En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Un guide pour généraliser les atlas de la biodiversité communale

Biodiversité  |    |  Rachida Boughriet Actu-Environnement.com

La ministre de l'Ecologie Ségolène Royal a appelé le 29 octobre les acteurs locaux à généraliser les atlas de la biodiversité communale (ABC) lancés en 2010 par le ministère. Elle a salué les 300 communes déjà engagées dans cette démarche basée sur la concertation. "Celle-ci vise, d'une part, à sensibiliser les élus et la population aux enjeux liés à la préservation de la biodiversité, d'autre part, à acquérir des connaissances complémentaires afin que la biodiversité soit mieux prise en compte dans les décisions locales", a-t-elle indiqué.

Ces atlas sont prévus dans la feuille de route gouvernementale pour la transition écologique de septembre 2012. Ils sont réalisés à partir d'un inventaire cartographié des habitats naturels, de la faune et de la flore. Chaque atlas est élaboré à l'échelle communale ou intercommunale.

"Avec l'opération « Notre commune sans pesticides - Terre saine », la construction de l'atlas communal de la biodiversité est une démarche indispensable qui donne du sens aux actions de lutte contre les pollutions", estime Mme Royal.

La ministre a présenté un nouveau guide méthodologique, élaboré par les associations France Nature Environnement et Humanité et Biodiversité, qui aide les élus à monter leur projet d'atlas et à le piloter.

Les atlas permettent d'intégrer "ce que l'on appelle les fonctionnalités écologiques", explique le guide. Cela inclut "notamment deux notions complémentaires « fer de lance » de la trame verte et bleue (TVB) à savoir le fonctionnement des habitats naturels et le besoin des espèces à vivre, se déplacer et échanger génétiquement".

Le fonds de dotation pour la biodiversité apporte son concours aux communes impliquées dans un atlas de la biodiversité.

Réactions1 réaction à cet article

 

Ces atlas nécessiteront un personnel non seulement important mais QUALIFIE, le travail est long et fera l'objet de missions a durée déterminées: on ne peut pas employer en CDD des personnes pour ça, à moins de vouloir et pouvoir payer ces emplois non productifs.
L'existence des qualifications requises est loin d'être assurée: être capable d'identifier et COMPTER les individus de TOUTES les éspèces vivantes d'un écosystème est bien difficile......

ami9327 | 03 novembre 2014 à 10h39
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager