En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Greenpeace dénonce l'impact environnemental des smartphones

Déchets  |    |  Dorothée Laperche Actu-Environnement.com

"Depuis 2007, environ 968 TWh ont été utilisés pour la fabrication de smartphones. C'est presque autant que l'alimentation annuelle en électricité de l'Inde, qui a utilisé 973 TWh en 2014", dénonce Greenpeace dans un rapport. L'association pointe les impacts de ces appareils sur l'environnement.

Après s'est penchée sur les impacts de l'industrie de l'électronique, Greenpeance met le focus sur les smartphones. Premier constat : en 10 ans leurs ventes sont passées d'environ 120 millions d'unités au niveau mondial à plus de 1,4 milliard. "D'ici 2020, les abonnements smartphones devraient atteindre 6,1 milliards, soit environ 70% de la population mondiale", projette-t-elle.

L'étape la plus émettrice en dioxyde de carbone reste leur fabrication (73%). Viennent ensuite leur usage (19%), leur distribution (6%) et leur gestion en fin de vie (2%). Ces téléphones requièrent notamment un approvisionnement en métaux (157,5 tonnes d'aluminium et 107,3 tonnes de cuivre ou encore 71 tonnes d'Indium depuis 2007), dont des terres rares, et en plastique (67,7 tonnes depuis 2007).

"La recherche de quantités toujours croissantes de ces matières endommage la Terre et pourrait potentiellement conduire à l'épuisement de ces ressources critiques, comme l'indium, estimé à 14 ans d'approvisionnement en restant basé sur les taux actuels d'extraction", note Greenpeace.

Autre impact : leur faible recyclage en fin de vie. Selon l'association, en 2014 moins de 16% de l'ensemble des déchets au niveau mondial étaient recyclés. En cause notamment leur conception qui rend complexe le démontage. Au final, une majorité finit incinérée. "Trois millions de tonnes de déchets ont été générées à partir d'appareils comme les smartphones, pointe Greenpeace. Nous prévoyons que le volume des déchets électroniques global atteindra 48 millions de tonnes chaque année dès 2017. Cela représente un gaspillage massif de ressources et un défi de collecte".

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Dorothée Laperche

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager