En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Produits phytosanitaires : Monsanto se lance dans le biocontrôle

Agroécologie  |    |  Philippe Collet  |  Actu-Environnement.com
Environnement & Technique N°332 Cet article a été publié dans Environnement & Technique n°332
[ Plus d'info sur ce numéro | S'abonner à la revue - Se connecter à l'espace abonné ]

Le géant américain de l'agrochimie Monsanto veut proposer aux agriculteurs des solutions à base de micro-organismes et il s'allie pour cela au Danois Novozymes, numéro un mondial des enzymes alimentaires et industrielles, rapporte l'AFP.

"Les deux entreprises ont mis en place [le partenariat] The BioAg Alliance afin d'identifier, développer et vendre des solutions à base de micro-organismes qui permettent aux agriculteurs du monde entier d'augmenter les rendements des cultures en utilisant moins d'intrants", indiquent-ils dans un communiqué publié le 10 décembre. En ligne de mire, un marché de l'ordre de 1,6 milliard d'euros par an, "avec des taux de croissance à deux chiffres au cours des dernières années".

Novozymes produira les solutions à base de micro-organismes et Monsanto effectuera les tests sur le terrain, l'homologation des produits et leur commercialisation.

Les méthodes de biocontrôle visent à réduire l'utilisation de produits phytosanitaires. Elles consistent à recourir à des insectes pour lutter contre d'autres ravageurs ou à des micro-organismes (bactéries, champignons...) pour protéger les cultures ou améliorer leur productivité et leur fertilité. L'un des exemples les plus connus est l'usage de coccinelles pour lutter contre les pucerons.

Réactions16 réactions à cet article

 

Alors ça c'est la meilleure, peut être monsanto à t'il l'intention de proposer des insectes génétiquement modifiés, à moins qu'il ne cherche à les breveter ?
Méfiance rien de bon n'est jamais sorti de cette entreprise

lio | 13 décembre 2013 à 13h19
 
Signaler un contenu inapproprié
 

ben voyon a grande echelle ils veulent bousiller quoi cette fois ... y'as que le pognon qui les intéresse ceux la ils risque juste de foirer une bonne entreprise "bonne" parce que les coccinelles chinoise aujourd'hui bousille les cocinelles européennes (au cas ou vous avez pas fais la différence en europ ce ne sont plus autant les mêmes qu'avant !!! belle histoire de production de masse aucun équilibre
)

freecansee | 13 décembre 2013 à 17h59
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Et si les rédacteurs et la commentatrice mettaient un bémol à leurs obsessions ? Monsanto et Novozymes s'allient pour plus d'efficacité, en mettant en commun des compétences complémentaires.

Point !

On peut aussi voir cette alliance sous un autre angle : le spécialiste des enzymes alimentaires et industrielles se lance dans l'agriculture.

Et un autre angle encore : le Danois s'associe à l'États-Unien parce qu'il n'a pas trouvé de partenaire européen. Et il n'y a pas de partenaire européen parce que l'obsession écolobobo les fait fuir.

Wackes Seppi | 13 décembre 2013 à 18h22
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Monsanto est l'entreprise la plus menteuse du monde.
Quand est-ce qu'elle disparait ?

Maryvonne | 13 décembre 2013 à 19h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Cela existe déjà : E.M. Element Microorganisme. Sauf que cette production tient compte du niveau de revenus des personnes qui les utiliseront. C'est un produit économique et écologique, on peut même les reproduire soi-même.

vaxire | 13 décembre 2013 à 23h02
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Lui-même un ogm ce ton santo,il jette de la poudre ou des insectes aux yeux car un vent d'opposition s'est levé suite à ses niaiseries expérimentales.
En passant ,un ami a eu sa maison infectée de cocinnelles suite à cette géniale trouvaille de contrôle par des bibittes car à l'automnne les producteurs ne savaient quoi en faire et les jettèrent dehors dans la nature. Brillant!

ptizoizo | 14 décembre 2013 à 21h07
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Seul l'argent dicte les choix de cette entreprise. Si seulement elle avait des convictions et des préoccupations éthiques, elle ne partirait pas sur deux front en même temps, opposés drastiquement : chimie et biocontrôle. Comme quoi retourner sa veste publiquement n'est pas interdit.

Mais il est vrai que les agriculteurs qui se tournent vers plus d'autonomie ne font pas vendre, et il faut bien trouver des niches qui rapportent.

Rudy | 16 décembre 2013 à 10h52
 
Signaler un contenu inapproprié
 

L'association "Monsanto" et "biologique" fait mal aux oreilles de ceux pour qui Monsanto est le Satan moderne, le bio étant le contraire.
Il est pourtant, naturel que Monsanto s'intéresse à la lutte biologique. Pour une raison simple :
- Les cultures Bt, de coton Bt par exemple, nécessitent moins d'épandage de pesticides.
(« les plantes Bt permettent a priori de diminuer la quantité d’insecticide pulvérisé sur les cultures » - Site de l'Association Générations Futures).
Les OGM Bt protègent l’environnement… et les cultures bio ! (source : ecologie-illusion.fr)

- Il y a donc plus de biodiversité dans les champs de coton Bt. (source : sciencemag.org)
- Il y a donc plus d'insectes utiles, d'auxiliaires, genre coccinelles qui se nourrissent de pucerons.
- Les cultures Bt sont ainsi particulièrement propices à la lutte biologique.
- Contrairement aux cultures non Bt, arrosées de pesticides, bio ou non, qui tuent tous ce qui bouge, y compris les insectes utiles.

Pierre Yves

Pierre Yves | 07 février 2014 à 10h44
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Qu'est-ce que c'est que cette idée que la biodiversité est plus importante dans les champs Bt ? Pierre Yves se moquerait-il de nous ? Alors que les agriculteurs américains et indiens, entre autres, nous informent qu'ils sont obligés d'utiliser encore plus de pesticides qu'auparavant après quelques années de culture transgénique, ce qui doit certainement développer la biodiversité !!! (source : rue89.com)
La résistance des insectes ravageurs s'accroît face aux plantes OGM
Le Monde.fr avec AFP | 10.06.2013 à 21h39 • Mis à jour le 11.06.2013 à 05h55
Monsanto tente d'endiguer la résistance d'un coléoptère à son "maïs insecticide"LE MONDE | 22.01.2013 à 10h50
Des fermiers américains de l'enthousiasme à la désillusion LE MONDE | 05.11.2012 à 14h02 Par Gilles van Kote

Paul | 07 février 2014 à 17h40
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Il faut lire soigneusement le commentaire de M. Pierre-Yves M.

Il faut aussi lire la littérature qui ne colle pas à vos préjugés.

Il faut aussi lire la littérature scientifique.

Et quand on lit la littérature militante, fût-elle du Monde, on fait preuve d'esprit critique (si possible). Quand on lit par exemple : « Il existe de plus en plus de cas d'insectes résistant à la protéine Bt de plantes génétiquement modifiées... » et au paragraphe suivant : « Sur les treize types de ravageurs étudiés, cinq espèces étaient devenues résistantes en 2011, contre une seule en 2005.. » on peut et doit s'interroger sur l'objectivité du journaliste. D'autant plus que des ravageurs qui deviennent résistants, ça se produit couramment. Les strobilurines ont été contournées par la septoriose en un temps record.

D'ailleurs quand on répond à M. Pierre-Yves, on s'efforce de rester sur le sujet. Ce qu'il a écrit est entièrement juste.

Wackes Seppi | 10 février 2014 à 15h15
 
Signaler un contenu inapproprié
 

- "La résistance des insectes ravageurs s'accroît" : OK, il y a, il y aura toujours des bestioles pour faire de la résistance ; comme il arrive toujours avec n'importe quel pesticide ou antibiotique. Ce n'est pas une raison pour interdire les antibiotiques.

- L'article "Des fermiers américains de l'enthousiasme à la désillusion" :
1] Il est hors sujet. Il concerne des OGM résistants à un herbicide ; je ne parle que des OGM Bt.
2] Un témoignage, aussi sincère soit-il, n'est pas une étude scientifique.

- La référence "rue 89": trop vague.

Mes références (qui apparaissent dans le lien que je donnai : "Écologie, environnement... mythes et réalité (http://ecologie-illusion.fr/index.html)) :

« A meta-analysis of 42 field experiments indicates that nontarget invertebrates are generally more abundant in Bt cotton and Bt maize fields than in nontransgenic fields managed with insecticides. » (Marvier et al., Science 2007)

cultures Bt et réduction de l’utilisation d’insecticides : (FAO - LA SITUATION MONDIALE DE L'ALIMENTATION ET DE L'AGRICULTURE - 2003-2004)

OGM et alimentation : peut-on identifier et évaluer des bénéfices pour la santé ? – AFSSA, Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments, 2004

« [...] les plantes génétiquement modifiées résistantes aux insectes permettent d’économiser les traitements » – Jean-Baptiste Bergé, Agnès Ricroch, – 2008)

La culture de coton Bt favorise un service écosystémique, la régulation biologique – INRA – 2012)

Pierre Yves

Pierre Yves | 10 février 2014 à 16h04
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Ah ! et j'ai lu très attentivement le message de M. Wackes Seppi comme il m'arrive de lire certaines d'autres de ses articles sur d'autre sites () et, à chaque fois que je lis un article d'un anti-réchauffement anti-disparition des abeilles, sauveur de l'humanité grâce aux OGM, les bras m'en tombent de rigolade... comme les agriculteurs qui s'arrachent les cheveux à maintenant devoir utiliser pour leurs OGM des produits auparavant interdits ! Et comme j'en ris encore, je me demande ce qu'il a voulu dire par "Les strobilurines ont été contournées par la septoriose en un temps record". Ah Ah Ah !

