Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Début d'un test d'hydrolienne fluviale à Orléans

Energie  |    |  Philippe Collet  |  Actu-Environnement.com
Environnement & Technique N°342 Cet article a été publié dans Environnement & Technique n°342
[ Plus d'info sur ce numéro | S'abonner à la revue - Se connecter à l'espace abonné ]

   
© Hydroquest
 
   
Mardi 4 novembre, la Ville d'Orléans (45) a annoncé l'arrivée de l'hydrolienne fluviale Hydrofluv qui sera testée sur un site pilote dans la Loire. La ville accueillera ce programme expérimental d'énergie fluviale jusqu'en juin 2016. A ce titre, elle estime être "parmi les premières villes à travers le monde à expérimenter l'énergie de leur fleuve grâce à une hydrolienne".

L'hydrolienne Hydrofluv, développée par Hydroquest, est composée de turbines à axe vertical intégrées dans deux colonnes carénées. L'hydrolienne, d'une largeur de 6 mètres pour une hauteur de 2 mètres, devraient développer une puissance de 30 à 50 kilowatts. Le coût du projet est de 2,46 millions d'euros, dont 50.000 euros de subvention de la mairie d'Orléans.

L'hydrolienne sera implantée quai de la Madeleine, entre le pont Joffre et le pont de l'Europe, un site qui offre une profondeur suffisante et de bonnes conditions de courant avec une vitesse régulière et supérieure à 2 mètres par seconde.

Réactions16 réactions à cet article

 

Si tout vas bien, il faudra compter 80 ans pour avoir un retour sur investissement, continuons a gaspiller l'argent public !

| 06 novembre 2014 à 09h59
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Qui c'est qui a payé pour ce gadget les 2,41 millions d'euros restant ?

Levieux | 06 novembre 2014 à 10h00
 
Signaler un contenu inapproprié
 

30 kW de puissance ? Cela semble un peu faible (= alimentation de 3 habitations !), pour 2,46 millions d'euros d'investissement... il n'y a pas une erreur de zéro ?

philippeb81 | 06 novembre 2014 à 10h04
 
Signaler un contenu inapproprié
 

non non pas d'erreur de 0!!

voici un lien parlant du projet il y a plus d'un an... projet qui a d'ailleurs pris du retard comme d'habitude!

voir l'article de futura-sciences : Greentech : Hydrofluv, une hydrolienne bientôt testée dans la Loire

hornettiste | 06 novembre 2014 à 11h34
 
Signaler un contenu inapproprié
 

L'énergie que l'on peut obtenir avec la simple vitesse du courant d'une rivière ou d'un fleuve est parfaitement dérisoire. Ce n'est même pas la peine d'essayer. Les courants de marées exploitables en France sont beaucoup plus rapides. Il se trouve que nous bénéficions a l'extremité du Cotentin et de la Bretagne de vitesses exceptionnelles parmi les plus grandes au monde.
Au fil de l'eau sur un fleuve on fait des barrages hydroélectrique mais sur la Loire FLEUVE SAUVAGE ce n'est pas possible.
Affirmer qu'il y un débit REGULIER sur la Loire est un gag.

ami9327 | 06 novembre 2014 à 12h49
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Le calcul du ROI sur 80 ans me paraît un peu pessimiste... pour ne pas dire mieux. Estimer que le prix du kWH va rester stable sur les quelques décennies à venir est illusoire.
Par ailleurs le verbe aller se conjugue ainsi (Je vais / Tu vas / Il va ...), quand on voit le niveau d'orthographe de certains, on peut se dire qu'il y a eu pas mal de gaspillage d'argent public dans l'éducation pour parvenir à un tel résultat. Chacun pourrait donc balayer devant sa porte avant de donner des leçons.
Ensuite, on peut parler de gadget en effet avec une bonne dose de mauvaise foi et de mauvais esprit pour parler d'un prototype. Avant de juger une expérimentation, n'est il pas plus opportun d'attendre d'avoir des résultats objectifs et chiffrés ?
Il est vrai que certains endroits en France bénéficient d'un courant plus fort mais ils restent limités. Durant des siècles, la plupart des fleuves et rivières ont été exploitées par des centaines de minoteries flottantes. L'expérimentation et l'évaluation d'une telle technologie me paraît être la bonne démarche.
Pour pouvoir juger de la pertinence d'un investissement, il est peut être nécessaire de le comparer à d'autres dans le même domaine. Combien de milliards ont été engloutis par des expérimentations sur d'autres énergies ?

dreuff | 06 novembre 2014 à 13h37
 
Signaler un contenu inapproprié
 

de dreuff
@ dreuff : Mon calcul est basé sur un prix d'achat en petite hydro, qui n'a rien a voir avec les juteux tarif du PV hihihihi.
Pour le prix du Kwh je suis d'accord : il va augmenter pour tenter de rattraper les niveaux de pix Européens
Mais il y a fort a parier que les prix d'achats aux producteurs ne suivront pas la même courbe.
Remarque déplacée sur les fautes d’orthographe, et qui n'est pas le débat de ce forum.

@philippeb81: La puissance de 30 Kw correspond plutôt a une trentaine de foyers.

| 06 novembre 2014 à 14h42
 
Signaler un contenu inapproprié
 

M. Dreuff, en dépit du fait que je trouve un peu méprisante votre manière de donner votre leçon d'orthographe, je reconnais que oui, l'expérimentation doit pouvoir se faire, et que le coût d'un prototype est naturellement sans commune mesure avec celui qu'engendrerait une filière aboutie.
Je me posais simplement une question de bon sens : y avait-il une erreur de chiffres, ou bien l'article pèche-t-il par imprécision, à savoir que le coût inclut peut-être l'ensemble du programme de recherche et développement ?

philippeb81 | 06 novembre 2014 à 14h49
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@Gé
Mon contrat EDF est de 9 kW, bien sûr que je n'utilise pas tous ces kW tout le temps, et que tout le monde ne tire pas sur le réseau en même temps... mais sur quelle formule vous basez-vous pour écrire que 30 kW = 30 foyers ? Merci pour l'explication !

philippeb81 | 06 novembre 2014 à 14h53
 
Signaler un contenu inapproprié
 

production de 30 KW
En admettant que cette hydrolienne fonctionne 24h/24, 365 jours/an : 30x24x365 = 262800 Kwh
Prenons une consommation annuelle de 20000 Kwh pour un foyer (4 personnes dans une maison de 150 m²)
262800/20000 = 13
Ce qui fait donc 13 foyers

titi48 | 06 novembre 2014 à 16h58
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Ce que je reproche a cette initiative c'est que d'entrée de jeu on sait que l'énergie récupérable est dérisoire et on dépense quand même un fortune pour ça. On a fait jadis des moulins au fil de l'eau donc SANS barrage mais sitôt qu'on a pu avoir une source d'énergie régulière et non limitée ces dispositifs produisant une faible énergie au fonctionnement capricieux ont été délaissés.

ami9327 | 06 novembre 2014 à 22h14
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Le "coût du projet" ne correspond évidemment pas au "prix" de l'électricité produite ! Il est à rapporter "au marché des hydroliennes fluviales" qui est de plus de 10 milliards d'euros (jusqu'à 200 kW/machine, 50 à 200 euros/MWh, données Hydroquest) Les pays où il y a absence de réseau dont plusieurs pays émergents sont en particulier concernés (ou Ukraine avec plus de 22400 rivières répertoriées).

