En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

La Gironde lance un projet de maîtrise de la consommation d'eau

Eau  |    |  Philippe Collet Actu-Environnement.com

Mardi 2 octobre, le Conseil général de la Gironde a lancé le projet MAC Eau visant la maîtrise de la consommation d'eau. Il a "pour objectif principal de préserver la ressource en eau des nappes profondes, en réduisant les prélèvements majoritaires destinés principalement à la demande en eau potable", explique le département, ajoutant que le projet "souhaite apporter un nouvel éclairage avec la mesure de l'impact d'actions d'économie d'eau potable à l'échelle du territoire de la Gironde, impact sur la consommation et les prélèvements".

Le projet repose sur la mise en place de septembre 2013 à décembre 2014 d'équipements d'économie d'eau : distribution de 80.000 kits hydro-économes à des abonnés volontaires des territoires adhérents à la démarche, installation de 70 récupérateurs d'eau de pluie sur le bassin de la Pimpine, identifié comme pertinent, et mise en place de modulateurs de pression sur le réseau du Syndicat intercommunal d'alimentation en eau potable (SIAEP) du Blayais afin de réduire les risques de casse sur le réseau.

Le Conseil général entend assurer la mesure de l'impact réel sur la consommation et sur les prélèvements et l'amélioration de la connaissance des consommations en eau en Gironde. Un bilan est annoncé pour 2016.

Le budget total du projet est de 1.886.476 euros. Il bénéficie de financements de l'Union européenne à hauteur de 50%, par l'intermédiaire du programme Life+ Environnement, de l'Agence de l'eau Adour-Garonne à hauteur de 20% et du Conseil régional d'Aquitaine à hauteur de 10%. Le complément est apporté par les différents partenaires sur leurs fonds propres.

Réactions3 réactions à cet article

 

Facile plus on consomme et plus on paye, et on pénalise les mauvais usages surtout agricole(culture inadaptées, pollution, système d'arrosage inefficace et obsolète,etc,etc)

lio | 03 octobre 2013 à 10h47
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Il est certain que les nappes du sud-ouest sont surexploitées à ce jour et que bien des usages de l'eau potable sont accessoires et pourraient se faire à partir de ressources alternatives (lavage de voiture, arrosage de jardins, ...). Cependant pour rappel, au niveau national, l'irrigation consomme 70% de l'eau prélevée dans le milieu naturel. Avant de s'attaquer à un besoin vital dont l'élasticité à la capacité de fourniture est relativement faible, il serait temps que la Gironde comme d'autres départements "maïssicole"s'attaque au vrai problème de l'inadéquation des modes de production agricole au contexte local.

FXCLL | 03 octobre 2013 à 11h05
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Ou doter les agriculteurs de système moderne d'irrigation en goute à goute. Si tous les maïssophile du coin passe en goute à goute on gagnera bcp bcp bcp d'eau.
Les stations de lavage de voitures modernes récupère l'eau de pluie et recycle en circuit fermé l'eau de lavage. Il reste 10-20% de perte (complétées par l'eau de pluie) liée à l'évaporation et la rétention sur le sol de l'eau.

Terra | 03 octobre 2013 à 11h53
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager