Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

La Commission européenne ouvre une porte aux OGM, selon une ONG

Agroécologie  |    |  Euractiv.fr

Selon des documents révélés par Les amis de la terre, la Commission européenne aurait l'intention d'autoriser l'importation d'aliments contenant des traces d'organismes génétiquement modifiés pour l'alimentation animale et humaine en Europe.

Les aliments contenant jusqu'à 0,1% de résidus d'OGM autorisés pourraient être importés en Europe. C'est ce qu'indique un projet de règlement de la Commission européenne révélé par l'ONG Les amis de la terre, mercredi 3 novembre. Cette proposition fait suite à un projet annoncé par le commissaire à la Santé et à la Protection des consommateurs John Dalli, lors de son audition au Parlement européen en janvier 2010.

Bruxelles applique pour l’instant le principe de la tolérance zéro pour l’importation d’OGM non autorisés. En remontant le seuil à 0,1% d’OGM, la Commission européenne permettrait de réouvrir le marché européen aux importations de riz américain qui peut, par exemple, contenir des poussières d’OGM.

Les organisations écologistes ont toujours contesté ce raisonnement. Selon elles, les cargaisons bloquées aux frontières de l’Europe à cause de résidus d’OGM ne représentent qu’une infime partie des produits alimentaires importées en Europe.

"La Commission européenne cède face aux tactiques d'intimidation de l'industrie des biotechnologies et s'apprête à ouvrir le marché européen à des produits OGM pour l'alimentation humaine et animale, non-autorisés", a affirmé Mute Schimpf de la campagne...

© Tous droits réservés Actu-Environnement Reproduction interdite sauf accord de l'Éditeur ou établissement d'un lien préformaté [11300] / utilisation du flux d'actualité.

Réactions2 réactions à cet article

 

Ce qui me gêne, c'est que l'on confond environnement et santé humaine. Et, de ce fait, on voit "l'industrie des biotechnologies" derrière une simple réalité des échanges de denrées alimentaires. Depuis des décennies, nous absorbons (sans le savoir au début) de la lécithine de soja... plus que très probablement transgénique (le soja), des populations à travers le monde absorbent des protéines (soja, viande animale nourrie au soja...) et des hydrocarbones (riz par exemple, maïs...) OGM sans qu'il y ait eu de catastrophe pour la santé publique. Nos réticences sont beaucoup plus orientées vers les aspects environnementaux : pureté des filières "bio" et des filières de qualité se voulant indemnes d'OGM, volatilité des pollens, risques d'induction de résistances (insectes face aux maïs Bt), etc...
La France n'a jamais autorisé de culture plein champ d'OGM "résistant aux herbicides" (heureusement !) ; la piste Bt pour les maïs est étudiée mais la culture du Mon 810 a été suspendue ; les essais officiels et indépendants de toute industrie -utiles parce que cherchant une piste nous libérant des pesticides -herbicides de dévitalisation des souches, fumigation des sols- de porte-greffes OGM susceptibles de résister aux nématodes par l'INRA ont été pour la seconde fois détruits (rappelons que le porte-greffe sert de pied et de tuyau à sève brute et ne communique rien au raisin)...
Donc, de quoi a-t-on, actuellement, réellement peur ?

Cela dit, il est vrai que la Commission n'est pas particulièrement claire dans son expression sur ces sujets.

Lord Caquee | 05 novembre 2010 à 10h51
 
Signaler un contenu inapproprié
 

J'apprécie beaucoup l' affirmation que depuis des décennies, il y a consommation de produits comportant des OGM "sans qu'il y ait eu de catastrophe pour la santé publique". C'est là pour moi un simple acte de foi, car il présuppose la connaissance du processus biologique qui pourrait relier une conso d'OGM avec certaines pathologies. Il suffit de se rappeler toute l'histoire de l' "aventure du tabac au pays du cancer" , ou bien "Isolez vos poumons avec de l'amiante" pour douter de la validité d'une telle hypothèse.

In dubio | 11 novembre 2010 à 09h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager