Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Vidange d'un barrage briançonnais : FNE et une fédération de pêcheurs portent plainte

Eau  |    |  Dorothée Laperche  |  Actu-Environnement.com
Vidange d'un barrage briançonnais : FNE et une fédération de pêcheurs portent plainte

FNE Provence-Alpes-Côte d'Azur a annoncé avoir déposé plainte aux côtés de sa fédération départementale et de la Fédération des pêcheurs des Hautes-Alpes à la suite de la vidange du barrage de Pont-Baldy, sur la rivière la Cerveyrette, dans la commune de Briançon (05). « En quelques heures, toute une population de truites autochtones, sauvages, de toutes les classes d'âge sacrifiée au profit d'intérêts mercantiles, alors que la fédération des pêcheurs demandait sans relâche le report de cette vidange dans une période plus favorable », a regretté la Fédération des pêcheurs des Hautes-Alpes.

L'opération a été programmée pour réaliser un examen technique complet (ETC) de l'ouvrage. Classé en catégorie A (la plus haute classe de potentiel de danger), le barrage est en effet soumis à une surveillance particulière : une actualisation de l'étude de danger et un examen technique complet doivent être réalisés tous les dix ans. Or, la dernière opération de ce type date de 2010. L'exploitant Énergie développement services du Briançonnais (EDSB) compte également profiter de l'opération pour réaliser les travaux d'entretien et des travaux de protection des berges de la rivière.

La préfecture de la Région Provence-Alpes-Côte d'Azur a, quant à elle, estimé que cette vidange ne nécessitait pas d'étude d'impact. « Une évaluation environnementale n'ajouterait aucune valeur supplémentaire par rapport aux analyses déjà réalisées dans le cadre de l'étude d'incidence, avait argumenté l'exploitant lors de sa demande d'examen. De plus, elle générera potentiellement un délai incompatible avec la réalisation des opérations en 2022, contrairement aux engagements actés avec la préfecture et l'unité de contrôle des ouvrages hydrauliques (Dreal). »

Lors de la vidange, la Fédération des pêcheurs des Hautes-Alpes a constaté plusieurs dépassements des valeurs « objectifs » de paramètres de qualité des eaux. « Un taux de matière en suspension (MES) excessif colmate les branchies des poissons, ce phénomène associé à la baisse du taux d'oxygène dans le cours d'eau entraînant la mortalité piscicole, détaille la fédération. Pour ce seul paramètre, alors que les valeurs impératives de rejets admissibles étaient de l'ordre de 10 g/l de MES… De nombreux pics dépassant largement les 200 g/l ont été mesurés dès le premier jour de la vidange et sur des durées de plusieurs heures. »

Désormais, une période d'assec de la retenue est prévue, avant un nouveau remplissage du 14 au 20 mai.

Réactions1 réaction à cet article

 

L'article relate bien un événement désastreux au plan écologique s'étant produit dans les années 70, c'est bien cela ? Ah non, cela s'est en fait produit tout récemment.
Comme quoi, qu'il s'agisse des préfectures, des collectivités territoriales ou encore de leurs EPCI, on trouve encore pas mal de dinosaures occupant des postes décisionnels.
Cette incompétence environnementale de nombre de nos décideurs est cause de bien des atteintes à l'environnement.

Pégase | 04 mai 2022 à 14h19
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Dorothée Laperche

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

VALORMAX BA : une gamme de matériels pour la valorisation de biomasse NOREMAT