Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

La France se déclare favorable à un embargo sur les produits dérivés des phoques

Après la Belgique et l'Autriche, la France s'engage à son tour vers un embargo sur les produits dérivés de phoques. Cette décision devrait se traduire par une modification de la réglementation nationale sur la protection des mammifères marins.

Biodiversité  |    |  Florence Roussel  |  Actu-Environnement.com
Relancée par l'ouverture de la chasse au phoque au Canada au début du mois, la polémique sur l'utilité et les conditions de déroulement de cette chasse a connu un nouveau rebondissement : la France semble favorable à l'établissement d'un embargo sur les produits dérivés des phoques. À la demande du Président Jacques Chirac, le Ministère de l'Écologie et du Développement Durable a précisé dans une lettre destinée à la Fondation Brigitte Bardot et au Fonds international pour la protection des animaux (IFAW), que la France envisage de modifier la liste des mammifères marins protégés sur le territoire national pour étendre l'interdiction qui ne concerne actuellement que les phoques de moins de quatre semaines à toutes les classes d'âge.
Pour l'IFAW, cette annonce de la France est un premier pas vers un embargo total sur l'importation des produits dérivés de phoque. Du côté de la Fondation Brigitte Bardot, on attendait cette décision qui représente une grande et belle victoire après 30 années de combat sans relâche.

Cette annonce intervient après que le Parlement autrichien a voté à l'unanimité en faveur d'une interdiction d'importation, de transformation et de distribution de peaux de phoques. Applaudie par l'IFAW, cette décision témoigne d'une volonté des Etats membres de l'Union Européenne de prendre position sur la question. Selon Bernard Derty, porte-parole de IFAW-France, la décision de la France bien que tardive pourrait à terme entraîner le reste de l'Europe et du monde pour que soit mis fin à ce massacre. À ce sujet, le Ministre de l'environnement autrichien, Josef Pröll, a déclaré qu'il travaillerait à la mise en place d'une interdiction d'importation au sein de l'UE. À l'heure actuelle, des embargos existent déjà aux États-Unis, au Mexique, en Belgique et en Croatie. L'Allemagne et désormais la France s'engagent également dans cette voie.

Réactions4 réactions à cet article

 
embargo sur les produits dérivés des phoques"

Ce n'est pas trop tôt

mia | 01 mai 2007 à 21h31
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Ne pas mettre tout les phoques dans le même panier

Je recite mon message ecris à la suite de l'article : L'ouverture de la chasse aux phoques au Canada relance la polémique"

messages
On se s'attaque pas au vrai problème ... - 17/04/2007
Merci pour votre neutralité !
Je suis biologiste et j'ai travaillé quelques années avec le Ministère des Pêches et Océans au Canada et j'ai eu l'occasion de voir le contexte sur place. Il est facile pour des organismes tel le Fonds International pour la Protection des Animaux (IFAW) et la Société Protectrice des Animaux (SPA) de critiquer une tel chose quand on est loin et que l'on ne dispose pas de toutes les informations.
Les populations de phoque du Groenland (une des espèces de phoque chassée au Canada) sont presque à 6 millions d'individus. Ils étaient moins de 2 millions il y a 30 ans. Les populations sont en santé et abondante. La chasse ne met nullement cette espèce en danger.
Il y a des espèces qui sont en train de disparaître (en France aussi ) et qui nécessiteraient peut-être que ces ONG y investissent énergie, temps et argent ! Avis aux bénévoles ...

------

Il ne faut pas confondre les effectifs des populations du Canada (plusieurs millions) et de celles presentes sur le territoire national français (à peine quelques centaines) !

S.V. | 03 mai 2007 à 03h03
 
Signaler un contenu inapproprié
 
phoque ou phoques

moi aussi lors de mes visites à mes amis installés au Québec j'ai pu constater que la question des phoques n'est pas "la disparition de l'espèce" mais la"surpopulation" ...aujourd'hui je vis au Maroc et les phoques moines ne sont pas du tout dans la situation de leurs cousins canadiens!!! il ne faut donc pas de textes généraux mais des études plus complètes sur chaque situation et une information des personnes...

gebe | 03 mai 2007 à 18h46
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:embargo sur les produits dérivés des phoques

bonsoir,
je pense ,pour ma part , qu'il n'est pas raisonable de pratiquer un embargo sur une espèce nullement en danger; voir que c'est même contreproductif d'une part parce qu'on enlève du travail a des populations qui en on besoin et d'autre part que l'on retrouve la notion de khmer-verts qui ferme toute possibilités de débats pour des sujets autrement plus urgents.Pas de sectarisme !
Quand à Mme Bardot ,qui aime bien défendre tout ce qui est "mignon", je ne l'ai guère entendu défendre la vie des thons rouges , des requins et en régle générale de toutes les espèces halieutiques qui ,elles,sont en vrai danger de disparition à cause de la surpêche .
Ce sont les écosystèmes qu'il faut défendre en premier .

kine | 04 mai 2007 à 00h23
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager