En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Le Parlement européen veut réduire de 50% les émissions mondiales de GES d'ici 2050

Gouvernance  |    |  Florence Roussel  |  Actu-Environnement.com
Des objectifs chiffrés contraignants pour tous les pays industrialisés, un système mondial d'échange de quotas d'émissions et une réduction de 50% des émissions de gaz à effet de serre d'ici 2050 devraient figurer parmi les objectifs-clé de l'Union européenne lors de la prochaine Conférence des Nations Unies sur le Changement Climatique qui se tiendra à Bali du 11 au 14 décembre prochain. Le Parlement européen a en effet adopté à une large majorité une résolution qui définit sa position en vue de la conférence.
Ainsi, selon les députés, l'Union européenne devrait avoir pour objectif à long terme que l'augmentation de la température moyenne, par rapport aux niveaux préindustriels, reste inférieure à 2%. Ce qui signifie en fait de réduire de moitié les émissions totales de gaz à effet de serre d'au moins 50% d'ici à 2050 par rapport au niveau de 1990. L'Union européenne doit confirmer son « rôle moteur » à Bali en veillant à ce que les participants à la Conférence commencent à définir un cadre réaliste pour un accord international sur le climat pour l'après-2012, a souligné le Parlement.
Constatant que les conséquences néfastes du changement climatique sont réparties de manière inégale, les députés ont souhaité rappeler que l'UE et les autres pays industrialisés avaient l'obligation morale d'assister les pays en développement et de montrer l'exemple. Ils doivent donc s'engager à réduire leurs émissions d'au moins 30% d'ici 2020 et de 60% -80% d'ici 2050 comparé à 1990, estiment les députés.
Par ailleurs, le Parlement européen a réitéré son souhait de voir les émissions des transports aériens et maritimes intégrées dans les engagements internationaux de réduction des gaz à effet de serre après 2012.
Les députés européens ont dans le même temps rappelé, qu'un rapport récent du GIEC à l'intention des décideurs politiques reconnaît le rôle joué par l'énergie nucléaire comme option permettant de réduire les émissions de gaz à effet de serre, estimant que l'énergie doit, lorsque cela est possible, être produite à partir de toutes les sources exemptes de carbone ou de technologies pauvres en émissions, y compris nucléaires.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager