Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

DRYrivERS : une application pour signaler les cours d'eau qui disparaissent

Eau  |    |  Dorothée Laperche  |  Actu-Environnement.com
DRYrivERS : une application pour signaler les cours d'eau qui disparaissent

Une application pour smartphone « DRYrivERS » permet désormais de signaler aux scientifiques les cours d'eau qui s'assèchent. « Nous avons découvert, ces quinze dernières années, que les rivières intermittentes étaient très abondantes. Au niveau mondial, la majorité des cours d'eau s'assèchent, pointent Thibault Datry, chargé de recherche dans l'unité de recherche et de développement pluridisciplinaires sur le fonctionnement des hydrosystèmes (Riverly) de l'Inrae de Lyon. Cependant, comme la gestion et l'écologie des cours d'eau sont conçues pour les milieux pérennes, nous avons du mal à savoir où ils se situent. Même si des efforts ont été réalisés pour améliorer la situation, avec l'Observatoire national des étiages (Onde). »

Le nouvel outil proposé devrait pallier ce manque grâce à l'appui des observateurs citoyens sur le terrain. Ces derniers pourront renseigner l'emplacement de la rivière, les conditions de son lit (si l'eau s'écoule, si elle forme des mares ou si le lit est sec, par exemple) ainsi qu'une photo du site. L'application se veut à la fois pédagogique pour sensibiliser à l'asséchement des cours d'eau, mais aussi à visée scientifique. « Notre objectif final est de constituer un atlas des cours d'eau qui s'assèchent en Europe, précise Thibault Datry. Nous aimerions disposer d'une base de données en temps réel au niveau national, identifier des zones sentinelles où les asséchements sont de plus en plus nombreux, dans le but d'anticiper les effets du changement climatique. Ensuite, quand nous aurons suffisamment de données, nous pourrons calibrer des modèles d'extrapolations spatiales pour faire des prévisions, pour anticiper le devenir des cours d'eau. »

Le projet, financé par le programme Horizon 2020 de la Commission européenne, vise un déploiement européen, mais compte également des partenaires en Amérique latine (Bolivie, Équateur et Brésil). La pandémie de la Covid-19 n'a toutefois pas permis une diffusion et une appropriation simple de l'outil. Les scientifiques espèrent à l'avenir davantage développer les réunions d'informations, par exemple avec les collectivités locales, les associations de pêcheurs, de kayakistes, etc. « Nous nous donnons quatre ans, pour que l'application soit utilisée dans les neufs pays européens qui contribuent au projet », indique Thibault Datry.

Réactions5 réactions à cet article

 

Pourquoi dire "nous avons découvert"? alors que depuis 20 ans, les associations des pêcheurs qui couvrent toute la France, alertent régulièrement sur l'assèchement des cours d'eau.

jmf | 18 janvier 2022 à 09h10
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Comme si les scientifiques ne connaissaient pas la réalité de leur terrain...

Claude H. | 18 janvier 2022 à 16h53
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Claude, La première phrase dit: "...permet de signaler aux scientifiques les cours d'eau qui s'assèchent..." donc les associations sur le terrain seraient bien les premières à pouvoir informer, il suffirait de les contacter!
amicalement

jmf | 18 janvier 2022 à 18h22
 
Signaler un contenu inapproprié
 

La politique du lobby de l'agro-business est de les faire définitivement disparaître des cartes, afin de pouvoir épandre les pesticides. On l'a très bien vu avec l'affaire des ZNT (zones qui ne peuvent être ''traitées'' car proches de cours d'eau), et les préfets sont pour la plupart tombés dans le panneau, dupes ou non et plutôt pas dupes mais consentants. Il a fallu des recours de la part des APN pour que cela soit recadré, et encore pas partout.

petite bête | 18 janvier 2022 à 19h09
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonjour,
à mon avis, le but de cette application est d'avoir des données factuelles et classées à présenter aux décideurs.
S'il n'y a pas de chiffre, rien ne peut motiver un décision pouvant aider sur ce point.
Si être scientifique pour être écouté était vrai ça ce saurait...

Cyril C. | 19 janvier 2022 à 09h11
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Dorothée Laperche

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager