont -ils nuisibles à cet emplacement ? parce qu'ils volent des poules ? mais autrefois on enfermait les poules la nuit et on avait des coqs qui montaient la garde! Si les chasseurs cherchent du gibier ils n'ont qu'à s'entretuer, bon débarras.

gaïa94 | 11 juillet 2021 à 15h48
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Parlons pragmatiquement, pour taquiner : je pense que ma grand mère avait une vision précise du mot "nuisible" quand elle se réveillait le matin et qu'elle voyait son poulailler décimé par une fouine ou un renard. Yakafaucon ramasser les poules? On ne parlait pas de poulailler des villes, circonscrit à 5m², à cette époque. Tout comme je ne savais pas qu'un coq faisait le poids contre ce type de bestiole. ;o)

nimb | 12 juillet 2021 à 09h59
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Qualification OPQIBI : étude de la biodiversité et des écosystèmes OPQIBI