Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Cette année la semaine du développement durable aura lieu du 29 mai au 4 juin 2006

À l'occasion de la 4e édition de la semaine du développement durable qui se tiendra du 29 mai au 4 juin 2006, les associations, entreprises, collectivités locales, établissements scolaires et les particuliers sont invités à participer.

Gouvernance  |    |  Florence Roussel  |  Actu-Environnement.com
Décidée par le Premier ministre en 2002, la semaine du développement durable est le rendez-vous national de mobilisation et de sensibilisation de tous les publics au développement durable. Elle a comme objectifs pédagogiques d'informer et de sensibiliser le public en présentant concrètement le développement durable et les domaines qu'il recouvre. Il s'agira d'illustrer les différents domaines concernés (transports, biodiversité, changement climatique, déchets...) sous l'angle des trois piliers qui définissent le concept : développement économique, progrès social et protection de l'environnement. Sur le fond, cette semaine a pour but de motiver et soutenir des changements de comportements en expliquant aux acteurs de la société civile comment agir en faveur du développement durable, tant dans leur vie personnelle que professionnelle. Elle est l'occasion de mobiliser plus spécialement le public sur certains des objectifs nationaux de développement durable par exemple, dans le cadre de la réduction de 3% par an des gaz à effet de serre d'ici 2050 ou de la campagne nationale sur la réduction des déchets.

Depuis son lancement, près de 4000 actions concrètes ont été organisées par les administrations et les établissements publics, les associations, les collectivités territoriales et les entreprises. L'an dernier un peu plus de 1700 dossiers ont été déposés. Pour qu'un projet soit sélectionné, il doit remplir trois critères : action à caractère non lucratif, action en faveur de la vulgarisation du développement durable et action mettant en avant au moins un des trois piliers du développement durable. Le Ministère en a retenu 1410 pour une inscription au programme officiel des manifestations et 744 actions ont été récompensées par un label pour leur exemplarité, leur pérennité, leur adéquation avec les attentes du public et leur efficacité en termes de changements de comportement.

Pour cette année, déjà 1350 actions sont enregistrées au programme officiel que ce soit des expositions, des journées portes ouvertes, des manifestations sportives ou des conférences-débats.
Norauto et ASF, par exemple, se sont associés pour sensibiliser les automobilistes à l'éco-conduite. Parce que l'entretien régulier de son véhicule permet de consommer moins de carburant et de diminuer la pollution, les deux entreprises proposeront gratuitement un « diagnostic climatisation » et un « diagnostic pollution essence CO-CO2 » sur trois barrières de péage du réseau d'ASF (Vienne et Lançon de Provence sur A7 et St Jean de Vedas sur A9).
Le ministère de l'écologie et du dévelop¬pement durable, de son côté, ouvrira ses por¬tes le 1er juin prochain dans le cadre des « Ecrans de l'Ecologie ». Durant toute une journée, le ministère projettera dans sa salle des congrès, 34 docu¬mentaires sur le thème du développement dura¬ble. La journée sera clôturée par la diffusion d'un long métrage de Richard Fleisher à 18 heures 15 : « Soleil vert ».
Les associations sont également très mobilisées à l'occasion de cette semaine du développement durable. L'association 4D, par exemple, organise une journée portes ouvertes au sein du Couvent des Récollets à Paris où de nombreuses structures tiendront des stands pour présenter leurs activités. Une exposition intitulée « Construire ensemble le développement durable » rassemblant de nombreux exemples de réalisations prenant en compte les principes du développement durable sera également présentée. Basée sur la photographie, elle cherche à illustrer la diversité et la richesse des projets, leur originalité architecturale ou au contraire leur capacité à se fondre dans un environnement donné. Économies d'énergie, transports propres, qualité de vie, architecture bioclimatique, utilisation de matériaux écologiques ou recyclés, économie locale... sont autant de thèmes qui seront mis en avant.
Dans les régions, plusieurs particuliers ont eux aussi décidé de participer à la manifestation à leur échelle : visite d'une maison chauffée au bois dans le Limousin, sensibilisation aux couches lavables modernes en Guyane, sensibilisation des magasins au gaspillage énergétique induit par l'éclairage de nuit à Toulouse, démonstration du lombri-compostage des déchets ménagers organiques en Bretagne,etc.

De son coté, Actu-environnement proposera dès le début de la semaine prochaine un dossier complet sur le développement durable, de la naissance du concept à sa mise en œuvre dans les collectivités, les entreprises et la société en général.

Réactions3 réactions à cet article

 
semaine du developpement durable

Il est impératif que les populations du monde entier sachent que les concepts : développement durable et biodiversite permettront aux générations futures d'exister.Alors, il faudrait que l'on change les comportement de tous les jours qui ne contrebuaient pas à sauvegarder la planéte face aux agressions.

christian413 | 24 mai 2006 à 12h30
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Non au développement durable

Le bon bon combat : dénoncer explicitement la prostitution du concept de développement durable et promotionner la décroissance soutenable ... pour les nantis des pays dit riches qui, même quand leur état est sur-endetté et quand la misère croît à leur porte, continuent égoïstement et/ou inconsciemment de consommer et vivre superflu et luxueux.

Ce qu'il faut à la planète, après remise en cause par maximum de gens en capacité physique, économique, psychique et éthique de la faire, de leur conception du vraie bonheur durable et soutenable, c'est mettre en oeuvre des modes de vie éco-défendable selon les latitudes, les longitudes et les aspirations qui ne portent pas atteinte aux légitimes droits et devoirs des autres. Ce qui finira par dégager du temps pour la réflexion métaphysique, eut-elle pour finalité l'humanisme athée.

Autrement "point de salut" ;-))))

JMG

Constructif | 25 mai 2006 à 17h44
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Vous avez dit durable?

Faut il lire dans "développement durable" la pérénité du développement de notre mode de vie basé uniquement sur le confort materiel?
A terme, je n'arrive pas à imaginer une planète vivable ou tous les habitants de tous les pays vivraient dans un monde supra-dévellopé, ou les ressources ne manqueraient jamais. Notre terre à un ryhme.
La technologie providentielle n'est pas un pari viable mais une fuite en avant de l'ordre de l'inconscience.
La seule solution me semble être la décroissance car même notre mode de vie actuel est déraisonable au regard de la planête.

Pensez aux générations futures!
Amitiés

Anonyme | 30 mai 2006 à 23h08
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

TrichlorScan : mesurer les trichloramines dans l'air sans réactif toxique CIFEC