Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Les pathogènes humains contenus dans les eaux usées rendent malade le corail des Caraïbes

Risques  |    |  Sophie Fabrégat  |  Actu-Environnement.com

Selon une étude réalisée par des chercheurs américains, et publiée le 17 août dans la revue PLos one, le déclin rapide du corail à corne d'élan (Elkhorn corail) dans les Caraïbes est causé par une bactérie provenant des eaux usées humaines.

En 2003, une première étude avait permis d'identifier la présence de la bactérie Serratia marscecens sur les souches malades. Cette bactérie est présente dans l'intestin des humains et d'animaux et peut être à l'origine de maladies nosocomiales.

Après avoir recueilli différentes souches de cette bactérie dans des déjections humaines et animales, l'équipe du Rollins College en Floride et de l'Université de Géorgie a démontré que seule la souche provenant d'eaux usées humaines correspondait à celle trouvée dans les coraux malades. Après avoir mené des analyses complémentaires en laboratoire, les chercheurs ont conclu que ''les humains sont la source de l'agent pathogène qui cause cette maladie dévastatrice pour les coraux''.

C'est la première fois qu'est démontrée la zoonose inversée, soit la transmission d'un agent pathogène humain à un animal (ici, un invertébré marin). ''Ces résultats soulignent l'interaction entre les pratiques de santé publique et les indices de la santé environnementale, telles que la survie des récifs coralliens'', concluent les scientifiques.

Réactions1 réaction à cet article

 

Très bon article, tout à fait d'actualité. Nous avons ou aurons sûrement le même problème avec les barrières de corail autour des îles. Les eaux usées ne rendent pas malade que le corail, elles nous infectent aussi !!!

CRISTY | 22 août 2011 à 14h13
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Alyza IQ : mesurer en ligne l'ammonium ou les orthophosphates dans l'eau Xylem Analytics France