Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Ampoules et LED : une nouvelle étiquette énergie à compter du 1er septembre

Energie  |    |  Rachida Boughriet  |  Actu-Environnement.com

À partir du 1er septembre, les ampoules et les LED commenceront à afficher la nouvelle étiquette énergie. Celle-ci a déjà été mise en place sur les appareils électroménagers et écrans (TV inclue) en mars 2021. « Le changement le plus important est le retour à une échelle plus simple de A à G », souligne la Commission européenne.

   
La nouvelle étiquette énergie pour les ampoules et les LED © Projet européen Label 2020
 
   

Un QR code et une nouvelle échelle de notation - qui passe des classes A++ à E aux classes A à G - a pour ambition « d'aider les consommateurs à acheter responsable et à se diriger vers des ampoules et des LED économes en énergie », explique l'Agence de la transition écologique (Ademe). Du côté de la vente en ligne, les sites doivent changer l'étiquette avant le 21 septembre 2021, selon l'Ademe. Pour la vente en magasin, un délai de 18 mois est accordé pour le remplacement des étiquettes.

« La nouvelle échelle est plus stricte et conçue de manière à ce que très peu de produits soient initialement en mesure d'atteindre les notes « A » et « B », laissant la place à des produits plus efficaces pour entrer progressivement sur le marché. Les produits les plus efficaces du point de vue énergétique actuellement sur le marché seront désormais généralement étiquetés « C » ou « D » », précise la Commission européenne.

Réactions5 réactions à cet article

 

Des étiquettes conçues de façon à informer très clairement et objectivement le consommateur, c'est une très bonne chose.
Mais légiférer pour interdire, au moins à l'échelle européenne, les produits les plus nocifs pour l'environnement et l'Homme, qu'il s'agisse de consommation d'énergie, de matières rares, de composition comportant des matériaux toxiques ou au cours du process de fabrication, de réemploi, de recyclabilité, etc. est encore ce qu'il y a de plus efficace.

Pégase | 01 septembre 2021 à 09h19
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Avant de créer cette usine à gaz, il aurait d'abord été souhaitable de faire une étude "poussée" (genre panel de 10.000 personnes au moins) pour voir QUI consulte ce type d'informations avant d'acheter quelque chose.
Ca va être rock'n'roll à lire, un emballage d'ampoule, s'il faut ajouter en plus les métaux rares, réemploi, recyclabilité, toxicité, etc... (sérieux, qui imagine qu'un fabricant va indiquer sur son emballage qu'il contient des produits très dangereux?).

Pour le cas présent, çà va être la mélasse en magasin pour s'y retrouver entre anciennes et nouvelles classifications.
Le côté positif, c'est la banque de données à remplir, dont une partie sera consultable par le consommateur... à condition qu'il ait un smartphone et l'application QR code. Et le gros bénéfice sera surtout pour les autorités qui auront, elles, accès à toutes les informations techniques et de conformité transmises.

Maintenant, j'attends de savoir QUAND un rapport officiel va publier qu'après de longues recherches, la technologie LED est un danger pour la vue.

nimb | 02 septembre 2021 à 09h20
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Effectivement, nimb, il est illusoire de tabler uniquement sur les industriels pour disposer d'une information objective. Des associations indépendantes, telle l'UFC Que choir en France (mais il y en a d'autres), recherchent et compilent des données d'études de labos publics et réalisent certains tests dans leurs propres labos. C'est en général assez fiable. Il y a aussi les avis des acheteurs eux-mêmes, puisque désormais tout est noté, évalué.
Il est ainsi déjà connu que la technologie LED, émettant de la lumière bleue, est toxique pour la rétine, surtout celle des enfants de moins de 12 ans. Mais là aussi, les associations de consommateurs fournissent des recommandations : choisir des ampoules à lumière chaude (2700 à 3000°K), à globe translucide et non transparent, pas de faisceau dirigé directement dans l’œil (ce que nous ne faisons pas néanmoins vous et moi en regardant nos écrans respectifs...). J'ajouterai aussi : pas de sur-éclairage disproportionné et/ou purement décoratif (type éclairage des pommes de douche, de nez de marches d'escalier ou du moindre recoin du jardin) au motif que "les LED, ça ne consomme rien !".

Pégase | 02 septembre 2021 à 14h13
 
Signaler un contenu inapproprié
 

"UFC.... études.. en général assez fiables...". euh, pas convaincu du tout par leur démarche, déjà qu'ils ne respectent pas scrupuleusement les normes applicables, et ils vont ensuite faire un classement des produits qui présentent des dangers avec leurs propres normes à eux.... j'avoue que c'est cocasse.
Mais comme dit leur patron, présent en commission d'examen des normes, "tout çà, çà ne fait pas vendre mon papier".

Pour les LED, je n'étais pas au courant qu'il fallait préférer les lumières chaudes (3000K) plutôt que les lumières "naturelles" (4200K) voire froides (6500K). Je creuserai.
Globe translucide/transparent : si je prends l'exemple de l'ordre d'extinction des ampoules à incandescence, on a d'abord supprimé les ampoules à verre opacifié au motif que justement, leur rendement lumineux était le moins favorable et donc le plus énergivore. C'est marrant qu'on invoque maintenant l'inverse pour les LED : il faudrait un moins bon rendement pour plus de sécurité....
Mais c'est vrai que pour moi, le danger de la LED, il est d'abord devant l'écran (ordinateur, tablette, téléphone) vu qu'on a cette lumière devant les yeux bien plus longtemps dans la journée que des lumières d'éclairage, qui sont elles au dessus de nous. C'est ce qu'a dit mon ophtalmo à ma fille d'ailleurs : pas plus de 2 heures d'écran par jour.
Déjà si on pouvait se forcer à respecter la fameuse règle "1heure sans exposition à un écran avant de se coucher".

nimb | 02 septembre 2021 à 14h37
 
Signaler un contenu inapproprié
 

"si je prends l'exemple de l'ordre d'extinction des ampoules à incandescence, on a d'abord supprimé les ampoules à verre opacifié au motif que justement, leur rendement lumineux était le moins favorable et donc le plus énergivore" : pas convaincu à mon tour car, du temps des ampoules à incandescence, j'ai justement toujours entendu dire (des commerçants et des bricoleurs) qu'il valait mieux privilégier celles à globe translucide car, à coût d'achat et à consommation électrique égaux, elles éblouissaient moins et diffusaient mieux la lumière produite par le filament que celles à globe transparent. Il est donc parfaitement pensable qu'il en aille de même avec celles à LED.
Cela dit, chaque consommateur fait bien le choix qu'il veut parmi les modèles qui sont en vente.

Pégase | 02 septembre 2021 à 17h52
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Votre conseil en droit des problématiques Énergies-Climat Huglo Lepage Avocats