En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Lignes à haute tension : l'Anses demande d'interdire l'implantation d'établissements sensibles

Risques  |    |  Laurent Radisson Actu-Environnement.com

L'Agence de sécurité sanitaire (Anses) a publié vendredi 21 juin une nouvelle expertise sur les effets sanitaires liés à l'exposition aux champs électromagnétiques. Au vu des résultats concernant l'exposition des personnes sensibles à proximité des lignes à haute tension, elle recommande au gouvernement d'interdire l'implantation à leur proximité des établissements susceptibles de les accueillir (écoles, crèches, maternités, hôpitaux, etc.) et de ne pas implanter de nouvelles lignes au-dessus des établissements existants.

L'Anses confirme en effet la cohérence, déjà constatée en 2010, des études épidémiologiques montrant une association statistique entre la survenue de leucémies infantiles et l'exposition résidentielle aux champs magnétiques basses fréquences, dont les niveaux sont supérieurs à 0,2 micro Tesla (µT). En 2002, le Centre international de recherche sur le cancer (Circ) avait d'ailleurs classé les champs magnétiques de très basse fréquence (50-60 Hz) dans le groupe 2B "peut être cancérogène pour l'homme". Une étude menée par l'Inserm pour l'Anses montre aujourd'hui, en France, qu'environ 40.000 enfants de moins de 15 ans sont exposés à leur domicile, et environ 8.000 enfants sont scolarisés dans une école exposée, à un champ magnétique supérieur à 0,4 µT.

Actuellement, il n'existe pas de prescriptions obligatoires d'urbanisme concernant les lignes à haute tension. Seule l'instruction de la ministre de l'Ecologie du 15 avril 2013, relative à l'urbanisme à proximité des lignes de transport d'électricité, recommande aux gestionnaires d'établissements sensibles et aux autorités compétentes en matière d'urbanisme de ne pas implanter de nouveaux établissements dans des zones exposées à un champ magnétique supérieur à 1 µT.

"Les niveaux d'exposition aux champs électromagnétiques basses fréquences de la population ne sont (…)  soumis, en France, à aucune réglementation, hormis à proximité des lignes de transport et de distribution d'électricité", pointe aussi l'Anses. L'arrêté ministériel du 17 mai 2001 prévoit en effet des valeurs limites d'exposition à proximité des lignes à haute tension. L'Anses recommande d'étendre cette réglementation à l'ensemble des sources de champs électromagnétiques exposant la population générale.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager