En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Chasse : adoption définitive d'une proposition de loi critiquée par FNE et la Ligue ROC

Biodiversité  |    |  Philippe Collet Actu-Environnement.com

Jeudi 23 février, l'Assemblée nationale a définitivement adopté en seconde lecture la proposition de loi portant diverses dispositions d'ordre cynégétique. Déposé par le député UMP de la Somme, Jérôme Bignon, le texte défend dans son premier article "la reconnaissance du rôle de la chasse comme instrument efficace de gestion de la biodiversité".

La loi a été adoptée à l'unanimité et conformément à la version votée par le Sénat en l'absence des élus écologistes qui s'étaient opposés au texte en premier lecture.

France nature environnement (FNE) et la Ligue ROC dénoncent une loi "rédigée sur mesure pour flatter le monde de la chasse". Ce texte "s'ajoute à un ensemble de mesures réglementaires déjà concédées aux chasseurs le 31 janvier dernier", déplorent les associations qui dénoncent les "cadeaux offerts aux chasseurs en cette période pré-électoral".

Réactions2 réactions à cet article

 

la chasse, instrument efficace de la biodiversité ?
Il va falloir que les chasseurs changent bon nombre de leurs pratiques pour cela !
A qui faisons-nous croire cela ? je trouve cette loi honteuse. Je suis indignée car la gestion de la biodiversité doit être faite de concert avec toutes les parties prenantes, en concertation transparente, et dans l'interet de la biodiversité ; pas pour promouvoir la violence, la cruauté sous le couvert d'un pseudo rôle de gestionnaire.
In-cro-yable !!

laurence | 27 février 2012 à 20h06
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Il faudra bien expliquer un jour aux béotiens français en quoi élever en volière des millions d'oiseaux dans le but de les tuer dans les heures suivant leur lâcher dans la nature contribue au maintien de la biodiversité.
Cette loi promulgue avant tout l'exclusion de la transversalité environnementale. Elle retire à un ministre de l'environnement des prérogatives environnementales en l'empêchant désormais d'établir des limites de captures d'oiseaux migrateurs . Du jamais vu. Après les derniers rebondissements des arrêtes du 3 février, cette situation pose avec acuité l'exigence d'intégrité publique car il n'est plus admissible que quelques élus seulement manipulés par quelques chasseurs parviennent à légiférer en pesant aussi lourdement sur les textes. Dans les faits, ces quelques élus ont réussi un formidable tour de passe passe en confiant l'application de la directive oiseaux et autres accords internationaux à une association qui les a toujours refusés.

Philippe | 28 février 2012 à 18h30
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager