Robots
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Ecotaxe : le dernier portique finistérien démonté par… la préfecture

Transport  |    |  Philippe Collet  |  Actu-Environnement.com

Le portique écotaxe de Pont-de-Buis (Finistère) a été démonté ce jeudi pour être mis à l'abri, rapporte FR3 Bretagne. Les opposants à l'écotaxe qui ont violemment manifesté samedi dernier n'y sont cependant pour rien. En effet, le démontage du dernier portique encore en place, sur les trois installés dans le Finistère, a été réalisé par la préfecture à la demande d'Ecomouv', gestionnaire du portique

"Il s'agit d'une décision de la société Ecomouv'", a expliqué à l'AFP le préfet du Finistère, Jean-Luc Videlaine, ajoutant qu'"il s'agit d'une sage décision puisque ce portique était devenu un lieu d'affrontement et un symbole vécu par certains comme provoquant".

Le Finistère exempté d'écotaxe ?

La raison officielle de ce démontage ? Depuis la suspension de l'écotaxe par le Premier ministre Jean-Marc Ayrault, Ecomouv' a estimé que le portique "n'aura pas d'utilité pendant un temps indéterminé" et qu'"il est de bon ton de le mettre à l'abri des déprédations", a expliqué le préfet.

On peut se demander s'il sera remis en place, surtout que Marylise Lebranchu a expliqué au micro d'Europe 1 qu'"on va vers une taxe poids lourds qui sera différente en fonction des régions, très péninsulaires et sans autoroute". Les propos de la ministre, originaire de Côtes du Nord, laissent planer un doute sur les conditions d'application de l'écotaxe au Finistère.

Réactions3 réactions à cet article

 

A priori l'écotaxe rapportait près de 4 fois plus aux bretons qu'elle ne leur coûtait. Elle relevait par ailleurs le prix des importations de produits étrangers plus taxés car venant de plus loin et rendait donc plus compétitifs les produits bretons et locaux. Elle finançait des transports plus économiques et efficients afin de se préparer aux prochaines hausses du pétrole ainsi que des infrastructures en plus de la transition vers le fret ferroviaire et fluvial. Les portails permettaient en outre de lutter contre les traffics, les vols de camions et marchandises, le non respect des temps d'utilisation des véhicules par des routiers étrangers etc A part quelques adaptations sans doute souhaitables, c'est donc plus une perte pour les bretons et les français en général qui vont tous devoir financer les bretons même quand ils ne sont pas concernés par les transports.

Le mauvais calcul des bretons ? | 02 novembre 2013 à 00h34
 
Signaler un contenu inapproprié
 

L'écotaxe a été votée avec un bel ensemble par les députés. ils n'en avaient retenus que ce qui les arrangeait. Seulement c'est uné énorme usine à gaz, d'une complexité ruineuse, gérée par une entreprise PRIVEE qui conservera comme frais de gestion une somme absolument considérable, à priori indépendante en partie des sommes collectées.
Franchement la m^me somme pouvait être collectée en augmentant n'importe laquelle des taxes liées au transport ou au diesel on aurait économiseé les frais de cette incroyable infrastructure qui s'est répandue partout. On aurait aussi économisé tout l'argent qui alimentera la société PRIVEE.
Entre ce qui était prévu de faire avec cette taxe et la réalité on peut, pour le moins, "craindre des écarts". en particulier juste servir a combler notre déficit.
C'est aussi oublier que cette taxe devait compenser les recettes perdue par l'état depuis la PRIVATISATION des autoroutes.

ami9327 | 04 novembre 2013 à 10h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 

FR3 n'existe plus, les côtes du nord non plus, de + Mme Lebranchu est du Finistère...
Ce qui est malheureux avec cette affaire, c'est que les politiques n'ont pas saisi l'occasion de souligner notre dépendance, à l'instar d'une drogue, de ce pétrole. Le moindre grain de sable dans le système actuel et c'est le déraillement de nos consciences, qui veulent, parait-il du changement, mais jamais quand il arrive...

FFG | 07 novembre 2013 à 08h04
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager