En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Ecotaxe poids lourds : après les multiples reports, la suspension sine die

Après de multiples reports de l'entrée en vigueur de l'écotaxe poids-lourds, Jean-Marc Ayrault annonce aujourd'hui la suspension, le temps du dialogue, de la mesure adoptée dans le cadre du Grenelle de l'environnement.

Transport  |    |  Philippe Collet Actu-Environnement.com

"J'ai décidé la suspension de la mise en œuvre de l'écotaxe pour nous donner le temps nécessaire d'un dialogue au niveau national et régional." C'est en ces termes que Jean-Marc Ayrault a annoncé, ce mardi 29 octobre, une suspension de l'écotaxe sur l'ensemble du territoire français. "Suspension n'est pas suppression", a assuré le Premier ministre, précisant que "ce dialogue aura pour objectif d'améliorer les dispositions propres à la filière agricole et agroalimentaire, mais aussi celles relatives aux régions les plus périphériques".

Le Premier ministre a justifié cette suspension sine die par "la situation exceptionnelle" dans laquelle se trouve actuellement la Bretagne "qui traverse une crise, notamment dans le secteur de l'agroalimentaire". La situation nécessite un important dialogue social entre l'ensemble des parties prenantes, estime-t-il, déplorant que ce dialogue qu'il appelle de ses vœux "est aujourd'hui bloqué, bloqué par un seul sujet : l'écotaxe (…) qui focalise tous les mécontentements."

Dominique Barreau secrétaire général de la FNSEAMarie Jo Sader
 
Le Premier ministre s'exprimait à l'issue d'une réunion à Matignon avec les élus bretons, le préfets de région et les ministres de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, des Transports, Frédéric Cuvillier, et de l'Agroalimentaire, Guillaume Garot. A noter l'absence hautement symbolique de Philippe Martin, ministre de l'Ecologie.

En septembre, Fréderic Cuvillier avait déjà annoncé un nouveau report de la mesure du 1er octobre 2013 au 1er janvier 2014, au motif que "des dysfonctionnements persistants [devaient] impérativement être corrigés avant la mise en service du dispositif". Le ministre des Transports avait alors assuré que "le principe n'est pas remis en cause, ajoutant que c'est une affaire de semaines pour que tout rentre en ordre". A l'occasion de la conférence environnementale, il avait assuré avec fermeté qu'aucun nouveau report n'était envisageable (voir encart vidéo).

 
L'épineuse question financière Comment gérer le volet financier de ce nouvel ajournement de l'écotaxe ? Lors du précédent report la question des indemnisations que pourrait verser l'opérateur Ecomouv' avait été soulevée. En effet, il était considéré par certains comme partiellement responsable des dysfonctionnements à l'origine d'un report dont le manque à gagner était alors estimé à 300 millions d'euros.
Aujourd'hui, c'est l'éventuel coût de l'abandon qui pose problème. L'Etat devrait alors verser à Ecomouv' 800 millions d'euros, selon Stéphane Le Foll. A cela, il convient d'ajouter un manque à gagner annuel de l'ordre de 1,2 milliard d'euros…
 
Vers de nouveaux aménagements de l'écotaxe

Les négociations annoncées par le Premier ministre devraient aboutir sur des solutions qui "devront être juste, devront être équilibrées au plan national et tout secteur confondu", a-t-il indiqué, expliquant avoir déjà reçu des propositions de la part des trois ministres présents à la réunion. Une annonce qui satisfait la FNSEA et irrite les associations environnementales qui ne considèrent pas que la mesure représente une menace pour les transporteurs routiers (voir encart vidéo).

Quelles mesures peut-on attendre ? "Des mesures spécifiques d'exonération des poids lourds utilisés par l'agriculture et la pêche partout en France" ainsi que des mesures qui "[tiennent] compte le plus possible des entreprises du transport routier". Au sujet des transporteurs, le Premier ministre a indiqué "[avoir entendu] les demandes des organisations professionnelles".

Les différents professionnels s'avancent déjà pour présenter leurs doléances, à l'image de la Fédération nationale du bois qui a adressé une lettre au gouvernement lourde de menaces : "si notre profession reste oubliée, nous saurons comme les agriculteurs trouver les moyens de faire entendre notre voix. Nos grumes sont assez longues pour bloquer les routes".

Cependant, l'ajout de nouveaux aménagements fait planer un risque sur sa mise en œuvre effective, craignent certaines associations à l'image d'Agir pour l'environnement. "A l'instar de la taxe carbone qui fut censurée par le Conseil constitutionnel à cause des trop nombreuses exemptions accordées et de la rupture d'égalité subséquente, il est à craindre que les multiples reculs du Gouvernement faisant suite aux pressions des lobbies agricoles et routiers conduisent à l'échec de l'écotaxe", estime l'association.

Pour rappel, certaines régions ont déjà obtenu des réductions de l'écotaxe de 30% (pour l'Aquitaine et Midi-Pyrénées) et de 50% (pour la Bretagne). De plus, la Bretagne a obtenu une exonération totale pour les camions de collecte de lait et l'exclusion du réseau taxé de la route nationale 164, le principal axe régional.

Réactions29 réactions à cet article

 

Toutes les entreprises devraient payer l'écotaxe dès lors que leur camion est au delà de 50 kms du siège social de leur entreprise. Dès lors, cela ne taxerait pas, ou peu, les activités de proximités (artisans, commerçants qui font des tournées, petites livraisons, transports de grains aux silos) et cela permettrait de taxer toutes les marchandises qui viennent de loin.

villechamp | 29 octobre 2013 à 20h14
 
Signaler un contenu inapproprié
 

C'est n'importe quoi!!! Soit on l'applique à tout le monde dans les mêmes termes, soit on ne l'applique pas. La soumission du gouvernement aux lobbies traduit un réel manque d'autorité de l'Etat et fragilise d'emblée toute nouvelle mesure qui se voudrait contraignante...

Et quid des "cadeaux" accordés aux transporteurs pour faire passer la pilule et qui sont maintenus malgré une "suspension" de l'écotaxe??
On se demande bien qui va passer à la caisse pour l'entretien du réseau routier??.... Ah si j'ai une petite idée, pourquoi pas le généreux et docile contribuable ?

AlexG | 30 octobre 2013 à 08h43
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Cette Ecotaxe avait été adoptée avec un large soutien, sans que les décideurs n'en réalisent les conséquences et l'extraordinaire complexité de la tarification. Seul avait été pris en compte le bon côté: une taxe qui concerne pratiquement l'ensemble de la population au travers des possesseurs de poids lourds de plus de 3t5 (la barre avait mis au plus bas pour IMPACTER le maximum).
En réalité comme la SEULE RAISON était de ponctionner 1.4Milliard sur la population via le transport des mesures simple d'augmentation d'une des Taxes liées à cette activité aurait non seulement suffit et évité cette "énorme usine à gaz"
Entre temps des régions ont fait valoir leur caractère "périphérique" (sic) pour obtenir un baisse de la taxe. Baisse qui bouleverse les prévisions de rendement, d'autant plus que ECOMOUV (société PRIVEE concessionnaire) recevra une somme minimale de 240 Millions d'Euros. Aujourd'hui la "machine est lancée" une lourde infrastructure est en cours d'installation et dans le meilleur des cas (pour ECOMOUV) elle ne collectera qu'une partie bien plus faible que ce qui était prévu. Au départ les frais d'infrastructure étaient d'environ 260 Millions et ils seraient passé à 800 millions (par enchantement???) Il faut se rappeler que le "premier port français" est en Belgique a Anvers et on comprend mieux la notion de "région périphérique". Les frais dans les ports Français sont si élevés qu'il est plus avantageux d'importer a Anvers puis de distribuer le tout en France.

ami9327 | 30 octobre 2013 à 09h49
 
Signaler un contenu inapproprié
 

C'est pitoyable, ce sont les lobbies qui font la loi avec leurs camions qui peuvent paralyser le pays, cela me rappelle de mauvais souvenirs, le Chili en octobre 1972. Et ce qui me dégoute le plus ce n'est pas Hollande, je n'attends rien de lui, mais l'attitude des Verts, depuis 15 ans je votais pour eux mais c'est terminé. Comme Yves Paccalet, je me dis " l'Humanité disparaîtra, bon débarras !", dommage que j'ai eu des enfants

hirondelle | 30 octobre 2013 à 09h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Justement AlexG, lgrace à la supression de l'ecotaxe vous ne passerez qu'une seule fois à la caisse et non plusieurs fois. Vous croyez qu'elle n'aurait pas été repercutée d'une manière ou d'une autre sur le produit finale?

kathar | 30 octobre 2013 à 10h01
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Lamentable, un gouvernement de minables mais ça on le savait déjà.
Encore le lobby paysan avec en tête le président de la FNSEA dont les actions violentes ne sont pas sanctionnées, une minorité qui impose sa loi a la majorité des Français, qu'on leur fasse payer le manque à gagner et les indemnités occasionnées.

lio | 30 octobre 2013 à 10h11
 
Signaler un contenu inapproprié
 

On le voit une fois de plus : tout ce qui relève de la raison à long terme ne pèse rien en face des élections à venir. La Bretagne a voté socialiste, elle dérive vers une droite extrème . C'est cet aspect qui fait agir le gouvernement. Il est évident que la protection de l'air- ou de l'eau , ou des animaux -est le dernier des ses soucis.
Quant à parler de "courage" il s'agit d'une antiphrase ,peut-être quelque peu ironique pour les Verts qui ne peuvent plus prétendre que leur présence ministérielle a une quelconque utilité .

sirius | 30 octobre 2013 à 10h33
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Cette taxe est une bonne taxe.

Sa mise en place est une usine à gaz. La faute à qui, on s'en fiche, maintenant que les investissements sont fait il faut l'appliquer. Et on ne compte pas le "loyer" à payer" à cette entreprise. J'ai toujours dis aux collectivité que les partenariat public privé n'était pas une bonne chose. Ça ne sert qu'à enrichir le privé au détriment des finance publique. Il faut donc revoir la taxe en toute intelligence.

Qu'est ce qui préoccupe les agriculteurs ? le fret de proximité. Et on les comprend.

La solution serait d'exonérer les camions de moins de 7.5t, ce qui correspond le plus souvent au fret de proximité. Les "petits" camions pourront rouler.
Il peut être également adjoint une close de "proximité" sans limite de gabarit.
On balaye tous les cas, dont celui du bois (c'est gros un tronc d'arbre). Les scieries ne sont pas à des km du lieu d'exploitation. Et s'il y a importation de bois, c'est le rail ou la route (à grand frais). On s'occupe également du transport et collecte de déchets fait en camion.

Une surtaxe "malus" pourrait être appliqué aux 44 t gentiment autorisé il y a quelques années, ainsi qu'aux poids lourds traversant la France (c'est un peu forcer le rail, mais bon).

On a voulu du tout routier, on en a ! Maintenant faire marche arrière est forcément compliqué.

Terra | 30 octobre 2013 à 13h57
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Beaucoup de discours sur ce thème mais mis à part ami9327, personne même pas les journalistes ne posent la question du coup de cette taxe. Je me demandais à quoi servaient de ces protiques qui fleurissent partout, et bien maintenant je sais. Mais je sais surtout qu'il va falloir beaucoup de temps rembourser ces installations. Alors qu'il suffisait peut être de déterminer le tonnage à partir duquel on taxait par l'achat d'une vignette (et oui, le bon vieux système D).
J'ai l'impression que nos verts sont bien les gros technocrates de Coluche qui disait :"Les technocrates, tu leur donnes le sahara, dans 5 ans ils cherchent à acheter du sable".
Ecomouv, pourrait on connaitre les membres du CA, les possesseurs d'actions ?
A quand la grève des contribuables ? Plus de paiement d'impôts et un ultimatum, utiliser notre argent pour ce qu'il est prévu (routes, écoles, hôpitaux, santé...)pas pour que les politiques en gagnent plus.

fab08022 | 30 octobre 2013 à 22h29
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Le problème d’une écotaxe c’est qu’il faut qu’elle soit efficiente. Qu’est ce qu’on cherche ici ? On cherche à protéger certaines voies de circulation et à détourner un flux de camions vers les autoroutes. On cherche également à dégager un certain nombre de recettes afin d’entretenir les routes publiques démontées par les poids lourds.
Donc, si on met en place un système D, avec une vignette, on fait payer tous les poids lourds, peut importe la route empruntée. Et pour ceux empruntant une autoroute c’est une double peine. De plus, le transit des camions a travers de la France sera difficilement contrôlable (on ne va pas vérifier tous les camions pour être sur qu’ils aient une vignette).
Le système choisi permet de contrôler automatiquement les camions sur les routes choisies et les autoroutes ne sont pas surtaxées (ce qui permet d’encourager leur utilisation). Bref, on peut ainsi tenter de gérer le flux de camions. Le système fonctionne bien (voir très bien) dans d’autre pays…
Alors, oui le transport coutera plus cher, mais il est temps de dire qu’en réalité, le transport par camion coute cher. Si on n’avait pas la manie en France de cacher les coûts on n’en serait pas là.
Après on peut faire valoir que les autoroutes Française sont hors de prix. Que le plus simple aurait été de les laisser accessibles comme en Suisse contre le paiement d’une redevance annuelle. Car le réseau sécurisé est là, il est juste inaccessible.

On peut aussi se poser la question sur ce PPP.

Terra | 31 octobre 2013 à 10h31
 
Signaler un contenu inapproprié
 

L'autre problème de cette contribution c'est qu'on a fait croire qu'il s'agit uniquement de dégager des fonds pour renflouer l’État.
C'est partiellement faux. Tous les impôts vont au budget général de l’État, donc dans un sens ils servent à renflouer les comptes.
Mais l'argent doit servir à investir dans d'autres modes de transport et doit permettre de renforcer et sécuriser les voies existantes.

Si je me souviens bien, les projets retenus de mobilité comprennent une ligne TGV, la rénovation des ligne de train existantes, le renforcement du fret rail et ... l'arrivé de nouvelle voies de circulation routières sécurisés. De plus en plus de contournement, de 2x2 voies "gratuite" (hors autoroutes). Combien cela représente t-il en investissement ? Beaucoup, et c'est à ça que dois servir cette contribution.
Ces infrastructures mise en place pour faciliter les transports, on en parle jamais. Et bien sur les transporteurs l'oubli, comme s'il était normal d'avoir ce niveau de qualité d'infrastructures routières.

Bref, le manque cruel de communication et de pédagogie ont tuée cette contribution. Il sera donc dure de la faire accepter.

Terra | 31 octobre 2013 à 10h37
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Pour fab,
La société Ecomoov est une entreprise Franco-italienne. 70% à l'entreprise italienne, elle même détenue par de nombreux investisseurs.

Détails :
70 % Italie :
AUTOSTRADE PER L'ITALIA

30 % Française :
THALES (11%)
SNCF(10%)
SFR BUSINESSTEAM (6%)
STERIA (3%)

Détails +

Autostrade per l'Italia est détenue à 100 % par Atlantia S.p.A., une entreprise cotée à la Bourse italienne. Bon. ok.

Les principaux actionnaires d'Atlantia S.p.A. sont :
1. Sintonia 46,41%
2. Autres actionnaires 45,53%
3. Fondazione CRT 6,06%

Et Sintonia est détenue par :
1. 66.40% Benetton family (via Edizione S.r.l.)
2. 17.68% GIC - Government of Singapore Investment Corporation (via Pacific Mezz Investco S.à r.l.) )
3. 9.98% Goldman Sachs Infrastructure Partners (via Sinatra S.à r.l.)
4. 5.94% Mediobanca S.p.A

Terra | 31 octobre 2013 à 10h50
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Cette écotaxe a été – suspendue – pas abandonnée, il ne peut y avoir pour l'instant d'obligation à verser des dédommagements ; à moins qu'il y ait une date butoir comme le 1er janvier 2014.
OUI terra, cette taxe est là et peut importe dans quelles conditions elle a été voté, presque tous les députés l'ont votés, alors les conseils... Il faudrait le leurs rappeler.
Mais il y a un gros MAIS, il existe une taxe à l'essieu pour les plus de 10 T, cette taxe est-elle toujours en vigueur ou disparaît-elle à la suite de la mise en place de la nouvelle ?
Mes recherches sur le net me dise qu'elle est encore perçue. Donc, une de plus ?!
Cette taxe éco machin est faites pour inciter le transport alternatif, où est-il se transport alternatif ?
Le ferroutage ?
Disparu ou presque depuis plus de 50 ans ! (
Le fluvial ?
Vous avez vu dans quel état sont les fleuves, rivières et canaux ? Sans oublier les écluses ors d'âge.
n’aurait-il pas fallut AVANT de faire le nécessaire pour qu'il y ait réellement de quoi faire un transport alternatif, ça a été fait la réfection des voies fluviale mais à la suite de désaccords entre certains partis..., il y a eu il y a plusieurs années propositions pour relancer le ferroutage, sauf que les conditions pour les clients étaient si dissuasives..., (à suivre)

Maurice | 31 octobre 2013 à 11h07
 
Signaler un contenu inapproprié
 

pourtant mettre un camion sur wagon et lui faire traverser la France n'est pas une idée si mauvaise que ça, les chauffeurs pouvaient soit prendre le traîne et reposer, soit il n'y avait que la remorque et un autre tracteur la prenait en charge à l’arrivée. (cela c'est fait ou ce fait encore, pour le particulier, qui ne se souvient pas de la pub à se sujet)
Nos politiques devraient faire des taxes pour les camions faisant plus de 500 km de transport, et inciter par des tarifs très attractifs le ferroutage (voire faire comme les suisses, le rendre obligatoire) C'est une question de volonté rien d'autre !
Mais voilà, il ne faut pas déplaire aux professionnels qui sont aussi des électeurs. De volonté ou de courage ce qui ce traduit par des boules entre les jambes et surtout dans la tête.

Maurice | 31 octobre 2013 à 11h09
 
Signaler un contenu inapproprié
 

L'écologie populaire serait celle qui nous invente des moyens d'économiser notre argent ET nos ressources. Le tout à l'échelle du pays et pas de la personne qui fait du vélo pour ne plus prendre sa voiture.
Le moins qu'on puisse constater est qu'on bien loin de cette performance.
Nous n'en sommes qu'a dépenser autrement notre argent et employer autrement les ressources (toutes les ressources...).
Si l'ecotaxe a été acceptée ailleurs il ne faut pas dire qu'elle doit l'être chez nous mais comprendre pourquoi elle nous est inacceptable. L'une des raisons étant que les autres pays n'étaient pas dans une crise aussi grave que chez nous. Mais franchement une simple augmentation d'une des taxes relatives au transport ou au gazole aurait permis de collecter à bon compte la même somme. L'objectif implicite est de renchérir le transport routier pour que les autres modes de transport deviennent plus compétitif. (Cf. le stationnement obligatoire trés cher par rapport au prix des transports en commun trés chers aussi Versus stationnement gratuit et transports en commun trés chers....à méditer)

ami9327 | 31 octobre 2013 à 12h33
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonjour AlexG,

Je vois que vous êtes très assidu des sites environnementaux. Je dois pourtant vous désapprouver, et je soutiens que les transports en cycle court ne devraient pas être soumis à l'écotaxe.

Quant aux lobbies (pratique que nous ont envoyé les Grands Bretons), je vous concède qu'ils sont tout-à-fait haïssable et constituent, à mes yeux, une forme de mafias corruptrices.

Sur un autre plan, quand on conçoit des ordinateurs aussi puissants qu'à l'heure actuelle et qu'on envoie des sondes dans l'espace (ver Mars, &c...), on doit être capable de technologies permettant l'exonération pour les circuits courts et, surtout, 2°) de la volonté politique pour ne pas pénaliser ceux qui commercialisent en local ou bien rejoignent les quais de frêt SNCF pour envoyer leur marchandise vers le destinataire.

Dany à Nice

Dany-a-Nice | 01 novembre 2013 à 10h31
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Je ne suis pas un pro Mélenchon loin de là, mais je trouve que dans ce cas précis il a bien résumé la situation( concernant l'appel a manifestation(ecotaxe) de quimper)
"Encouragé par la timidité et la pleutrerie du gouvernement qui leur cède tout, le patronat et les cléricaux des départements bretons vont faire manifester les nigauds pour défendre leur droit de transporter à bas coût des cochons d'un bout à l'autre de l'Europe dans des conditions honteuses""
A Quimper manifestent ceux qui veulent que continue la souillure de notre belle Bretagne par les nitrates de l'agriculture productiviste. A Quimper manifestent ceux qui veulent les salaires de misère pour les agriculteurs et le règne de la grande distribution. A Quimper les esclaves manifesteront pour les droits de leurs maîtres"

lio | 02 novembre 2013 à 12h12
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Les "minables" ne sont pas où l'on croit. Certains ont mené leurs entreprises à la faillite par une course effrénée aux productions sans valeur ajouté et polluantes, sans se poser les questions de la formation de leurs salariés et de l'innovation...Et sans demander le moindre avis à quiconque. La liberté de manifester est l'honneur d'un pays démocratique. Je doute cependant qu'une majorité de bretons qui sont des gens plus que sensés, se reconnaissent dans certains manifestant qui tentent d'accuser l'écotaxe pour mieux faire passer à la trappe leurs errements.

géant vert | 03 novembre 2013 à 13h05
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Je ne sais pas du tout ce qu'il en est de la taxe à l'essieu. Ça m'étonnerait qu'elle ai été supprimée, c'est pas bien le genre des politiques.
Je suis d'accord sur le fait qu'il y a eu un laissé allé (volontaire ?) sur le ferroutage et le transport fluvial.

Mais est-ce une raison pour ne pas avancer ?

Il est vrai ami, qu'il aurait été plus simple d'augmenter une taxe sur le transport, mais l'effet n'aurait pas été le même.
Maintenant, la plus part des investissements techniques ont été réalisés (sauf en Bretagne, où ils tombent comme des mouches) donc autant s'en servir. J'espère que le gouvernement optera pour une formule plus souple surtout pour le transport local.

Terra | 04 novembre 2013 à 10h35
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Il est temps de mettre fin à ce foutage de gueule que constitue cette taxe. Comme la très grande majorité des PPP, Ecomouv' est une société créée par des copains pour des copains aux seules fins de siphonner les finances publiques.
Quand Fillon disait que l'Etat était en faillite, il ne faisait pas un constat mais il édictait son programme, plutôt bien réussi. Ayant organisé antérieurement la scandaleuse vente des sociétés d'autoroutes (prix bradés aux copains), son prédécesseur privait l'Etat d'une rente de plusieurs milliards (à peu près ce qu'aurait dû rapporter la taxe poids lourds) qui est actuellement prélevée par Vinci et consorts et qui manque au budget de l'Etat.
Il n'y a que les couillons pour croire que cette taxe est une "écotaxe" car, pour ces couillons, dès qu'on met "éco" devant n'importe quelle ânerie, ladite ânerie se voit parée de toutes les vertus.
Eco-couillons.

Albatros | 04 novembre 2013 à 13h43
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Je pense que ALBATROS a raison, cette taxe n'est qu'encore qu'une c**********e pour pomper l'argent publique et se le partager entre copains.
J'ai entendu un reportage sur une Radio Nationale qui expliquait cette taxe KMS Poids Lourds (et non eco-taxe). Elle est faite à la base pour faire participer les transporteurs aux réfections de nos routes construites et entretenues par notre argent. Elle doit également favoriser le ferroutage ou le navigable pour éviter ces gros flux. Donc participer à la diminution des GES. Soit, elle est Ecologique....dans le texte...Voici le lien : http://www.francebleu.fr/%5Bfield_diffusion_themes-term-raw%5D/h2o-semaine-france-bleu-pays-d-auvergne/h2o-semaine-38
Mais c'est là qu'est l'os. OK pour la taxe permettant de participer à la réfection des routes mais les projets qui sont concerné parlent de refaire une route à 4 voix sur la Bretagne, construire la grande route trans-européenne. Donc ce n'est pas une eco taxe car si on parle d'écologie on parle de produits locaux afin de diminuer les échanges Nord/Sud (et inverse) de produits en tout genre et par toutes les saisons. On évite de faire rouler des gros volumes polluants dans tous les sens et on revient à des valeurs simples qui pour moi sont source d'emplois.
Mais on diminue les profits, nos revenus et donc de l’impôt qui, vu le volume, tentent bien nos amis financiers gourmands en indicateurs de croissances, sources de profits.
....suite arrive

fab08022 | 07 novembre 2013 à 06h55
 
Signaler un contenu inapproprié
 

...suite...
Que fera t on dans 4 ou 5 ans pour rentrer d'autres revenus dans les caisses de nos états ? On mettra un boitier Ecomouv' sur chaque voiture et on nous taxera également des KMS réalisés pour le principe de l'utillisateur-payeur. Mais surtout pour que les copains engrangent encore plus de profits.
Donc, oui peut être que les manifestations ne sont pas toutes basées sur le même souhait ou sont dirigés. Ce qui est vrai, c'est que, avec ou sans avis, nous sommes bel et bien manipulés par cette pieuvre politico-financière qui nous dit que les caisses sont vides et par tous moyens nous pompe, pompe et repompe encore jusqu’à l’étouffement.
Il est temps que la prochaine grève soit celle de l'impôt avec comme revendication de faire le ménage dans tous les contrats de l'état, dans son fonctionnement car l'état, ne l'oubliez pas, c'est nous. Et sans nous, pas d'état.

fab08022 | 07 novembre 2013 à 07h05
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Je me permet de réagir :
Quand vous dites
"OK pour la taxe permettant de participer à la réfection des routes mais les projets qui sont concerné parlent de refaire une route à 4 voix sur la Bretagne, construire la grande route trans-européenne."

C'est exactement une partie d'être de la taxe. Ces infrastructure coutent cher et donc il faut payer pour en avoir. C'est ce que les transporteur oublient souvent.
Ca n'enlève rien au copinage bien sur. Mais je tenais à la préciser.

Pour ce qui est des particulier cela ne se fera pas car c'est compris dans vos impôts. Pour les copinages il y a d'autres moyens comme l'éthylotest obligatoire ou la réduction des vitesses sur le réseau secondaire afin de rendre les autoroutes plus "attractives"

Terra | 07 novembre 2013 à 11h50
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Oui, c'est plus vicieux encore. Je ne suis pas à leur niveau. Mais je pense que ça peut un jour leur trotter dans la tête.
Malgré tout, il y a cette fameuse taxe qui va se répercuter sur nos achats. Et comme les produits transitent énormément, à chaque fois que le produit passe dans le camion, bingo pour le consommateur final. Exemple du cochon belge qui vient en Bretagne se faire dépesser, cling. Puis envoie vers l'usine de transformation, re-cling. La conserve vers le dépot du Grand Magasin, re-re-cling. Enfin, le transfert du dépot vers le magasin, re-re-re-cling.
Mais c'est simpliste comme raisonnement, je pense que c'est encore plus tordu que ça dans ce transite de marchandises.
Vaste débat et étrange situation dans laquelle on vit. On se demande si ce que l'on nous pompe c'est du lard ou du cochon (encore...!!!).
Mais le consommateur n'est il pas le cochon de payant ?
Et l'écologie la dedans, où trouve t elle son compte ? Mais c'est elle que l'on montre du doigt car c'est "l'Eco-Taxe".

fab08022 | 07 novembre 2013 à 12h41
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Un industriel cherchera à réduire ces coûts.
Et peut-être qu'il se mettra en place des filières viandes entières, comprenant la production, l'abattage et la transformation dans un périmètre plus restreint. On oubliera les grandes usines et on passera un modèle plus local afin d'éviter ces coûts de transport.
Bref, ce qui n'est pas à haute valeur ajoutée sera relocalisé.
Si on arrive à ça, la taxe aura gagné ses gallons "éco"

Terra | 07 novembre 2013 à 13h19
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Ah ! Belle réflexion. Si effectivement on y arrive, je les lui pose moi même ses galons.
Mais à quoi serviront les routes déployées pour ces transites. Auront Ils été une unique incitation à la relocalisation ? Cette démarche nous coûte cher. Il serait préférable que tout ce mette en place sans que les pouvoirs publics actionnent les volets taxe et travaux. Que chacun puise réfléchir justement à cet avenir incertain. Mais il faut de l’information complète, décryptable par tous et non axé sur un élément du sujet. On n'y est pas encore au pays "Ecologie"....
Attendons la suite, elle semble prometteuse.

fab08022 | 07 novembre 2013 à 19h00
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Comment peut-on croire que cette taxe peut permettre de développer des filières locales, surtout dans les marchés de la viande? C'est oublier tous les facteurs de production, dont par exemple le travail: une personne de l'est, en Allemagne où le salaire minimum n'existe pas, sera moins chère qu'un salarié breton. Ce n'est qu'un exemple sur un des nombreux facteurs de production. Avant de faire "gagner des galons" écolos à une taxe "éco-débile" pour satisfaire les éco-c******** à la Hulot, il vaudrait mieux que nos fonctionnaires travaillent à élaborer une fiscalité cohérente et non discriminatoire.

Albatros | 07 novembre 2013 à 22h37
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Comme dit le dicton : "un petit dernier pour la route".
On peut de nouveau s'interroger lorsque l'on voit ces informations sur planet.fr : Découvrez la route la plus chère de France.
Voilà à quoi va servir certainement la taxe Kms poids lourds. Il n'est pas nécessaire d'être un éco-c******** à la Hulot pour se dire que cet impôt ne doit plus être appelé Eco-Taxe. On est franchement loin du but du jeu qui est d'éviter le transite de marchandises.
Effectivement Albatros, il est difficile de s’imaginer que l'on va développer les filières locales avec de telles infrastructures. Nous voyons bien une nouvelle fois que l'on n'est pas dans la logique protection environnementale mais bien augmentation des profits avec un argument choc pour que l'opinion accepte : les emplois à la clé.
En espérant que ces milliards ne soient pas balayé par le premier tsunami dont on n'a pas penser à l'ampleur. Tout comme au Japon où c'était construit par rapport à ce que l'on avait déjà connu et que plus fort n'était pas pensable.
Maintenant, les employés d'EcoMouv s'indigne de se retrouver au chômage et ne comprennent pas. Ce que je peux comprendre à partir du moment où l'on n'est pas dans une logique de protection environnementale mais de survie dans ce monde où l'argent domine.
Le débat encore une fois n'est pas complet et se focalise sur des points, les uns après les autres.

fab08022 | 10 novembre 2013 à 08h47
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Exportons ces portiques en Chine, cela devrait ralentir leur croissance. Ils apprécieront d'autant que ces outils sont des puissants auxiliaires pour un Etat totalitaire, bien plus subtils que la flicaille de base: leur potentiel de réduction du droit de se déplacer librement est énorme: une puce sur chaque véhicule (bientôt chaque citoyen?) et on pourra bien contrôler tous ses déplacements...

Albatros | 12 novembre 2013 à 23h29
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager