En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

La France veut déclarer une zone économique exclusive en Méditerranée

Biodiversité  |    |  Carine SeghierActu-Environnement.com
J'espère que nous pourrons faire un grand programme international d'exploration des fonds de la Méditerranée, a déclaré, lundi le ministre de l'écologie, de l'énergie et du développement durable Jean-Louis Borloo, à l'occasion d'un déplacement à Marseille. Le Ministre d'Etat, qui effectuait une plongée à 200 mètres de profondeur à bord du sous-marin Rémora sur le canyon de Cassidaigne, en face de Cassis, a signé symboliquement le contrat d'objectifs de l'Agence des aires marines protégées* 2009-2012 qui fixe le cap pour trois ans de l'établissement public.

Pour l'Agence, la feuille de route du Grenelle de la mer fixe des objectifs clairs : convertir 20% de la Zone Economique Exclusive française en aires marines protégées d'ici à 2020 dont 10% en 2012. Le contrat d'objectifs de l'Agence 2009-2012 (élaboré avant le Grenelle de la mer) s'inscrit dans cette dynamique, indique l'Agence dans un communiqué. Les missions de l'Agence seront d'améliorer la protection des ressources, des écosystèmes et la connaissance du milieu marin et relancer la politique océanographique française. Elle devra développer des programmes d'acquisition de données. Pour ce faire, elle va mobiliser des moyens et initier des partenariats scientifiques avec les grands instituts de recherche tournés vers les Sciences de la mer, en France mais aussi à travers des coopérations, indique-t-elle. Un effort particulier devra notamment être porté sur l'espace marin d'outre-mer qui constitue 97% du domaine maritime français.

Cette visite du Ministre d'Etat s'est déroulée dans le cadre de la campagne nationale que mène l'Agence des aires marines protégées depuis novembre 2008 sur l'ensemble des canyons de Méditerranée continentaux du domaine maritime français. Cette campagne d'exploration des canyons de Méditerranée doit être poursuivie en Corse et pourrait être proposée dans un cadre international afin de disposer d'un panel complet de données sur les fonds et la biodiversité de la Méditerranée, précise l'Agence.

Par ailleurs, un projet de coopération avec la National Oceanic and Atmosphere Administrator (NOAA) doit être signé en fin d'année en Polynésie française pour initier des collaborations dans le Pacifique Sud avec le soutien du gouvernement polynésien. Depuis l'été, l'Agence s'est associée à une campagne de cartographie des fonds marins de Mayotte et de la Réunion des îles Eparses dans le cadre de la campagne Litto3D. En 2010 « Année mondiale de la biodiversité », l'Agence réalisera également une campagne exploratoire de la biodiversité en partenariat avec les TAAF, au large des îles Eparses, un espace marin peu exploré.

Après avoir plongé à bord d'un sous-marin de la Comex, qui fournit l'aide technique aux travaux de l'AAMP, le ministre de l'écologie, de l'énergie, du développement durable et de la mer a confié à l'AFP que la France avait décidé de déclarer auprès de l'Organisation des Nations unies (ONU) une zone économique exclusive (ZEE) en Méditerranée pour protéger notamment ses ressources halieutiques. Le gouvernement français a décidé de décréter une ZEE en Méditerranée (...) sur le périmètre approximatif de 70 milles qui correspond à la zone actuelle de protection écologique que nous avons déjà, a indiqué à l'AFP M. Borloo.

Rappelons que cette notion est régie par la Convention des Nations unies sur le droit de la mer (ou Convention dite de Montego Bay) de 1982 et permet aux Etats côtiers d'étendre leurs prérogatives au-delà des 12 milles de la zone de la mer territoriale et ce jusqu'à 200 milles maximum.


* Créée en avril 2006, l'Agence des aires marines protégées est un établissement public national à caractère administratif sous tutelle du Ministère de l'Ecologie, de l'Energie, du Développement durable et de la Mer, en charge des Technologies vertes et des Négociations sur le climat

Réactions2 réactions à cet article

 
bonnes idées...mais...

..sur le papier, mais à quand l'annonce de la création d'un ONM ( officice national de la méditerranée) équivalent marin de l'ONF, et la décision de réparer les dégâts causés par l'homme en réimplantant des posidonies sur le pourtour méditerranéen : cette décision aurait le mérite d'entrer réellement dans un développement durable. Les études sont à poursuivre, mais parallèlement il faut agir sur le terrain avant qu'il ne soit trop tard

mamy | 27 août 2009 à 10h12
 
Signaler un contenu inapproprié
 
bon début, mais ...

Nous verrons si les déclarations sont suivies de faits ! espérons...

poséïdia | 02 septembre 2009 à 12h44
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…