En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Pollution au mercure : des désordres chez les souris dès trois mois

Risques  |    |  Sophie Fabrégat Actu-Environnement.com
Si l'orpaillage est responsable de déforestation en Guyane, il est également à l'origine de la pollution des milieux aquatiques. Le mercure, utilisé par les chercheurs d'or pour amalgamer les paillettes de ce précieux métal, a contaminé les écosystèmes. Il faudrait 1,3 kg de ce polluant pour produire 1 kg d'or. Selon le CNRS, 12 tonnes de mercure seraient rejetées chaque année en Guyane. Le mercure est connu pour être persistant et pour se bioaccumuler dans la chaîne alimentaire. Ainsi, en 2005, 84 % des amérindiens Wayanas vivant sur les berges du haut Maroni (Guyane française) présentaient une concentration en mercure dans les cheveux dépassant la limite fixée par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) jusqu'à deux fois. Les poissons, qui constituent une large part du régime alimentaire de cette population, seraient un des vecteurs principaux de cette contamination.

Une étude, visant à déterminer si cette contamination est dangereuse pour la santé, a été menée par des chercheurs de Bordeaux (CNRS, INSERM) auprès de souris. Il s'agissait d'introduire dans leur alimentation du poisson contaminé. Ainsi, les chercheurs leur ont administré, via leur régime alimentaire, une dose de 1 ng de méthylmercure (MeHg) par jour par gramme de masse corporelle, soit la dose ingérée par les Wayanas au quotidien. En parallèle deux autres groupes de souris ont été soumises à un régime à base de poissons sans mercure organique ou pauvre en méthylmercure.

Sur les souris nourries au premier régime, les chercheurs ont observé une bioaccumulation de mercure très nette dans tous les tissus dès le premier mois et stable entre un et sept mois., avec une reprise de l'augmentation de la concentration en mercure au quatorzième mois. Le rein concentrait le plus de mercure (100 ng Hg/g de un à sept mois, 500 à quatorze mois), suivi par le foie (de 7 à 11 ng Hg/g sur la première période, 77 à 14 mois). Dès trois mois, les chercheurs ont observé une déméthylation du méthylmercure dans le rein et le foie (30 %) avec une augmentation de 40 % de la teneur en métallothionéine** dans les reins. Dès trois mois, des désordres dans les reins, le foie, le muscle et le cerveau ont été constatés.
L'étude comportementale a montré une chute de la prise de boisson chez les souris contaminées ainsi qu'une détérioration accélérée de la mémoire de travail quand l'exigence cognitive de la tâche augmentait.

Cette étude a permis de constater que les perturbations étaient plus importantes à 3 mois de contamination, alors que les doses de MeHg accumulées dans les tissus sont très faibles. L'originalité de cette étude tient dans le fait que les souris ont été nourries à base d'un régime contenant du poisson contaminé et non pas avec du MeHg pur.


* suppression de radicaux méthyle dans un composé
** protéine qui joue un rôle protecteur pour nos cellules contre les élément-traces métalliques

Réactions1 réaction à cet article

 
toxicité mercure

Qu'en est-il des doses de vaccins H1N1 dits sans adjuvants qui contiennent des quantités non négligeables de mercure (3 fois la dose normale) ?

lmdhara | 11 décembre 2009 à 09h46
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…