Paul | 10 février 2014 à 16h58
 
Signaler un contenu inapproprié
 

un simple lien pour être court, léger, net et précis :
http://www.mce-info.org/upload/File/expertise%20scinetifique%20internat%20soja%20oct10.pdf

Paul | 10 février 2014 à 17h33
 
Signaler un contenu inapproprié
 

L'article "Des fermiers américains de l'enthousiasme à la désillusion"?

M. Pierre-Yves, c'est deux – vous avez bien lu: deux – farmers états-uniens qui ont été payés par Greenpeace pour faire une tournée en Europe pendant 18 jours pour dire du mal des PGM... Pour le plus grand profit des farmers.

En effet, priver les agriculteurs européens des solutions GM, c'est limiter leur production ou augmenter les coûts de production, ce qui fait l'affaire des exportateurs états-uniens qui alimentent le marché européen ou qui se retrouvent plus compétitifs sur les autres marchés mondiaux.

Avant de devenir membre de l'Union européenne, la Roumanie produisait du soja GM et était autosuffisante. Après l'adhésion, ils ont dû se passer des PGM... et ils sont devenus importateurs comme le reste de l'Europe...

Moralité: Greenpeace – qui ne fait pas campagne contre les OGM aux USA – sert les intérêts des USA.

«Un témoignage, aussi sincère soit-il, n'est pas une étude scientifique» ?

Est-ce vraiment un témoignage? Et sincère? S'il l'était, comment peut-on expliquer que l'engouement des farmers états-uniens pour les PGM ne faiblit pas? S'il vous plait, ne sortez pas l'argument du complot des semenciers. Dans un pays de libre entreprise, s'il existe un marché pour des semences non GM, il est immédiatement occupé.

Ces gens pouvaient-ils honnêtement participer à une campagne qui fait état, par exemple sur le site espagnol de GP, de l'échec d'un rêve américain? Tout cela est grotesque.

Wackes Seppi | 10 février 2014 à 17h52
 
Signaler un contenu inapproprié
 

«La référence "rue 89": trop vague»?

Ça doit être du Benjamin Sourice... Une référence de militantisme! Peut-être
://rue89.nouvelobs.com/rue89-planete/2012/11/03/deux-agriculteurs-americains-temoignent-des-mefaits-des-ogm-236753

Qu'a retenu M. Sourice?

«Les OGM détruiront votre modèle d’agriculture familiale s’ils sont adoptés !» Le MON 810 est cultivé sur plus de 130.000 hectares en Espagne. L'agriculture familiale y est-elle détruite? Comment ces deux énergumènes Wendel et Shoemyer justifient-ils leur allégation?

M. Paul a écrit (après le sarcasme) :

«...comme les agriculteurs qui s'arrachent les cheveux à maintenant devoir utiliser pour leurs OGM des produits auparavant interdits !»

M. Paul a certainement des sources... fiables.

«comme j'en ris encore, je me demande ce qu'il a voulu dire par...»?

M. Paul n'a pas compris une phrase pourtant simple. Et une évidence : les ravageurs finissent souvent par devenir résistants. C'est comme pour les microbes et les antibiotiques (cf. commentaire de M. Pierre-Yves).

Wackes Seppi | 10 février 2014 à 18h24
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Et maintenant, je reviens à l'article d'Actu-Environnement "Produits phytosanitaires : Monsanto se lance dans le biocontrôle".
Mais pourquoi donc Monsanto veut-elle se lancer dans le bio-contrôle et, peut-être le purin d'ortie !!! alors qu'elle a créé des pesticides et des OGM-pesticides dont l'efficacité doit séduire la planète entière et solutionner tous nos problèmes alimentaires et sanitaires !!!
Il y a de quoi mourir de rire ! Avant que de mourir d'autre chose... Aurait-elle succombé au harcèlement organisé par les tyrans-écolos et à l'oppression des masses populaires ignares ? Nom d'une pipe ! mobilisons-nous pour défendre Monsanto et sa liberté de nous vendre ce que nous ne voulons pas !

Paul | 10 février 2014 à 18h42
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager