En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

L'usine de méthanisation de Calais sera gérée par les entreprises Tiru, Valorgua et Urbaser

Prévue pour 2007, l'usine de méthanisation de la région de Calais est encours de construction. Les entreprises Tiru, Valorgua et Urbaser ont remporté l'appel d'offre pour le suivi des travaux, la mise en service et l'exploitation de l'installation.

Déchets  |    |  Florence RousselActu-Environnement.com
   
L'usine de méthanisation de Calais sera gérée par les entreprises Tiru, Valorgua et Urbaser
   
Procédé de dégradation de la matière organique grâce à l'action de micro-organismes en l'absence d'oxygène, la méthanisation s'applique à la plupart des déchets organiques fermentescibles que sont les déchets alimentaires, les journaux, les déchets verts, etc.
En 2005, plus de 3,5 millions de tonnes de déchets ont été traitées par méthanisation en Europe. Cette technique connaît un fort développement ces dernières années et une centaine d'unités sont actuellement en service dans la Communauté européenne. Les pays qui ont une politique forte en matière d'énergie renouvelable (éolien, solaire) favorisent souvent la méthanisation, comme c'est le cas des Allemands et des Suisses particulièrement actifs sur ce créneau. Les Espagnols connaissent également une forte poussée de cette technique : rien qu'à Barcelone, trois usines ont été installées par trois constructeurs différents. À ce rythme, dans cinq ans, la quantité de déchets traités par la méthanisation devrait atteindre 7 millions de tonnes sur le territoire européen.
En France, une dizaine de projets sont en cours. De nombreuses collectivités territoriales, toutes confrontées à l'épineux problème du traitement des déchets ménagers, étudient cette solution comme à Metz, Romainville ou Forbach. À Montpellier, Lille ou encore Calais les installations sont déjà en construction.

À Calais, la méthanisation s'est imposée suite à une forte mobilisation des habitants de la région face à l'incinération pourtant prévue par le Plan départemental d'élimination des déchets. L'usine est actuellement en construction. Sa mise en service est prévue pour début 2007. Elle pourra accueillir 28.000 tonnes de déchets fermentescibles par an issus des collectes sélectives et des industries agroalimentaires de la région. Elle produira du compost destiné à l'agriculture et du biogaz valorisé en électricité à hauteur de 5.000 MWh par an. Caractéristiques supplémentaires : des préoccupations environnementales ont été intégrées dans la conception des bâtiments : utilisation de bois (mélèze) sur les façades des bâtiments et digesteurs, renforcement de l'isolation thermique et accoustique des bureaux, installation de brise-soleil sur les façades sud et ouest afin d'éviter la surchauffe l'été, utilisation de revêtements linoléum au lieu du PVC et de peinture sans solvant organique. D'autre part, le chauffage des locaux sera assuré par le biogaz produit par la méthanisation. Le coût du projet s'élève à 17 M€.

À l'issue de l'appel d'offre, le contrat d'exploitation a été remporté par un groupement d'entreprises constitué pour 51 % du groupe espagnol Urbaser, pour 29 % de Tiru et pour 20 % de Valorga. Les trois entreprises seront chargée du suivi des travaux de construction, de la mise en service industrielle et de l'exploitation de l'usine pendant 5 ans.

Réactions3 réactions à cet article

 
URBASER / VALORGA / TIRU

Je pense utile de préciser que c'est le groupement URBASER / VALORGA / TIRU dont URBASER est le mandataire qui a été adjudicataire du contrat d'exploitation de l'usine de biométhanisation du SEVADEC. Une société d'exploitation a été constituée dans laquelle le groupe URBASER est majoritaire

Bertrand Hyllaire
Directeur commercial France - Urbaser Environnement

URBASER
 
Signaler un contenu inapproprié
 
petite précision

Je suis président de Air Vigilance, (association de défense des riverains de l'incinérateur de Metz) et je suis étonné d'apprendre qu'un projet de méthaniseur est en cours à Metz. Un appel d'offre a bien eu lieu mais le projet est enterrer car le maire de Metz à besoin de la vapeur produite par le nouvel incinérateur pour le chauffage urbain. Ce méthaniseur est un mirroir aux alouettes.

Le président
James Roy
Airvigilance57.com

JR | 27 avril 2006 à 12h13
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:URBASER / VALORGA / TIRU

Bonjour,

je serais intéressée pour travailler dans votre structure de Calais. Où puis je vous faire parvenir mes références?

Cordialement,

Florence LEMASLE

olf83 | 04 janvier 2007 à 13h16
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…