En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Une hydrolienne en test dans un fleuve côtier du Morbihan

Energie  |    |  Sophie FabrégatActu-Environnement.com
Une hydrolienne en test dans un fleuve côtier du Morbihan

La société Guinard Energies a mis en test, fin février, une hydrolienne dans la Ria d'Etel, un fleuve côtier du Morbihan. Cette expérimentation se poursuivra jusqu'au mois de mai. Elle vise à évaluer la résistance de la machine, nommée P154 pour son rotor de 1,54 m de diamètre, et la performance du système de conversion électrique. Le technologie employée est une tuyère, censée accélérer de 30 à 40 % la vitesse du courant, et donc augmenter le volume d'électricité produite. L'hydrolienne est raccordée par un câble sous-marin à un conteneur de régulation et de conversion électrique. L'électricité produite sera renvoyée gratuitement sur le réseau.

Le projet MegaWattBlue (...) est déterminant pour le développement de la société Guinard Energies. L'expérimentation menée dans des conditions réelles servira d'exemple pour initier une commercialisation à l'international, qui elle seule sera garante de la pérennité de la société Guinard Energies”, déclare le directeur de la société, Philippe Craneguy.

L'institut de recherche pour l'exploitation de la mer (Ifremer) est associé au projet. Il devra caractériser les écoulements (en amont et en aval) à proximité de la turbine durant des cycles de marée caractéristiques, grâce à des capteurs. “Le bruit ambiant à proximité de l'hydrolienne est mesuré en absence et en présence de la turbine afin de connaître son impact acoustique. Concernant les bio-salissures, différentes peintures de protection sont testées et leurs efficacités sont analysées”, précise l'Institut.

Réactions3 réactions à cet article

 

Le message est bien exact, mais il n'est pas question d’énergie produite, tributaire de la vitesse du courant, qui est fluctuante avec les marées ; pas plus que de cout !
Il serait nécessaire de fournir quelque repères chiffrés afin de se comparer avec le photovoltaïque qui est 3 à 4 fois moins cher que l'hydrolien fluvial ou marin ; ceci afin de bien appréhender si cette filière est d'avenir ou pas .
Par ailleurs la cible potentielle est dans la même zone géographique que le PV, est-ce bien judicieux d'alimenter financièrement cette filière ?

| 05 mars 2019 à 08h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Effectivement il manque quelques chiffres à propos de cette invention qui parait bibliquement simple

"Par ailleurs la cible potentielle est dans la même zone géographique que le PV, est-ce bien judicieux d'alimenter financièrement cette filière ?"

Ça veut dire quoi ?

Sagecol | 05 mars 2019 à 10h22
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Complément de réponse .
La bible a 2500 ans, pourquoi alors, ne l'avoir qu'en 2015 ?
Si la ressource (vitesse des rivières) est trop faible et que le facteur de charge est proche de celui du PV (comme le marin) alors les aides de l'état français doivent aller ailleurs . Et ainsi laisser les industriels rechercher les véritables niches énergétiques qui pourraient rendre cette filière économiquement utile .
Point de salut sans concept " low cost".

jjherou | 05 mars 2019 à 11h22
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…