En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Etats généraux de l'alimentation : c'est parti pour cinq mois de travaux

Agroécologie  |    |  Sophie FabrégatActu-Environnement.com

Le Premier ministre Edouard Philippe a lancé, le 20 juillet, les Etats généraux de l'alimentation. Promesse d'Emmanuel Macron, ils visent à assurer une meilleure répartition de la valeur créée, accompagner la transformation des modèles de production et tendre vers une alimentation saine et durable. Les travaux, qui réunissent l'ensemble des parties prenantes, dureront cinq mois et seront organisés en deux temps. De fin août à fin septembre, le premier chantier sera consacré à la création de valeur et à sa répartition. L'un des ateliers portera notamment sur le développement de la bio-économie et de l'économie circulaire. De début octobre à fin novembre, les participants s'attèleront aux problématiques sanitaires et environnementales, dont la transition écologique et solidaire de l'agriculture et la lutte contre le gaspillage alimentaire. Un atelier transversal, organisé de fin août à fin novembre, abordera la question des investissements, accompagnements techniques et recherches nécessaires pour parvenir à une "performance environnementale, sanitaire, sociale et économique".

En parallèle, une consultation publique a été ouverte pour associer les citoyens au débat.

Un rôle limité pour l'Etat et un Agenda des solutions en décembre

Les Etats généraux ont "vocation à être un temps de réflexion partagée et de construction de solutions nouvelles", précise le gouvernement. "L'Etat ne sera qu'une partie prenante parmi d'autres, a insisté le Premier ministre, l'Etat ne doit pas tout faire". A mi-parcours, début octobre, le Président de la République devrait dresser les premières conclusions des travaux. Et d'ici la fin de l'année, les conclusions finales. "L'ensemble des parties prenantes sera invitée à s'engager dans la mise en œuvre de l'agenda des solutions qui s'en dégagera", indique le gouvernement. Des pistes pourront être déclinées dans le programme national de l'alimentation ou celui de la prévention santé.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…