Robots
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

La Commission européenne soumet sa stratégie de santé au travail à contributions

Risques  |    |  Laurent Radisson  |  Actu-Environnement.com

Maintenir et améliorer les normes de santé et de sécurité au travail (SST) dont bénéficient les travailleurs de l'Union européenne, et se préparer à de nouvelles menaces. Tel est l'objectif affiché par l'exécutif européen à travers son projet de stratégie santé-sécurité au travail (SST) pour la période 2021-2027 qu'il soumet à contributions jusqu'au 26 novembre prochain.

« Le rythme rapide des changements sociétaux, technologiques ou scientifiques a apporté de grands avantages mais aussi de nouveaux risques, y compris ceux résultant de la numérisation ou de l'utilisation de robots sur le lieu de travail alors que les risques traditionnels subsistent, comme l'exposition à des produits chimiques dangereux », explique la Commission européenne. L'épidémie de coronavirus a accentué certains risques, ajoute-t-elle, du fait du virus lui-même mais aussi des changements dans la façon dont le travail est effectué. En particulier avec l'augmentation significative du télétravail, qui soulève un nouvel ensemble de problèmes de SST à prendre en compte.

La communication issue de ces travaux, qui sera soumise à la consultation du public en fin d'année, retiendra une approche complémentaire entre les niveaux de l'entreprise, de l'État et de l'UE. Elle décrira les rôles et responsabilités de chaque niveau et des différents acteurs concernés : États membres, inspections du travail, partenaires sociaux, Agence européenne pour la sécurité et la santé au travail, etc. La Commission européenne entend mettre en avant un certain nombre de priorités dans sa stratégie : anticipation des changements dans la vie professionnelle, prévention des maladies et accidents du travail, amélioration de l'application des règles de l'UE, garantie d'une politique fondée sur les preuves, promotion de normes de sécurité et de santé plus élevées dans le monde.

En 2017, l'UE a connu 3 300 accidents du travail mortels et 3,2 millions d'accidents non mortels. De nombreux accidents peuvent être imputés au non-respect de la réglementation en matière de SST. Ainsi, 23 % des établissements de l'UE n'effectuent pas d'évaluation des risques « avec des variations importantes selon les États membres », précise la Commission. La même année, les maladies professionnelles ont, quant à elles, causé environ 200 000 décès. Les coûts économiques des maladies professionnelles et accidents du travail représentent 476 milliards d'euros par an en Europe, soit environ 3, 3 % du produit intérieur brut (PIB).

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager