En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Fonds de soutien automobile et aéronautique : 24 projets retenus par le Conseil national de l'industrie

Gouvernance  |    |  Philippe Collet  |  Actu-Environnement.com

Le 14 septembre, le comité exécutif du Conseil national de l'industrie (CNI), a retenu les 24 premiers projets soutenus par les fonds de soutien à la modernisation des filières automobile et aéronautique. La démarche s'inscrit dans le cadre du plan de relance annoncé le 3 septembre, précisent les services du Premier ministre. Ces deux fonds avaient lancé un appel à manifestation d'intérêt (AMI) le 23 juin.

Le fonds de soutien aux investissements de modernisation de la filière automobile est doté de 200 millions d'euros en 2020, et de 600 millions d'euros sur trois ans. Son premier AMI a attiré « plus de 540 projets à haut potentiel ». Les 13 premiers lauréats du fonds se partageront un montant total d'aide de près de 7,5 millions d'euros.

L'essentiel des projets porte sur la modernisation des outils de production d'entreprises du secteur, et en particulier sur la robotisation. Plusieurs lauréats ambitionnent ainsi d'accéder à de nouveaux marchés liés aux véhicules électriques. Un des volets du projet porté par Sifa Technologies (Orléans, Loiret) vise à diminuer l'impact de l'activité sur l'environnement grâce à une segmentation des réseaux de collecte des effluents. Autre exemple : l'entreprise E4V au Mans (Sarthe) veut moderniser son outil de production de batteries lithium-ion-phosphate de fer.

Quant au fonds de modernisation, de diversification et de verdissement des procédés de la filière aéronautique, il est doté de 100 millions d'euros en 2020 et de 300 millions d'euros sur trois ans. Il a retenu onze lauréats, sur 760 dossiers reçus, pour une enveloppe de 7,5 millions d'euros.

Dans ce domaine aussi, l'essentiel des projets porte sur l'acquisition de matériels plus performants et la numérisation des processus. Certains projets comportent des volets environnementaux : l'entreprise Tommasi (Marseille, Bouches-du-Rhône) veut mettre en place un processus de recyclage des copeaux métalliques ; Rabas Protec (Saint-Nazaire, Loire-Atlantique) va installer de nouvelles lignes de traitement de surface plus respectueuses de l'environnement (suppression de l'utilisation de Chrome VI et réduction du besoin en peinture) ; Cimulec (Ennery, Moselle) adopte l'impression numérique additive pour améliorer la performance environnementale et réduire les risques pour la santé des salariés ; ou encore Ventana (Narcastet, Pyrénées-Atlantiques) substituera le sable de fonderie actuel pour réduire les additifs et les déchets de moulage.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager