En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Verdir les métiers en lien avec la nature

Le Conseil général de l’alimentation, de l’agriculture et des espaces ruraux a remis au ministère de l'Agriculture un rapport étudiant les actions à mettre en œuvre pour intégrer le développement durable dans les métiers en lien avec la nature.

Gouvernance  |    |  Sophie Fabrégat Actu-Environnement.com
   
Verdir les métiers en lien avec la nature
   

Dans le ''Plan d'adaptation pour les métiers de la croissance verte agriculture-forêt-paysage'', publié par le ministère de l'agriculture le 22 mars, le Conseil général de l'alimentation, de l'agriculture et des espaces rurauxavance plusieurs recommandations visant à promouvoir les métiers de l'agriculture, de la forêt et du paysage mais surtout à les adapter aux enjeux du développement durable. Ce rapport a été commandé par Valérie Létard (alors secrétaire d'Etat auprès du ministère de l'Ecologie), dans le cadre du plan de mobilisation des métiers de la croissance verte.

L'adaptation de la formation, initiale et continue, paraît une priorité. Pour cela, la formation des formateurs est essentielle, souligne le rapport.

Sensibiliser et former les actifs aux pratiques alternatives

Premiers concernés par la problématique du développement durable : les actifs. Le rapport recommande de les sensibiliser et accompagner vers des pratiques alternatives respectueuses de l'environnement. Plusieurs formations ont déjà été mises en œuvre, avec ''un relatif succès''.

Parmi elles, la formation Certiphyto, mise en place pour répondre à l'objectif du plan Ecophyto 2018 qui vise une réduction de moitié de l'utilisation de produits phytosanitaires en dix ans. Les formations Certiphyto ''ont connu une affluence remarquée de 63.667 stagiaires dès la première année de lancement. Vivea, maître d'ouvrage de cette opération, précise qu'à l'occasion de ces journées de formation les participants non toujours réceptifs dès le premier abord sont demandeurs de nouvelles actions portant sur les autres volets de leurs pratiques professionnelles : l'énergie, les techniques de méthanisation, la biodiversité...'', note le rapport.

D'autres organisations ont développé le même type de formation, comme la Fédération nationale des centres d'initiatives pour valoriser l'agriculture et le milieu rural (circuits courts en agriculture), l'organisation des Entreprises du paysage UNEP (mesures préventives à des pratiques néfastes à la sauvegarde de la biodiversité), l'institut de l'abeille (action spécifique sur les pollinisateurs)…

Pour encourager les bonnes pratiques, le rapport souligne l'importance de la certification : haute qualité environnementale, agrobiologie AB, bilan carbone… Les rapporteurs citent également la certification Haute valeur environnementale, prévue par la loi Grenelle 1, avec un objectif de 50 % des exploitations agricoles certifiées en 2012. Cet objectif ne sera pas atteint, les décrets d'application sont attendus.

Adapter l'enseignement agricole

La loi de modernisation de l'agriculture adoptée en juillet 2010 a inscrit le développement durable dans les missions de l'enseignement agricole. L'adaptation des référentiels de l'ensemble des diplômes est engagée, avec les partenaires professionnels. L'ensemble des baccalauréats professionnels doit être rénové pour la rentrée scolaire 2011. Les voies générales et techniques seront rénovées d'ici 2012. Enfin, les référentiels des brevets de technicien supérieur agricole (BTSA) seront refondés d'ici 2013.

''Pour chaque formation, la première composante élaborée est le référentiel professionnel, qui repose sur l'identification des métiers et des fonctions visées, et de l'évolution de leur contexte. (…) L'analyse prospective et le dialogue avec les professionnels dans le cadre des instances consultatives permettent ainsi de prendre en compte l'évolution des métiers ou l'émergence de métiers nouveaux...'', explique le rapport.

Le développement durable peut être intégré dans les référentiels via des modules spécifiques (''éducation à la santé et au développement durable'', ''écologie, agronomie, territoire et développement durable'', ''gestion du vivant et des ressources'') ou un verdissement des modules existants.

Pistes d'action

Le rapport identifie enfin différentes pistes à suivre pour un verdissement des métiers liés à la nature. La territorialisation des actions est à encourager, que ce soit pour l'aide à la formation, à l'entrée dans les métiers et/ou à l'installation, les soutiens aux circuits courts, au développement de l'agriculture biologique, la valorisation de la biomasse, les économies d'énergie...

Il convient ensuite, selon le rapport, de mener des actions transversales aux métiers des domaines agriculture/forêt/paysage, tourisme et biodiversité : amener les acteurs économiques d'un territoire à des connaissances communes afin de faciliter les échanges et la compréhension, vérifier que le développement durable soit intégré dans l'ensemble des formations touchant aux trois domaines, réfléchir à une offre de formation ''multi-couches'' avec des intensités propres à chaque domaine, valoriser les flux et services de biodiversité dans le tourisme et l'agriculture, recenser les métiers communs aux trois domaines d'activités, penser à des passerelles possibles entre les domaines d'activités pour anticiper l'état du marché du travail.

Réactions1 réaction à cet article

 

La croissance verte est bien a l'image du cliché proposer sur le terme de l'agriculture;une lotion bleue mortifaire pulvérisée par un personnage munit d'une combinaison digne de la protection des radiations nucléaire.Sûr, ces pratiques doivent etre parasitées à leur tour...
L'apprentissage des bonnes techniques à divulger le plus largement possible à ts niveaux(en mettant à l'écart les "gros du secteur qui ne sont spécialisé qu'en une chose"-fric- en utilisant une autre-cocktail chimique_)ne pourra qu'améliorer notre autonomie et notre sécurité durablement ,avec en prime le savoir.

kiror | 07 avril 2011 à 13h40
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager