Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Hydrogène naturel : de premières demandes de permis de recherche

Energie  |    |  L. Radisson

De plus en plus d'entreprises s'intéressent aux gisements d'hydrogène naturel, dit aussi « hydrogène natif » ou « hydrogène blanc », présent dans le sous-sol. Le ministère de l'Économie soumet ainsi à la consultation du public (1) jusqu'au 25 septembre prochain une demande d'octroi de permis exclusif de recherche d'hydrogène natif, mais aussi de lithium, dans le département du Puy-de-Dôme (permis Vinzelle). Présentée par la société Sudmine, elle porte sur les communes de Vic-le-Comte, Coudes et Parent.

Il ne s'agit pas de la première demande de la sorte. Bercy avait également mis en consultation (2) , fin janvier 2023, une demande de la société TBH2 Aquitaine dans le département des Pyrénées-Atlantiques (permis Sauve Terre H2) portant sur l'hydrogène, mais aussi l'hélium et les substances connexes. Les sociétés 45-8 Grand Rieu et Storengy ont également sollicité, en février 2023, une demande de recherche (3) d'hydrogène et d'éventuelles substances connexes dans le même département (permis de Grand Rieu).

« Des chercheurs français sont très en pointe sur le plan mondial dans ce domaine (…), qui est en fait une branche assez nouvelle des sciences de la Terre. Plusieurs universités dont celles de Grenoble, Lorraine, Paris, Pau, Savoie-Mont-Blanc ainsi que le CNRS, le BRGM et l'Ifpen mènent divers programmes de recherche sur l'hydrogène naturel », précisait, en octobre 2022, le géologue Philippe Dubreuilh. « Grâce à des caractéristiques géologiques favorables et des mesures d'émanations d'hydrogène en surface, ces chercheurs nous indiquent que plusieurs régions en France métropolitaine et en outre-mer seraient susceptibles de receler des ressources en hydrogène naturel : l'Alsace, la Bresse, la Bretagne, la Corse, le Cotentin, le Morvan, la Nouvelle-Calédonie et les piedmonts pyrénéen et alpin », ajoutait le scientifique.

En mai dernier, la société Française de l'énergie (FDE) annoncé la découverte d'importantes concentrations en hydrogène naturel dans le puits de Floschviller (Moselle), quantifiées avec l'université de Lorraine et le CNRS dans le cadre du projet de recherche Regalor. Le pôle de compétitivité Avenia, à travers son programme Earth2, cherche, quant à lui, à rendre visible cette nouvelle filière à travers ses travaux de recherche dans le bassin de Lacq, en Nouvelle-Aquitaine.

L'ordonnance du 13 avril 2022, modifiant les régimes légaux relevant du code minier, a ajouté l'hydrogène natif à la liste des substances minières. Ce qui rend possible, depuis cette date, l'octroi de permis de recherche et d'exploitation de cette ressource énergétique.

1. Accéder à la consultation sur le permis Vinzelle
https://www.economie.gouv.fr/consultation-demande-octroi-permis-exclusif-recherches-mines-lithium-Vinzelle
2. Accéder à la consultation sur le permis Sauve Terre H2
https://www.economie.gouv.fr/consultation-demande-doctroi-permis-exclusif-recherches-mines-hydrogene-natif-helium
3. Consulter l'avis de mise en concurrence
https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000048034773

Réactions2 réactions à cet article

"mais aussi de lithium"... quelle naïveté ! C'est bien de ça qu'il s'agit d'abord, l'hydrogène est un paravent... Quant aux "quantités importantes", une valeur numérique serait peut-être édifiante... Bon, de toute façon, cet hydrogène part vers l'espace : autant le transformer en vapeur d'eau n'est ce pas.

dmg | 06 septembre 2023 à 09h00 Signaler un contenu inapproprié

Un article de Science et Vie évoque à l'origine une recherche d'exploitation de méthane au droit du puits de Floschviller. L'hydrogène serait dissous dans l'eau de la nappe du carbonifère, une teneur de 14% en H2 ayant été relevée à plus de 1000m de profondeur. Il est supposé via modélisation qu'elle serait supérieure à 90% à 3000m, ce qui reste à confirmer avec un forage à réaliser à ces profondeurs. La ressource maximale potentielle serait de 46 millions de tonnes d'hydrogène. La problématique de séparation des gaz dissous n'est que mentionnée dans l'article, le retour énergétique potentiel ou le coût de l'exploitation de ce gaz n'est pas abordé.

Adun | 06 septembre 2023 à 11h38 Signaler un contenu inapproprié

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
Tous les champs sont obligatoires

Partager

Multitec® 540 : analyseur multigaz mobile CH4, CO2, O, H2S, CO SEWERIN
VEGADIF 85 - Capteur de pression différentielle pour tous les produits VEGA