En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Pollution dans la Seine : Barbara Pompili lance des contrôles sur tous les sites franciliens de Lafarge

Eau  |    |  Rachida Boughriet  |  Actu-Environnement.com

La ministre de la Transition écologique Barbara Pompili a annoncé, mercredi 2 septembre, que tous les sites du cimentier Lafarge, situés en bord de Seine en Île-de-France seront contrôlés, accusés de pollution survenue dans le fleuve. Pour rappel, selon la radio Europe 1, Lafarge aurait déversé du béton et des particules plastiques dans la Seine depuis sa centrale à béton, située dans le quartier de Bercy à Paris (12e arrondissement). Un deuxième site du groupe Lafarge-Holcim serait aussi concerné situé au port de Javel à Paris (15e arrondissement), a ajouté hier Europe 1 : « Du béton pourrait avoir été déversé depuis plusieurs années au pied du Pont Mirabeau ». Des photographies montrant des camions du cimentier déversant des liquides dans le fleuve ont été prises en juin par une association de riverains.

Une enquête est déjà ouverte par le parquet de Paris pour suspicion de pollution de la Seine par une entreprise de travaux publics. La maire de Paris Anne Hidalgo a saisi mardi le procureur de la République, après les révélations d'Europe 1 sur les rejets dans le fleuve issus du site de Bercy. « Ces actes sont intolérables. J'attends des explications du groupe Lafarge et j'ai d'ores et déjà décidé de lancer une opération de contrôle de l'ensemble de ses installations qui bordent la Seine en Île-de-France », a déclaré mercredi Barbara Pompili, sur Twitter.

De son côté, le groupe Lafarge a dénoncé, dans un communiqué, un « acte de malveillance » sur son usine de Bercy. L'incident « survenu la semaine dernière est exceptionnel », a ajouté Lafarge qui prévoit de renforcer le contrôle sur ses usines « pour éviter tout nouvel incident ». La centrale à béton de Bercy « a été victime d'une détérioration délibérée d'une plaque d'étanchéité, positionnée sur le dernier bassin de décantation des eaux, qui a entraîné un léger écoulement temporaire d'eau recyclée dans la Seine », a expliqué le cimentier. En revanche, le groupe n'a, pour l'heure, pas communiqué sur les accusations de rejets de béton issus de son usine de Javel. La préfecture de la région et l'Agence régionale de santé ont assuré, le 2 septembre, qu'il n'y a pas d'incidence, à ce stade, de la pollution sur le réseau d'eau de consommation humaine.

Réactions2 réactions à cet article

 

Ces politiciens qui veulent empêcher de polluer en silence.
Remarque un peu de béton, à côté de tout ce qui part discrètement au caniveau par les artisans plus ou moins déclarés de Paris c'est de la roupie de sansonnet.
Vous avez déjà vu un artisan récupérer le lavage des seaux des bétonnières? moi non.

pemmore | 04 septembre 2020 à 10h53
 
Signaler un contenu inapproprié
 

On trouve toujours le méchant cimentier, par contre où partle-t-on des errements du SIAAP avec les rejets en permanence non-conformes de la station d'Achères, par exemple.
ActuE est très indulgent envers les traiteurs d'eau, ces généreux annonceurs...

Albatros | 04 septembre 2020 à 13h23
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager