Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Les Amis de la Terre demandent l'abandon des MDP

Gouvernance  |    |  Carine Seghier  |  Actu-Environnement.com
Les pays riches profitent du MDP pour ne pas modifier leur mode de vie ni réduire leurs émissions domestiques, pourtant très supérieures à celles des pays du Sud. Ce faisant, ils diffèrent les investissements impératifs chez eux pour de futures réductions radicales de leurs émissions d'ici 2050 : la compensation carbone ruine les chances de réduire les émissions des pays riches de 40 % d'ici 2020 et de 90 % au moins d'ici 2050, objectifs nécessaires basés sur la science, commente Meena Raman, des Amis de la Terre, à l'occasion de la publication d'un rapport* des Amis de la Terre Royaume-Uni qui détaille les risques et défauts des Mécanismes de Développement Propre (MDP).

Selon le rapport, de nombreux projets MDP dans les pays du Sud auraient lieu dans tous les cas, même sans crédits carbone apportés par le mécanisme de la compensation carbone. En outre cette compensation retarde les investissements nécessaires dans les pays riches pour de futures réductions, notamment dans les infrastructures et aggrave les inégalités dans la consommation carbone des pays riches et des pays pauvres, puisqu'elle baisse celle des pays du Sud sans modifier celle des pays riches. Outre le MDP, de nombreux pays européens et les Etats-Unis font pression pour inclure la déforestation évitée dans les mécanismes de compensation carbone au sommet de Copenhague. Cela transformerait les forêts du Sud en stocks de carbone placés sur les marchés financiers, au détriment de la biodiversité et des populations locales qui dépendent de ces forêts. Les forêts doivent rester en dehors des marchés carbone, estime Sylvain Angerand, chargé de campagne Forêts des Amis de la Terre France.

Les Amis de la Terre demandent donc son abandon, pour se focaliser sur la réduction radicale des émissions domestiques des pays riches et le paiement de leur dette écologique.

Rappelons que le MDP, mécanisme de flexibilité du Protocole de Kyoto, incite les pays industrialisés à réaliser des projets permettant de réduire, voire d'éviter ou de stocker les émissions de gaz à effet de serre dans les pays en développement. En contrepartie, ils reçoivent des crédits d'émissions qui peuvent être utilisés pour atteindre leurs propres objectifs d'émissions.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

RES : des systèmes de stockage d’énergie pour un rendement maximal RES