En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Lutte contre le braconnage : la France va détruire les stocks d'ivoire saisis

Biodiversité  |    |  Rachida Boughriet Actu-Environnement.com

A l'occasion d'une table ronde organisée le 5 décembre en présence d'une vingtaine de dirigeants africains, le Président de la République François Hollande a annoncé une multiplication par dix des amendes à l'encontre des braconniers. Les amendes pour des "infractions simples" passeront de 15.000 à 150.000 euros et celles commises en "bande organisée" pourront être punies de 750.000 euros.

Acheter de l'ivoire ne doit plus être un "acte anodin" mais être un "acte puni", a affirmé le chef de l'Etat, à la veille du sommet franco-africain organisé ces 6 et 7 décembre à Paris sur la sécurité et la paix. Il a appelé "à la conscience des pays consommateurs".

Le ministre de l'Ecologie, Philippe Martin, a annoncé que les stocks d'ivoire illégal constitués par la France au fil des saisies seraient "systématiquement détruits". Une première destruction de trois tonnes d'ivoire aura lieu d'ici février 2014 représentant "une valeur de près d'un million d'euros".

39 tonnes : c'est le poids d'ivoire braconné saisi en Afrique en 2011. "Des instructions spéciales" seront transmises aux procureurs "afin de professionnaliser le traitement des affaires de trafic illicite en ayant recours aux juridictions interrégionales spécialisées (JIRS)", a indiqué le ministère. Les pouvoirs des officiers de police judiciaire (OPJ) seront également renforcés avec l'élargissement des techniques d'enquête.

Déclaration commune

A l'issue de la table ronde, les pays participants (Cameroun, Comores, Côte-d'Ivoire, Gabon, Mali, Tanzanie, Togo, Libye …) ont adopté une déclaration commune de lutte contre le braconnage. "Nous, Chefs d'État et ministres, [...] exprimons notre plus profonde préoccupation sur l'ampleur et les ravages causés par l'essor sans précédent des actes de braconnage et de trafic qui affectent l'éléphant et les grandes espèces menacées dans toute l'Afrique. Avec ces pillages, ce sont en effet les bases du développement et de la sécurité en Afrique qui sont directement affaiblies par les conséquences de ces trafics criminels", ont-ils indiqué.

Les pays signataires ont également appelé les grands bailleurs de fonds à apporter leur soutien aux initiatives nationales et régionales africaines. Ils ont "confirmé leur volonté d'intensifier" leur coopération avec l'Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC) et Interpol.

Le trafic d'espèces menacées doit faire l'objet d'un sommet à Londres les 12 et 13 février prochain.

Réactions4 réactions à cet article

 

Encore une mesure débile et anti-écologique. Quel gâchis !
Cet ivoire, il existe ! Son utilisation est possible pour de nombreuses fabrications et cela serait alors autrement plus intelligent d'en faire quelque chose !
De plus, le fait de détruire cet ivoire ne fera nullement revenir les éléphants.

By the way, est-ce que l'ivoire des éléphants qui meurent de vieillesse est également détruit ?

Ce type de mesure est aussi intelligent que de faire brûler à l'air libre du pétrole (ou tout autre combustible) sans valoriser, récupérer, l'énergie liée à sa combustion.
Pire dans le cas présent, la destruction de l'ivoire va nécessiter de l'énergie !
Descartes, au secours !

gattaca | 09 décembre 2013 à 11h00
 
Signaler un contenu inapproprié
 

vous voulez alimenter le commerce de l'ivoire Gattaca ?

lio | 09 décembre 2013 à 11h23
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@lio,
loin de moi cette idée. Il faut évidemment lutter contre ces salopards qui massacrent les animaux dont ils peuvent tirer quelque chose (cornes, écailles, défenses etc).
S'attaquer à la source bien évidemment !

Détruire d'ailleurs l'ivoire existant va inévitablement conduire à de nouveaux massacres.... et donc au contraire, c'est cette mesure qui va encourager son commerce (rareté et cherté du produit) !
Il vaudrait donc s'attaquer au contrôle de la vente !
Si vraiment les 3 tonnes d'ivoire qui doivent être détruites par la France représentent 1 millions d'euros, alors il faut le vendre et avec le million payer des gardes supplémentaires là où il y a des éléphants ! (et avec un million d'euros, vous allez pouvoir en payer des gardes !!!!).

gattaca | 09 décembre 2013 à 12h01
 
Signaler un contenu inapproprié
 

A-t-on une idée de la manière dont vont être détruites ces 3 tonnes d'ivoire ?

Pas bête votre raisonnement Gattaca.

StephT | 09 décembre 2013 à 16h45
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…