Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Méditerranée : des aides aux pêcheurs pour une gestion durable des stocks

Biodiversité  |    |  Rachida Boughriet  |  Actu-Environnement.com

Le 2 juillet, Annick Girardin, ministre de la Mer, a annoncé la mise en place d'un plan d'accompagnement des chalutiers de Méditerranée, « en vue d'une exploitation plus durable » des ressources halieutiques. Ce plan prévoit des dispositifs d'aides aux arrêts temporaires des navires amarrés et de sortie de flotte à partir de 2022.

Les arrêts temporaires ont vocation à indemniser les coûts fixes supportés par l'armateur pendant l'arrêt du navire « à hauteur de 30 % du chiffre d'affaires attesté de 2019. Les équipages auront accès au dispositif de l'activité partielle et une indemnité équivalente est prévue pour les armateurs embarqués », a précisé le ministère de la Mer dans un communiqué. Les dossiers de demande de ces aides pourront être déposés jusqu'au 30 novembre 2021 auprès de la Direction interrégionale de la mer Méditerranée. Concernant le plan de sortie de flotte, le ministère a demandé aux professionnels « d'évaluer leurs besoins d'ici à 2022. Cette évaluation devra se faire en fonction de la baisse de l'effort de pêche qui sera décidée pour 2022 ».

« Très attendue par la profession, ce plan d'accompagnement va permettre de soulager nos pêcheurs engagés dans une démarche ambitieuse de gestion durable des stocks de Méditerranée », souligne Annick Girardin. « La diminution de l'effort de pêche de 40 % d'ici 2025 (fixée par la Commission européenne, ndlr) a des répercussions économiques immédiates sur les chalutiers de Méditerranée, il est donc primordial de les aider à passer le cap ».

Réactions1 réaction à cet article

 

Pas très sérieux tout de même de chaluter dans une mer si pauvre en plancton (la fameuse mer bleue) donc en poisson.
Déjà chez-nous c'est un désastre car il n'y a aucune raison qu'avec des moyens limités pêche côté, voiles en 1900 nos anciens apportaient plus de tonnage que maintenant!

pemmore | 06 juillet 2021 à 09h36
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Votre conseil juridique en matière de biodiversité et d'espèces protégées Cabinet Valentin Renoux - Avocat