Robots
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Un kit à destination des collectivités pour passer au zéro phyto et 100% bio

Agroécologie  |    |  Déborah Paquet  |  Actu-Environnement.com

Trois associations, Bioconsommacteurs, Agir pour l'environnement et Générations futures, ont édité un guide pour pousser les collectivités à ne plus utiliser de produits phytosanitaires et à développer l'agriculture biologique. Il s'agit d'un outil qui rentre dans le cadre de la campagne zéro phyto 100% bio que portent les trois ONG.

Dans un premier temps, les auteurs présentent une démarche pour s'engager vers le zéro phyto pour l'entretien des espaces verts. Il s'agit ici d'analyser les pratiques des agents publics (désherbage, gestion différenciée, inventaire des moyens humains et matériels), de définir les objectifs d'entretien en identifiant notamment les sites où un désherbage est nécessaire ou non, et d'étudier les méthodes alternatives. Ces dernières sont le désherbage mécanique manuel ou électrique, le désherbage thermique, mais aussi le paillage. La commune, qui se lance dans un changement de politique vis-à-vis de l'entretien de ses espaces publics, devra également sensibiliser ses habitants à accepter la flore spontanée. Les ONG proposent aussi des conseils pour la gestion des espaces dits à contraintes que sont les cimetières, les stades et bords de route. Elles recommandent de tester les alternatives mises en place puis de faire un suivi des actions menées (budget, durée de l'entretien, formation, etc).

Les collectivités sont également invitées à s'engager vers le 100% bio. Une démarche d'accompagnement des agriculteurs dans la conversion vers l'agriculture biologique est nécessaire. Les communes ont ainsi un rôle d'information et de facilitateur. Cet engagement passe aussi par le développement de circuits courts de proximité dans les projets de territoire, la démocratisation de l'accès au bio, la création de jardins potagers collectifs bio et la sensibilisation. Les ONG misent surtout sur l'introduction de la bio dans la restauration collective à l'échelle locale. Elles proposent des pistes pour notamment évaluer les besoins et capacités des établissements, et former le personnel aux spécificités des produits biologiques.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager