En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Les professionnels du plastique lancent une initiative pour recycler le PVC

Déchets  |    |  Agnès SinaïActu-Environnement.com

Le Syndicat des tubes et raccords en PVC (STR-PVC) a lancé le 24 octobre une opération pilote visant à augmenter la collecte et le recyclage de tubes et de raccord plastique en France.

"Pour la première fois, un partenariat a été créé entre un distributeur, le négoce spécialiste PUM Plastiques, et un recycleur, Paprec Plastiques pour capter de nouveaux gisements chez les utilisateurs et artisans, alimenter des démarches de développement durable chez les transformateurs et les distributeurs, développer de nouveaux services auprès des clients, leur permettant d'anticiper les potentielles interdictions de mises en décharge," souligne le communiqué co-signé des trois opérateurs.

Concrètement, Paprec Plastiques va mettre en place des bennes dans les agences PUM Plastiques de Rennes (Ille-et-Vilaine) et de Limay (Yvelines) afin que les utilisateurs puissent ramener gratuitement leurs tubes et raccords plastique hors d'usage pour que ceux-ci soient recyclés. L'opération va s'étendre vers d'autres sites dans les prochains mois. Jusqu'à présent, ces déchets sont mis en décharge.

La motivation de la démarche tient moins aux avantages économiques – le recyclage a un coût – qu'à la volonté des fabricants de générer moins de déchets. L'idée étant de réinsérer de la matière recyclée dans les réseaux d'assainissement.

L'objectif est de réunir l'amont et l'aval, du fabricant au distributeur jusqu'au recycleur. En l'occurrence, Paprec est capable de trier entre PVC, polypropylène et polyéthylène, et de recycler.

Ce qui, selon Sophie Thomas, déléguée générale de STR-PVC, répond à une véritable attente des fabricants : "Nous souhaitons trouver de la matière première recyclée afin de parvenir à une plus grande proportion de matières premières recyclées dans nos produits. Cette part peut aller jusqu'à 30% dans les canalisations d'assainissement".

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Agnès Sinaï

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…