Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Les fabricants de pesticides pointent des incohérences dans la loi Labbé

Biodiversité  |    |  Laurent Radisson  |  Actu-Environnement.com

L'Union des entreprises pour la protection des jardins et des espaces publics (UPJ) estime que le vote de la loi Labbé équivaut à une rupture du dialogue par les pouvoirs publics sur l'utilisation raisonnée des pesticides. Le syndicat professionnel, qui regroupe les fabricants de pesticides destinés aux jardiniers amateurs et aux professionnels des espaces publics, a dénoncé le 27 janvier dans un courrier adressé au ministre de l'Ecologie, Philippe Martin, les accords-cadres signés en zones non agricoles et retiré sa participation de toutes les instances d'Ecophyto.

La loi Labbé, votée par l'Assemblé nationale le 23 janvier dernier, interdit l'utilisation des produits phytosanitaires par les collectivités à compter de 2020 et la vente aux jardiniers amateurs à compter de 2022.

"Le choix de la prohibition, effectué à la va vite, conduit à des incohérences qui ne permettront pas d'atteindre les résultats escomptés", estime l'UPJ, alors que les opérateurs du jardin, dans le cadre du plan Ecophyto, ont quasiment atteint la diminution de 50% des volumes, quatre ans avant l'échéance définie dans le Grenelle de l'environnement.

Incohérences de la loi

Le syndicat professionnel relève plusieurs incohérences dans la loi Labbé. En premier lieu, le fait qu'elle va interdire les seuls produits d'origine chimique, même non toxiques. "Si l'objectif de la loi était de réduire encore mieux les risques toxicologiques liés à l'usage de produits phytosanitaires, n'aurait-il pas mieux valu interdire les produits de synthèse ou d'origine naturelle classés en raison de leur toxicologie plutôt que de n'interdire que les produits de synthèse en raison de leur origine ?", interroge l'UPJ.

D'autre part, relève cette dernière, le texte va interdire aux jardiniers amateurs l'utilisation de produits portant la mention "Emploi autorisé dans les jardins" alors que l'application de produits professionnels par des prestataires de service resterait autorisée dans les jardins privatifs. "Ce n'est pas parce que des produits classés sont appliqués par des professionnels qu'ils sont sans impact sur l'environnement ou la santé", ajoute-t-elle.

Enfin, l'organisation professionnelle remarque que la disparition programmée des activités de ses adhérents dans la fabrication et la vente de pesticides de synthèse ne permettra plus le maintien d'une activité résiduelle "de secours", qui est l'une des dérogations prévues par la loi.

Réactions3 réactions à cet article

 

Ah... Je disais que les phyto de synthèse dans les jardins c'était normal de les interdire, ils ne servent à rien. Mais les remarques de l'UPJ sont très très recevables !!!

BrunoV | 06 février 2014 à 14h01
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Ah les lobbys contre-attaquent ! C'est bien connu, la meilleure défense c'est l'attaque ! Frère jumeau de l'Union des l'Industries de la Protection des Plantes (UIPP) regroupant les fabricants de pesticides en France ! Heureusement qu'il on réussit par l'intermédiaire de la courroie de transmission de la FNSEA lobbyiste lors du grenelle de l'environnement à imposer le " si possible 50% de réduction " ! Cela leur permet ainsi de garder la main et d'empêcher tout alternatif contraire à leur intérêt mercantile comme par exemple les Préparations Naturelles Peu Préoccupantes (PNPP) parent pauvre de la recherche publique fondamentale (INRA, IRSTEA,...) aux mains des lobbys " partenariat public - privé " oblige !!!

Eau Pure | 08 février 2014 à 16h35
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Les professionnels des espaces verts ont une formation et doivent avoir un agrément obligatoire (conditionné par une mise aux normes contraignante de leur installation) pour pouvoir acheter et appliquer les produits phyto. Les particuliers ne sont pas formés, n'ont pas d'agrément, et c'est pourquoi c'est une bonne chose que ces produits leur soit interdit d'uage.

JPG38 | 30 juin 2014 à 15h07
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Chlore gazeux : livraison France entière - contenants de 8 à 1.000 kg Eurochlore SAS