En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

"Bébés sans bras" : l'expertise collective se met en place

Risques  |    |  Sophie FabrégatActu-Environnement.com

Saisies fin octobre par le gouvernement, l'Agence de sécurité sanitaire (Anses) et Santé publique France (SPF) ont présenté un point d'étape sur la mise en place de l'expertise collective pour mener des investigations sur les causes, notamment environnementales, de cas de bébés nés sans bras ou avec des malformations. Plusieurs cas ont été recensés dans les départements de l'Ain, du Morbihan et de la Loire-Atlantique depuis 2009. Les résultats de ces travaux sont attendus pour le 30 juin 2019, rappellent les ministères de la Santé, de la Transition écologique et de l'Agriculture.

Un comité d'experts scientifiques (CES) multidisciplinaire a été créé, fin janvier, après appel à candidatures. Composé de 22 experts, il sera présidé par Alexandra Benachi, professeure de gynécologie-obstétrique à la faculté de médecine Paris Sud et présidente de la Fédération française des centres pluridisciplinaires de diagnostic prénatal. Sa première réunion aura lieu début mars.

En parallèle, un comité d'orientation et de suivi, composé d'une quinzaine de représentants des différentes parties prenantes (famille, association, corps médical, agence régionale de santé, registre) a été créé. Il nourrira les travaux du CES par ses questionnements et accompagnera les familles touchées.

A titre préparatoire, l'Anses et SPF ont déjà engagé des revues bibliographiques sur un très large spectre de facteurs de risque potentiels. Par ailleurs, des investigations complémentaires sont menées dans les départements touchés et plus largement en Bretagne, pour identifier d'autres cas humains, mais aussi d'éventuels cas dans le bétail. Les données hospitalières seront également utilisées pour réaliser des estimations de prévalence à l'échelle du pays. Une fédération des registres des anomalies congénitales va être créée, pour mettre en place une base de données commune. Un nouveau registre des anomalies congénitales va également être lancé. De plus, une enquête épidémiologique va être mise en place auprès des professionnels de santé pour signaler les enfants nés avec une agénésie des membres, afin de pouvoir réaliser des investigations au plus tôt et accompagner les familles.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…