Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Ligne 17 du Grand-Paris Express : les associations saisissent le Conseil d'État

Transport  |    |  Rachida Boughriet  |  Actu-Environnement.com
Ligne 17 du Grand-Paris Express : les associations saisissent le Conseil d'État

Le 22 novembre, le Collectif pour le triangle de Gonesse (CPTG) et France Nature Environnement (FNE) Île-de-France ont annoncé avoir déposé un recours devant le Conseil d'État contre la nouvelle ligne 17 de métro du Grand-Paris Express, entre Bonneuil-en-France (Val-d'Oise) et Le Mesnil-Amelot (Seine-et-Marne), « pour sauver les terres agricoles du pays de France ».

Pour rappel, le 7 octobre 2021, la Cour administrative d'appel de Paris a rejeté le recours déposé par les associations qui demandaient de suspendre les travaux de ce tronçon.

« Si on laisse faire, ce tronçon va aboutir à un massacre de l'environnement des Franciliens. C'est aussi une menace pour leur autonomie alimentaire, puisqu'il risque de détruire des centaines d'hectares d'excellentes terres agricoles », prévient Bernard Loup, président du Collectif pour le triangle de Gonesse. Selon les associations, la future ligne 17 pourrait porter atteinte à 27 espèces protégées.

En mai 2021, le Premier ministre avait confirmé la réalisation de cette ligne, avec la création d'une gare dans le triangle de Gonesse. Elle doit relier Saint-Denis-Pleyel (Seine-Saint-Denis) au Mesnil-Amelot (Seine-et-Marne) d'ici à 2030.

Réactions1 réaction à cet article

 

Mais on n'en peut plus de toutes ces dédisions arbitraires de bétonnage! Il n'y a aucune raison de continuer à bétonner l'île de France, contrairement à ce que l'on veut bien nous faire croire, ce sont uniquement de très mauvais choix politiques contraints par une corruption des élus par les acteurs du bâtiment, qui ont des sommes d'argent colossales à blanchir. La vérité est là. Il y a des masses d'argent sale qui dorment ds les banques et le bâtiment est une blanchisseuse express: on commence par faire des gares ds les champs puis des immeubles de bureaux qui restent vides , puis au bout de qq années on les transforme en habitations, le scénario est très bien rôdé et il est soutenu à fond par Valérie Pécresse (et avant elle ses prédécesseurs) et les élus corrompus de tout bord politique. J'en sais qq chose, j'ai été harcelée par un promoteur immobilier, car je m'oppose à son projet d'immeubles d'habitations sur un couloir écologique...qu'il aille au diable. C'est comme Emmanuelle Wargon qui veut caser tous les franciliens ds des casiers à lapins en démolissant les maisons individuelles, alors qu'elle même vit ds un grand pavillon à St Mandé! Comment ne pas céder au "Tous pourris" !? Expliquez moi!

gaïa94 | 26 novembre 2021 à 16h06
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager