En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Blé OGM non autorisé : le JRC met à disposition une stratégie de contrôle

Agroécologie  |    |  Sophie Fabrégat Actu-Environnement.com

A la suite de la découverte d'un blé transgénique dans un champ aux Etats-Unis, la Commission européenne a appelé les Etats membres à procéder des contrôles sur les importations de blé tendre blanc américain, rappelant qu'aucun blé génétiquement modifié n'était autorisé à la vente ou à la culture dans le monde.

Le Centre commun de recherche (JRC) annonce avoir élaboré une stratégie de test, en collaboration avec le Réseau européen de laboratoires sur les OGM, qui permet de vérifier l'absence de ce blé dans les lots importés en Europe. "Une méthode de détection a été mise à disposition par Monsanto, qui a développé ce blé GM (MON 71800), mais les vérifications nécessaires prendront du temps", indique le JRC.

Réactions4 réactions à cet article

 

Monsanto fournisseur de test pour détecter son blé OGM. Gare au conflit d'intérêts

Bob | 19 juin 2013 à 18h45
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réaction pavlovienne au mot « Monsanto ».

Qui d'autre peut fournir le test à votre avis ?

Et quelle est la théorie de la conspiration qui permet de supputer un conflit d'intérêt ?

Wackes Seppi | 20 juin 2013 à 12h04
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Je n'accuse pas, je vous appelle à la reflexion contrairement à vous qui semblez croire d'emblée que tout est bien dès lors qu'on parle d'OGM. Seriez-vous lobbyiste? de qui? de quoi? de quel secteur? de quelle philosophie? Faut'il se taire et accepter tout le "progrès" qu'on nous offre sans réflechir (réagir)?

Plusieurs conditions sont réunies pour un conflit d'intérêt :

-Brevet sur un OGM dans les conditions très controversées au niveau international sur le droit de brevetage du génome.
-Auto-contrôle, (ou contrôle avec un test breveté...) avec protection par des brevets sur certaines informations qui pourrait "nuire" commercialement à l'inventeur.
-Monopole des OGM de plus en plus prégnant sur les agriculteurs avec interdiction de resemer des variétés à la clé.
-Plusieurs procés aux états-Unis notemment concernant des OGM ou ce sont les victimes de la dissémination, plus ou moins consentantes parfois, qui sont condamnées à verser des indemnitées à l'inventeur de l'OGM disséminé.

C'est peut-être un réflexe intellectuel pavlovien de ma part. mais quant un individu n'a pas de reflexe tout court autant qu'il s'entraine à essayer d'en avoir.
De la à pratiquer l'invective et la caricature il y a un pas!

Bob | 21 juin 2013 à 11h42
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Joli condensé de la réaction pavlovienne de l'anti-OGM.

Une protestation de bonne foi («Je n'accuse pas»). Un appel grandiloquent à la responsabilité («je vous appelle à la reflexion»). Un homme de paille («vous qui semblez croire...»). Un ad hominem («Seriez-vous lobbyiste?»). La théâtralité («Faut'il se taire...»).

Sur le fond, pas de réponse, sauf des affirmations encore une fois pavloviennes.

Quel est le brevet en cause dans cette affaire? Comment intervient-il dans un contrôle, pour lequel «[u]ne méthode de détection a été mise à disposition par Monsanto»? Où est le conflit d'intérêt?

Où est l'auto-contrôle ?

Que vient faire le «[m]onopole des OGM» ici? Du reste, quel monopole, car figurez-vous qu'il n'y en a pas?

Que viennent faire les procès aux États-Unis, qui, du reste, ne portent pas sur une «dissémination» mais sur la violation de droits de propriété intellectuelle ou de contrats?

Wackes Seppi | 22 juin 2013 à 11h53
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager