Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Des jardins-forêts plantés en plein cœur de ville

Après l'essor des jardins partagés pour réintroduire de la nature en ville, une nouvelle tendance émerge dans certaines grandes villes, les jardins-forêts ou micro-forêts. Une tendance portée par un élan citoyen, reportage à Montpellier.

Reportage vidéo  |  Agroécologie  |    |  Baptiste Clarke  |  Actu-Environnement.com
Actu-Environnement Le Mensuel N°411 Cet article a été publié dans Actu-Environnement Le Mensuel n°411
[ Plus d'info sur ce numéro | S'abonner à la revue - Se connecter à l'espace abonné ]

Ce samedi matin-là, il faisait très froid, la végétation au sol était gelée. Gants, écharpes et manteaux bien chauds obligatoires pour les membres de l'association « Réseau des Semeurs de jardins ». Ils se sont réunis dans le quartier Malbosc à Montpellier pour concrétiser un projet de plantation d'un bosquet fruitier en imitant les principes d'une forêt naturelle.

Il s'agit de planter 40 arbres et arbustes sur une parcelle d'environ 200 mètres carrés : beaucoup d'arbres sur une si petite surface. C'est là qu'entre en jeu l'expertise de l'association composée de membres comme Alain Del Vecchio, cofondateur et jardinier expérimenté en permaculture ou May Kobbi, membre de l'association et Docteure en biologie végétale.

Densifier et stratifier la forêt

Car il y a tout un ensemble de paramètres à prendre en compte avant de planter : exposition du soleil, ombrages, écoulements des eaux de pluies, direction des vents, températures, qualité du terrain, zone rocheuse, zone humide, sources de pollution à  proximité…pour finalement choisir les espèces qui vont convenir à tous ces paramètres.

Ensuite, il faut penser à la disposition des arbres et arbustes, pour qu'ils n'entrent pas trop en concurrence mais quand même suffisamment pour doper leur croissance. Certaines espèces doivent être exposées en plein soleil mais peu au vent. D'autres vont préférer l'ombre et la fraîcheur, bref, c'est un véritable casse-tête. Il s'agit de recréer « ce qui se passe naturellement dans une forêt, avec ses différentes strates, mais de façon optimisée sur de petites parcelles », explique May Kobbi. Des arbres hauts, qui vont capter la lumière et des arbres ou arbustes plus petits qui en ont moins besoin.

L'idée d'une telle densité, c'est de protéger au maximum le sol, « plus il sera à l'abris du soleil, mieux il se portera », explique Alain Del Vecchio.  Il sera bien alimenté par le feuillage des arbres et les adventices n'auront pas assez de lumière pour se développer. L'objectif est de planter la plus grande diversité d'espèces possible, essentiellement méditerranéennes, pour en faire une oasis pour les oiseaux, les insectes, les verres de terre…

Rendre la ville moins minérale

L'originalité de cette micro-forêt, c'est qu'elle est composée essentiellement d'arbres fruitiers, une forêt donc comestible par tous les passants… Il y aura peut-être un vers dans la pomme car ici tout produit chimique est strictement proscrit. Mais d'autres méthodes alternatives permettront de s'en passer. Un sujet qui pourra faire l'objet d'un parcours pédagogique pour les enfants des écoles du quartier.

Cette parcelle de 200 mètres carrés sur l'espace public a été transformée par la volonté de citoyens qui ont l'espoir de transformer les villes en « villes-jardins », plus résilientes, moins minérales. En 2020, six parcelles similaires ont ainsi été créées à Montpellier. La mairie a donné son accord et apporté des aides techniques comme l'installation de clôtures provisoires autours des parcelles, le temps que les jeunes plants grandissent un peu. L'association a aussi été lauréate du budget participatif de la Région Occitanie et a reçu une aide financière de 40 000 euros. De nombreux autres projets sont en cours. Le concept de micro-forêt commence à faire des émules en France, on trouve des projets à Perpignan, Toulouse, Nantes, Lille, dans le Grand Paris, à Lyon, à Bordeaux ou en encore Strasbourg.

Réactions2 réactions à cet article

 

Bonjour Monsieur Clarke,
Depuis 2010-2013, il existe également un jardin-forêt et un Parc Naturel Urbain à Strasbourg (secteur Saint-Gall/Koenisghoffen) pour information. Ce site peut peut être vous intéresser.

Evangeline Barbier | 21 janvier 2021 à 09h16
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Pommiers, poiriers vignes, bien que ne prenant pas de place sont non adaptés, trop facilement malades les pruniers c'est mieux, jamais malades, fleurissant très tôt, beaucoup de fruits adoptés par tous, oiseaux, humains, guêpes.
Utiliser si besoin est des variètés spurs (nains), cerisiers utiliser des montmorency, cerises aigres restant nains pour la confitures et pillées par les oiseaux.
Planter des asperges ça revient pendant des années, c'est très esthétique (asparagum est la cousine)
Pour les abeilles du lierre pour les nourrir en automne.

pemmore | 21 janvier 2021 à 18h10
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Baptiste Clarke

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Votre conseil juridique en matière de biodiversité et d'espèces protégées Cabinet Valentin Renoux - Avocat