Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Produits chimiques : le Pnue réclame des mesures d'urgence face aux risques sur la santé et l'environnement

Risques  |    |  Philippe Collet  |  Actu-Environnement.com

"Des mesures d'urgence s'imposent pour réduire les risques [liés aux produits chimiques] sur la croissance, la santé et l'environnement", a prévenu, mercredi 5 septembre 2012, le Programme des Nations unies pour l'environnement (Pnue), s'appuyant sur un rapport chiffrant à un million le nombre de décès annuels imputable aux intoxications dues aux produits chimiques industriels et agricoles. Ces produits "sont parmi les cinq principales causes de décès dans le monde", avance le Pnue, ajoutant qu'ils engendrent aussi une perte de "14 millions d'années de vie ajustées à cause de handicaps".

Les coûts avancés par le rapport sont particulièrement élevés : 634 milliards de dollars par an pour les dommages sur le secteur de la pêche commerciale causés par la pollution aiguë de l'eau en Chine, plus de 230 milliards de dollars pour la mauvaise gestion des composés organiques volatils (COV), ou encore 22 milliards de dollars pour les dommages liés à l'exposition au mercure.

Le rapport rappelle que sur les 140.000 produits chimiques présents sur le marché actuellement, seul une petite fraction a été soigneusement évaluée afin de déterminer ses effets sur la santé humaine et l'environnement. Quant aux efforts entrepris récemment, le Pnue balance entre optimisme et pessimisme : certes "au cours de ces dernières années, les conventions internationales, les gouvernements nationaux et les entreprises ont pris des mesures importantes afin de développer les capacités nationales et internationales de gestion saine et sécurisée des produits chimiques", mais "le rythme des progrès a été lent, et que les résultats sont trop souvent insuffisants".

Un problème qui s'aggrave

Le problème concerne aussi bien les pays développés et que les pays émergents et les économies en développement, où les garanties et les règlements sont souvent plus faibles, affirme le document intitulé Perspectives mondiales en matière de produits chimiques, ajoutant que "ces risques sont aggravés par des modifications constantes dans les modes de production, d'utilisation et d'élimination des produits chimiques".

Les ventes internationales de produits chimiques sont appelées à augmenter d'environ 3% par an jusqu'en 2050, estiment les experts du Pnue, précisant que l'Afrique et le Moyen-Orient devraient enregistrer une augmentation moyenne de 40% de la production chimique entre 2012 et 2020 et l'Amérique latine, une hausse de 33%.

Parmi les recommandation du rapport, figurent par exemple l'élaboration de politiques publiques qui mettent l'accent sur la prévention des risques et la promotion des alternatives plus sûres (plutôt que de se concentrer uniquement sur l'assainissement des sites pollués), la mise en œuvre d'approches et d'analyses cohérentes pour surveiller les taux d'expositions chimiques et leurs effets sur l'environnement et la santé, ou encore l'établissement d'instruments juridiques qui définissent les responsabilités du secteur public et privé en matière de contrôle des produits chimiques.

Réactions1 réaction à cet article

 

Merci pour vos articles, source d'informations majeures pour moi, ils me confortent dans le travail que je mène en ce moment sur la question des COV

nature | 11 septembre 2012 à 14h42
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Améthyste 300, pour collecter et désinfecter les masques et gants usagés A4 RECYCLAGE