En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Smart grids : lancement de l'initiative Grid4EU réunissant six des principaux distributeurs européens

Energie  |    |  Philippe ColletActu-Environnement.com

Ce mardi 22 novembre 2011, a été lancé officiellement le projet Grid4EU visant à mettre en œuvre six démonstrateurs de réseaux électriques intelligents (smart grids). "Il s'agit d'un des plus gros projets financés par l'Europe sur les smart grids", indique Michèle Bellon, la présidente d'ERDF, l'entreprise qui pilote l'ensemble du projet, précisant que "les équipes travailleront ensemble afin partager les résultats pour ne pas faire deux fois la même chose".

Les six projets retenus sont portés par le français ERDF, l'espagnol Iberdrola, l'italien Enel, le suédois Vattenfall, l'allemand RWE et le tchèque CEZ Group.

54 millions d'euros investis

Lancé en 2009 par la Commission européenne dans le cadre du septième programme cadre de recherche de l'Union européenne, Grid4EU bénéficie d'un soutien financier de 25 millions d'euros apporté par la Commission sur un budget total de 54 millions d'euros. "Plus de 50 partenaires", et notamment des producteurs d'électricité, des équipementiers et des chercheurs, sont associés au projet.

Avec un budget total de 28 millions d'euros, le projet français Nice Grid se taille la part du lion. La Commission apportera 7 millions d'euros, le programme des investissements d'avenir issu du grand emprunt financera le projet à hauteur de 4 millions et le solde de 17 millions est financé par ERDF, à hauteur de 10 millions, et les entreprises partenaires pour 7 millions.

Coopération, innovation et partage du savoir

Grid4EU vise trois objectifs, explique Patrick Van Hove, représentant la Commission européenne. Tout d'abord, il s'agit de favoriser la coopération entre les acteurs, notamment en matière de répartition des bénéfices entre les acteurs de la chaîne de valeur ou en matière de partenariat entre les secteurs public et privé. Ensuite, le projet doit favoriser l'innovation en testant de nouvelles technologies ou en élaborant de nouveaux modèles économiques. Enfin, l'objectif est de partager le savoir entre les acteurs en diffusant les résultats obtenus sur les démonstrateurs.

Concrètement, les démonstrateurs doivent permettre d'évaluer différentes technologies permettant d'absorber les énergies intermittentes, comme l'éolien, d'intégrer aux réseaux les véhicules électriques, de tester des procédés de stockage électrique ou encore de mettre en œuvre des outils favorisant l'efficacité énergétique.

Interrogée sur de possibles modifications des projets en fonction des premiers résultats, Michèle Bellon a indiqué que les entreprises retenues "ne s'interdisent pas de faire évoluer les projets". Un discours repris par Tahar Melliti, conseiller Energie et directeur délégué du programme transports des Investissement d'avenir, qui "encourage" le projet français à évoluer en fonction des avancées des cinq autres partenaires de Grid4EU.

Réactions1 réaction à cet article

 

Belle initiative!!!

lapression | 23 novembre 2011 à 13h06
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…