Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Procès des mille vaches : jusqu'à 300 euros d'amende et 5 mois avec sursis

Energie  |    |  Dorothée Laperche  |  Actu-Environnement.com

Les neuf militants de la Confédération paysanne qui comparaissaient, mardi 28 octobre, pour avoir dégradé le chantier de la ferme des 1.000 vaches, ont finalement été condamnés à des amendes et entre 2 et 5 mois de prison avec sursis, selon l'AFP.

Laurent Pinatel, le porte-parole du syndicat, a écopé de la condamnation la plus lourde : cinq mois de prison avec sursis et 300 euros d'amende, selon l'agence de presse.

"Nous sommes solidaires de ces lanceurs d'alerte avec qui nous partageons le refus d'un modèle agricole tourné vers le profit à court terme, la destruction de l'environnement et des petites exploitations, a souligné Karima Delli, députée européenne EELV du Nord Ouest. Concernant le projet des 1000 vaches, nous resterons vigilants à ce que les services de l'Etat respectent leur engagement à ne pas autoriser l'extension de l'installation de Ramery".

Réactions2 réactions à cet article

 

Ni grande, ni petite ferme d'élevage de "fabriques de lait sur quatre pattes".

Y'a pas que la viande, le lait aussi est une vacherie

La vie n'est pas triste quand /parce qu' on est végétarien non lactivore

Et c'est bien mieux pour l'environnement" et les petits paysans du "tiers-monde" et solidaire.

Les éleveurs qui disent aimer leurs bêtes me font bouillir

Jean-Marie | 30 octobre 2014 à 10h51
 
Signaler un contenu inapproprié
 

alors que l'urgence serait de revenir à des petites exploitations respectueuses de l'environnement et des animaux, on laisse faire ces horreurs de systèmes gigantesques dictés par la seule loi de l'argent et de la rentabilité et où les animaux ne sont considérés que comme des machines à produire. Comme si les élevages concentrationnaires en Bretagne n'avaient pas suffit à montrer les dégâts et les conditions abominables d'élevage dans ces genres d'exploitation. Que le gouvernement autorise encore ces genres de projet en dit long sur sa conception de " l'écologie" et d'une "agriculture durable et respectueuse de l'environnement et des êtres vivants"

lorelei | 30 octobre 2014 à 19h13
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Dorothée Laperche

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager