Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Remaniement : Nicolas Hulot souhaite une impulsion claire en faveur de l'environnement

Gouvernance  |    |  Philippe Collet  |  Actu-Environnement.com

Dans un communiqué diffusé à l'approche du prochain remaniement ministériel, Nicolas Hulot appelle à ce "qu’une impulsion claire [en faveur de l'environnement] soit exprimée au plus haut niveau de l’Etat – lors du remaniement et du discours de politique générale – [et] que soient affirmées la vision et les ambitions réelles dans ce domaine pour les deux années à venir."

Il s'agit en particulier d'apporter "la confirmation […] de la place de n°2 au gouvernement du Ministre du développement durable avec au minimum toutes ses compétences transverses (écologie, transport, énergie, logement et mer)." Pour le militant écologiste, un recul sur le périmètre du ministère dirigé actuellement par Jean-Louis Borloo, "marquerait un retour en arrière incompatible avec le défi écologique."

Par ailleurs, il souhaite voir une "relance des groupes de travail du Grenelle dans un climat de confiance pour permettre des progrès rapides et concrets sur la fiscalité écologique et la mutation de notre agriculture vers des modes de production respectueux de notre environnement, créatrice d’emploi et respectueuse des politiques agricoles au Sud."

Ces deux souhaits constituent les conditions du retour de la Fondation Nicolas Hulot (FNH) dans les groupes de travail du Grenelle de l'environnement. S'agissant du rapport d'évaluation du Grenelle publié par le ministère de l'environnement, la Fondation estime entre autres qu' "il souligne […] quelques domaines fondamentaux (fiscalité écologique, politique agricole, la pêche), pour lesquels les résultats sont encore en dessous des ambitions des groupes de travail." Sur ces sujets FNH "attend des avancées concrètes."

Enfin, la Fondation souhaite que la France impulse "une feuille de route ambitieuse pour un développement solidaire et écologiquement soutenable" dans le cadre du G20 qu'elle présidera l'an prochain et de la réforme de la PAC.

Réactions2 réactions à cet article

 

Les rumeurs de départ de Jean Louis BORLOO et la certitude qu'il ne sera pas le premier ministre du remaniement, causent quelques inquiétudes au sein des ONG et de nombreux participants aux débats du Grenelle de l'Environnement. C'était donc le bon moment pour Nicolas HULOT de faire entendre ses attentes. Sur la fiscalité verte, il risque d'être déçu.
Il reste maintenant à mettre en oeuvre l'ensemble des dispositions des deux lois GRENELLE. Le futur Ministre de l'Environnement devra faire paraître les quelques 200 décrets de loi restant.
Je pense qu'il faudra attendre la campagne de 2012 pour que le Développement Durable revienne sur le devant de la scène. Il ne faudra pas recommencer la farce du pacte écologique des candidats, qui n'engage que le temps des intentions.

vivace90 | 10 novembre 2010 à 09h27
 
Signaler un contenu inapproprié
 

je suis paysan (non bio, mais intermédiaire), le problème est simple, si un grille pain qui finance des retraites des écoles des hôpitaux est à même concurrence qu'un grille pain qui maintient la misère, alors on produit plus de grille pain qui finance le social, donc on ne le finance plus quand on achète un grille pain, c'est pareil pour l'agriculture, si on reste sur un marché ouvert (la chine taxe à 100% ces importations de lait, les états unies ont inventés les subventions et gère leurs excédents par l'aide humanitaire et les biocarburants) c'est l'alimentation qui sera la plus polluante (et importé) qu'on consommera le plus et on se consolera (pour ceux qui pourront, un bébé né avec 25000€ de dette) en mangeant deux trois biscuit bio.
C'est pas méchant, mais c'est comme ça les 35 heures en marché fermé (ou protégé) c'est bien, en marché ouvert c'est plus d'importation de produits à 60 heures, si Mr Hulot ne met pas en avant l'OMC et le danger de nos excédents subventionnés sur les paysans du sud, il ne fera qu'augmenter les importations sans valeur écologique.
Sinon, il y a un domaine de recherche oublié qu'il serait bon de mettre à jour, histoire de mettre en avant un potentiel de soin efficace et durable c'est la phagothérapie, le Dc alain Dublanchet a fait un livre très intéressant où un meilleur équilibre des phages (endogènes) nous éviteraient des antibiotiques et leurs résistances.
A promouvoir

Génissel Samuel | 13 novembre 2010 à 22h24
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Logiciel en ligne pour la gestion du développement durable Quentic GmbH