Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Le WWF dénonce les 30 centrales électriques les plus polluantes d'Europe

Soulignant que les 30 centrales les plus polluantes d'Europe représentent 10% du total des émissions de CO2 de l'UE, le WWF demande une rénovation de ces centrales vers des technologies et des carburants moins polluants.

Gouvernance  |    |  Florence Roussel  |  Actu-Environnement.com
Dans son dernier rapport intitulé « the Dirty Thirty » et publié récemment, l'Organisation mondiale de protection de l'environnement (WWF) présente son nouveau classement des 30 centrales électriques les plus polluantes d'Europe. Basé sur l'analyse des données de 2006 déclarées à la Commission européenne dans le cadre du Système européen d'échange des quotas de CO2, le classement se base à la fois sur les émissions de CO2 annuelles et sur les émissions rapportées à l'énergie produite (g/KWh).

Résultat, l'analyse classe en première et en seconde place les deux centrales grecques d'Agios Dimitrios et de Kardia. Exploitées par l'énergéticien DHE et fonctionnant au lignite depuis les années 80, les deux centrales rejettent respectivement 1350 et 1250 gCO2/KWh. Les cinq places suivantes sont toutes occupées par des centrales allemandes légèrement plus « efficaces » : elle rejette en moyenne entre 1150 et 1200 gCO2/kwh. Elles sont cependant plus polluantes à l'année puisqu'elles ont rejeté en 2006 entre 17 et 27 millions de tonnes de CO2 alors que les deux centrales grecques en ont rejeté respectivement 12,4 et 8,8 millions de tonnes.

Au total, les 30 centrales listées ont rejeté à elles seules 393 millions de tonnes de C02 en 2006 soit 10% du total des émissions de gaz à effet de serre de l'Union européenne. L'Allemagne et l'Angleterre possèdent à eux seuls 20 des 30 centrales les plus émettrices de CO2. D'ailleurs au regard du classement l'énergéticien allemand RWE possède le plus grand nombre de centrales classées (6 sur les 30). L'énergéticien suédois Vattenfall (4 centrales), le Français EDF (3 centrales) et l'Allemand EON (3 centrales) sont eux aussi nettement concernés.

Remarquant que toutes les centrales présentes dans ce classement fonctionnent partiellement ou totalement au charbon ou au lignite, le WWF est convaincu : les faits sont clairs, le secteur énergétique doit se défaire de ces centrales à charbon au plus vite, explique Stephan Singer, président de la division climat et énergie du WWF.
Pour cela, le WWF estime qu'il faut miser sur un Système d'échange des quotas efficace qui devrait permettre à l'Union européenne de réduire de 30% ses émissions de CO2 d'ici 2020. En comparant les quotas alloués aux installations à leurs émissions réelles, le WWF souligne que seul 9 d'entre elles ont respecté leurs quotas. 21 ont émis plus que prévu ce qui représente 39,5 millions de tonnes de CO2.

Pour le WWF, les 20 années à venir sont une occasion historique pour que l'Europe réduise nettement le niveau des émissions du secteur énergétique. Le WWF a ainsi estimé que si les centrales au charbon en fin de vie étaient remplacées par de nouvelles centrales électriques au charbon, les émissions de CO2 seraient diminuées de 9.7% en 2010, 17.3% en 2020 et 21.3% en 2030 par rapport au scénario actuel. Dans un second scénario, il apparaît que si les centrales actuelles étaient remplacées par des carburants moins polluants comme le gaz naturel, les émissions de CO2 seraient diminuées de 13.5%, 40.5% et 54.4% aux même échéance par rapport à 2006. Enfin, le troisième scénario incluant un remplacement par des énergies renouvelables permettrait de réduire respectivement les émissions de 15.9%, de 57.5% et de 79.1%.
Même si le WWF reconnaît que ce troisième scénario est irréalisable, il estime qu'il est nécessaire de réduire de 80% les émissions de ces 30 centrales très polluantes. L'organisation rappelle que plusieurs solutions sont possibles : les économies d'énergie, la cogénération, la capture et le stockage du CO2 et bien évidemment en parallèle, le développement des énergies renouvelables notamment l'éolien.
Si ces usines sont remplacées par des solutions plus propres comme le gaz naturel ou les énergies renouvelables, l'Europe mènera le monde vers une économie à faible teneur en carbone et limitera les impacts du changement climatique.

Réactions3 réactions à cet article

 
vite

La mutation est beaucoup trop lente.
Il faut faire exclusivement de l'energie éolienne, photovoltaique, maréemotrice. De l'energie geothermique et aucune autre source d'energie.

Anonyme | 18 mai 2007 à 18h24
 
Signaler un contenu inapproprié
 
5g et 0,9mg...

Il est proprement sidérant que dans un rapport visant à alarmer les décideurs et les populations sur 30 centrales électriques responsables de 10% des émissions de CO2 de l'Europe il ne soit pas mentionné une source d'électricité qui émette 200 fois moins de CO2 !!

Et si le problème vient des déchets radioactifs... il faut le dire ! et l'on connait alors les priorités. Mais disons immédiatement que plus de 96% de la radioactivité des déchets radioactifs accumulés depuis que l'on en produit en France est stockée dans moins de 2000 mètres cubes (moins de 2 piscines olympiques...) sous forme vitrifiée.

Lorsqu'en 2050, nos enfants nous demanderont ce qu'on a fait pour éviter une bonne part du milliard probable de migrants qui s'affichera quotidiennement au 20h (voir autre article de cette édition), on leur dira qu'on les a protégé en évitant l'accumulation de qq dizaines de milliers de mètres cubes de déchets ?

Amis écologistes, ne vous laissez pas manipuler par ces associations dont le seul but est de lutter contre le nucléaire et pas contre le réchauffement climatique ni même contre des dangers avérés du nucléaire !!

Arthur Darde

Anonyme | 22 mai 2007 à 09h37
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:5g et 0,9mg...

Selon l'ANDRA (agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs), c'est FAUX.

Pour les euls déchets nucléaires les plus radioactifs, le site d'enfouissement envisagé par l'ANDRA, représentera au minimum 1500 ha, ce qui équivaut à 15 000 piscines olympiques. En dépit de 30 ans de trecherche et d'investissements colossaux, il n'existe toujours aucune solution scientifique qui permete de gérer en toute sécurité les déchets nucléaires. Il faut préciser que l'industrie nucléaire continue de considérer 96% des combustibles irradiés comme des matières valorisables et non comme des déchets, même si une très faible partie d'entre eux sont effectivement réutilisés.

sakay | 25 mai 2007 à 10h03
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Votre conseil en droit des problématiques Énergies-Climat Huglo Lepage Avocats