En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Vegereach : des alternatives végétales aux substances préoccupantes

Reach, 5 ans après Actu-Environnement.com - Publié le 04/06/2012

Dans le cadre de l'action Vegereach, le pôle de compétitivité Industrie et agro-ressources (IAR) a listé des alternatives végétales aux substances jugées préoccupantes par le règlement Reach. Explication de Jean Bausset, chargé de mission de l'initiative.

Reach, 5 ans après  |    |  Chapitre 6 / 8
Environnement & Technique N°315 Ce dossier a été publié dans la revue Environnement & Technique n°315
[ Acheter le numéro | S’abonner ]

   
Jean Bausset, chargé de mission de l'initiative
 
   
Actu-environnement : De quelle manière avez-vous réalisé l'état des lieux des alternatives végétales aux substances chimiques considérées comme préoccupantes par Reach ?

Jean Bausset : Nous avons entrepris une recherche bibliographique sur les brevets, les publications et également sur ce que proposent certaines entreprises. Nous avons interrogé des experts au niveau du groupe auprès de PME, de grands groupes qui sont directement impactés par cette problématique. Dans un premier temps, nous avons identifié en priorité ce qui se faisait en France ou en Europe. L'action VegeReach, portée par le pôle de compétitivité Industrie et agroressource, a duré un an et demi.

AE : Quelle couverture des possibilités d'alternatives par rapport à l'ensemble des produits à substituer ?

JB : Nous n'avons pas couvert la totalité des produits concernés par Reach. Pour certaines substances, il n'y a pas forcément d'alternatives. Certains industriels réfléchissent à soumettre un dossier d'autorisation pour encore utiliser ce type de produit chimique car il n'y a pas encore de solutions qui permettent de répondre au même cahier des charges. Les réponses ne sont pas forcément végétales.

AE : Comment avez-vous sélectionné les molécules à substituer parmi celles qui sont identifiées par Reach?

JB : Nous avons retenu les familles de substances pour lesquelles des choses intéressantes commencent à voir le jour. Toutes les fiches ne recouvrent pas des solutions au même stade de maturité. Nous avons effectué des recherches pour les substances les plus préoccupantes qui entreraient en régime d'autorisation, celles identifiées comme des substance extrêmement préoccupantes (SVHC), celles qui sont mises sur la liste candidates à autorisation et enfin celles figurant dans l'annexe 14.

 
Les sites d'aide à la substitution Deux sites Internet viennent aider les entreprises dans leurs démarches de substitution. Le premier "Agrobiobase" liste des alternatives végétales aux substances jugées préoccupantes par le règlement Reach. Le second "substitution-cmr" réalise une veille sur les avancées de la recherche concernant le remplacement des CMR et sur la réglementation.
 
AE : Avez-vous vérifié l'innocuité des produits de substitution?

JB : Nous avons identifié des pistes d'utilisation. Nous ne sommes pas allés jusqu'à la phase de test ou mandaté un organisme pour le faire. Les fiches que nous proposons sont des synthèses pour une aide à la décision. Nous avons toutefois interpellé les industriels qui développent des produits biosourcés pour qu'ils soient vigilant pour ne pas développer une substance qui serait trop toxique ou ne rentrerait pas dans les critères de l'ECHA.

AE : Avez-vous analysé l'efficacité des produits ?

JB : Cela a été fait grâce aux interviews d'experts, aux retours des professionnels, mais pas de manière aussi pointue que nous pourrions l'espérer : nous ne sommes pas un centre technique.

Certains produits de substitution, par exemple l'isosorbide pour remplacer le bisphénol A, sont des produits qui ont encore besoin de recherche pour répondre aux cahiers des charges concernant sa stabilité chimique ou en terme individuel dans les produits. Nous présentons les alternatives dans un effort de transparence par rapport à leurs efficacités ... Nous montrerons également aux industriels qu'utiliser un produit c'est connaître ses défauts et adapter son utilisation en conséquence.

Propos recueillis par Dorothée Laperche

© Tous droits réservés Actu-Environnement
Reproduction interdite sauf accord de l'Éditeur.

Retour au sommaire

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez à cet article ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…

Environnement et technique

Dossier Reach, 5 ans après

Retrouvez le dossier "Reach, 5 ans après"
à la une du n° 315
Acheter ce numéro S'abonner