En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Loire-Atlantique : les résultats des premières études sur le surnombre de cancers pédiatriques sont connus

Risques  |    |  Philippe Collet Actu-Environnement.com

Les premiers résultats des analyses environnementales réalisées pour élucider la raison du surnombre de cancers pédiatriques signalés depuis 2017 dans plusieurs communes de Loire-Atlantique ont été présentés le 29 août au comité de suivi. A ce stade, "ces mesures ne révèlent pas de conséquences avérées pour la santé des enfants et des personnels de l'école [où ont été réalisées les mesures], au regard des valeurs de référence et en l'état actuel des connaissances", annonce Santé publique France. L'agence publique ajoute toutefois qu'"il convient d'être vigilant sur la qualité de l'air intérieur, notamment sur le radon".

Ces résultats font partie d'une étude confiée à l'Agence régionale de santé et à la Dreal, pour "lever les doutes" sur certaines expositions environnementales et prendre les mesures de protection nécessaires. Ces travaux doivent compléter l'enquête épidémiologique commandée à Santé publique France.

Concentrations élevées de radon

Les premiers résultats portent sur l'école Notre-Dame de Lourdes à Sainte Pazanne, un établissement à proximité d'un ancien site industriel et fréquenté par plusieurs enfants atteints de cancer. Le site a été jugé prioritaire en prévision de la rentrée scolaire. "Les investigations ont porté sur l'eau (potable et souterraine), l'air intérieur et extérieur, le sol et les champs électromagnétiques (radio fréquences et basses fréquences)", explique Santé publique France, précisant que près de 150 prélèvements et mesures ont été réalisés.

S'agissant du radon, "des concentrations élevées (…) ont en effet été constatées dans une partie de l'école", explique Santé publique France. Elle précise toutefois que la campagne de mesure sur le radon a été courte (3 semaines contre 2 mois réglementairement) et dans des locaux inoccupés durant la période estivale (donc peu ventilés). "De nouvelles mesures du radon devront donc être réalisées en période hivernale pendant deux mois", explique-t-elle, tout en demandant à la direction de l'école de garantir le bon renouvellement de l'air.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager