En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Dioxines : la dose tolérable dans les aliments dépassée partout en Europe

Risques  |    |  Laurent RadissonActu-Environnement.com

"Les données recueillies en Europe indiquent un dépassement de la dose tolérable récemment mise à jour par l'Efsa pour tous les groupes d'âge", indique laconiquement l'Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa) dans un communiqué publié mardi 20 novembre. Cette communication concerne l'exposition alimentaire aux dioxines et PCB de type dioxine. Des polluants chimiques persistants qui s'accumulent dans les tissus adipeux des animaux et expose les populations via la consommation de poisons gras, de viande de bétail, de fromage ou d'oeufs.

L'agence européenne a fixé une nouvelle dose hebdomadaire tolérable (DHT) pour les dioxines et les PCB de type dioxine dans les aliments suite à nouvelle évaluation des risques que la Commission européenne avait réclamée en 2015. Cette évaluation, adoptée le 14 juin dernier par l'Efsa, se révèle préoccupante du fait d'une exposition considérable de la population.

La nouvelle dose est fixée à 2 picogrammes par kilogramme de poids corporel. Une valeur sept fois inférieure à la DHT précédente fixée en 2001. Les données recueillies par l'Efsa révèlent un dépassement de la dose tolérable quels que soient les groupes d'âge considérés. "Les expositions moyennes et élevées sont respectivement de 5 à 15 fois plus élevées que la nouvelle DHT chez les adolescents, les adultes et les personnes âgées. Les jeunes enfants et les enfants de moins de 10 ans présentent aussi un dépassement similaire de la DHT", détaille Ron Hoogenboom, président du groupe de travail sur les dioxines à l'Efsa. En d'autres termes, l'exposition est considérable et dépasse même l'ancienne valeur limite, modifiée du fait de son caractère non protecteur.

Cette nouvelle évaluation tranche avec les communications précédentes de l'Efsa axées sur la baisse de l'exposition alimentaire des populations à ces substances toxiques. Une communication rassurante tenue également au plan national par la DGCCRF, mais qui se basait sur la conformité à la réglementation européenne et non sur les risques objectifs liés à ces contaminants issus de procédés thermiques et industriels interdits dans les années 1980. La balle est maintenant dans le camp de la Commission européenne et des Etats membres qui doivent prendre les mesures de gestion du risque qu'impose cette nouvelle évaluation. Les dioxines et PCB de type dioxine diminuent la qualité du sperme, perturbent la thyroïde et peuvent provoquer des cancers.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…