Par ailleurs et parmi d’autres, les travaux des équipes des Pr Albert Sepp et Peter Rutschmann de la Technische Universität München (Département d’Hydraulique et Génie des Ressources en Eau), idem en Norvège etc ont montré avec nombreux exemples, tests en réel et sites à l’appui que l’on peut désormais utiliser plusieurs milliers de chutes, déversoirs, torrents etc en Europe entre autres (dont un millier de sites simplement en Allemagne où l‘on obtient aisément plus de 5kWh par litre seconde donc très bons rendements) sans nuire à l’environnement ni aux paysages et faune dont poissons etc (écoulements et équipement intégrés et cachés) avec un coût inférieur de 30 à 50% aux techniques de turbines et retenues classiques déjà très compétitives et fournir une électricité propre à plus de 200 millions de foyers en Europe.

Energie+ | 07 novembre 2014 à 02h34
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@ titi48 : CQFD, merci de l'avoir fait !

S'il ne faut pas 80 ans pour amortir l'engin, même de la moitié c'est de trop, car ne faut-il pas ajouter l'entretient de l'ensemble ? Et là, à combien va revenir le « machin » ?
Les hydroliennes en mer sont mises en suspens d'installation en Allemagne à cause du coût de liaison au réseau. Et nous ? Nous nous enfonçons dans des constructions que d'autres suspendent pour mieux évaluer la rentabilité !

Les cranes d’œufs ont encore frappé à deux mains !
-
Faire remarquer qu'il y a des fautes d'orthographe est vraiment mal venu ! le principal n'est-il pas de se faire comprendre correctement sans que les internautes qui nous lisent n'aient pas de difficulté à le faire ? Les maîtres Capélo devraient aller sur les sites où ils seront à l'aise.

Maurice | 07 novembre 2014 à 10h03
 
Signaler un contenu inapproprié
 

30 kw pour une machine de cette taille ce n'est pas possible (à moins qu'ils en installent une dizaine en parallèle). D'après les dimensions annoncées, la section d'une turbine est de 2.25m². Comme il y en a 2 cela fait 4.5m² qui turbineraient à 2 m/s donc un débit d'eau de 9 métres cubes par seconde. Au fil de l'eau on ne peut pas récupérer la totalité de l'énergie de vitesse. Une fraction seulement qui dépend de l'efficacité de la turbine. Donc la puissance réelle sera inférieure à l'énergie potentielle de vitesse que contiennent 9000 kg d'eau lancés à 2 m/s. Le calcul fait avec les lois de notre physique donne une énergie de 18000 joules par seconde ou une puissance de 18000 watts ou 18 kw. Il s'agit là d'une puissance maximum dont on ne retire qu'une petite fraction. Ne s'agirait-il pas plutôt de 3 à 5 kw par machine plutôt que 30 à 50?
Du coup le montant du projet me parait délirant à moins qu'il ne s'agisse du projet dans son ensemble qui comporterait plusieurs machines. Dans tous les cas les chiffres annoncés demanderaient à être vérifiés et confirmés. Ils ne semblent pas cohérents.

Energéticien | 08 novembre 2014 à 19h02
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@Energéticien : OUI ! Ce n'est pas cohérent, mais nos crânes d’œufs aux manettes s'en moquent complètement, le principale pour eux est que l'on parle d'eux le plus possible !
Ils s'en moquent, comme le disait le comique : c'est nous qui payons, ou, à vos cassettes disait Jean-Christophe Averty.

Maurice | 11 novembre 2014 à 13h35
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Quoi qu'en dise les détracteurs, c'est une excellente initiative que d'accueillir ce projet novateur et prometteur. Certes l'analyse coûts vs bénéfices (environnement et énergie) se révèlent peu avantageuses mais grâce à ce site "pilote", il sera ensuite possible de faire progresser le fonctionnement et les mécanismes de l'hydrolienne, et ainsi améliorer son potentielle énergétique.
Il faut croire un peu dans la recherche et le développement avant de dire que tout est cher et nul !
A ce titre, je préfère voir partir mes impôts dans ce type de projet plutôt que dans des projets opaques ou foireux sans lendemain !

Bobbycal | 09 décembre 2014 à 16h23
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

SPRING®, panneau solaire hybride producteur d'électricité et d'eau chaude DualSun