En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

La FAO annonce une réduction de l'utilisation des pesticides en Afrique de l'Ouest

Agroécologie  |    |  Rachida Boughriet Actu-Environnement.com

Un programme de promotion des pratiques agricoles durables en Afrique de l'Ouest, piloté par l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), a permis de réduire l'utilisation des pesticides ''tout en augmentant les rendements et les revenus'', a annoncé le 20 décembre l'organisation.

Plus de 100.000 agriculteurs au Bénin, au Burkina Faso, au Mali et au Sénégal participent à ce projet international, initié en 2001, qui préconise l'amélioration des sols et des alternatives biologiques aux pesticides chimiques, notamment à travers l'utilisation d'insectes prédateurs des nuisibles, le choix de variétés ''adaptées et l'épandage de pesticides naturels''. A l'instar de matières organiques comme le compost ou la paille de riz, dont l'utilisation s'accroît chez les agriculteurs, a précisé la FAO. Les problèmes de commercialisation et de sécurité alimentaire font également partie du Programme qui vient de lancer la surveillance des niveaux de résidus de pesticides le long des fleuves Niger et Sénégal , a-t-elle indiqué.

"En Afrique de l'Ouest, la tendance au cours des dernières décennies était à l'utilisation accrue de pesticides hautement toxiques pour les cultures à haute valeur et fréquemment irriguées. Il y a un manque général de connaissance des effets négatifs des pesticides sur la production, l'économie et la santé des communautés ainsi que sur l'environnement", explique l'expert de la FAO William Settle.

Une formation à l'agriculture ''durable''

"De simples expériences sur le terrain, à l'instar de celles qui sont pratiquées dans les écoles pratiques d'agriculture de terrain, ont doté les petits exploitants agricoles des moyens de produire d'une manière plus respectueuse de l'environnement tout en améliorant leurs rendements et leurs revenus", ajoute-t-il.

Plus de 2.000 formateurs provenant de plusieurs administrations locales, du secteur privé et d'organisations de la société civile ont ainsi reçu une formation pour aider les agriculteurs à mettre en oeuvre des méthodes d'agriculture durable ''basées sur la gestion intégrée de la production et des déprédateurs''.

Ainsi, près de deux ans après avoir été formés, des paysans sénégalais ont banni 90% des pesticides chimiques au profit de phytosanitaires botaniques et biologiques, cite la Fao.

La deuxième phase du projet (2007-2010) est financée par le gouvernement des Pays-Bas à hauteur de 9,5 millions de dollars. La Facilité de l'environnement mondiale (Global Environment Facility - GEF), le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE), l'Union européenne et l'Espagne sont également partenaires du Programme.

Près d'un 500.000 d'agriculteurs pourraient être formés au cours des 5 prochaines années pour un coût d'environ 30 à 40 millions de dollars, selon la FAO.

Réactions2 réactions à cet article

 

comment un projet aussi intélligent à a pu échapper à la vigilance des producteurs de produits phytos et autres OGM ?

lionel | 24 décembre 2010 à 08h39
 
Signaler un contenu inapproprié
 

dans le cadre de la gestion de la production agricole les psticides ont une place très nefaste mais les développeurs non pas aussi bien suivi dans l'amorce de la mise en place de produits de substition car à la place des produits de sinthèse il faut mettre quelque chose mais aussi facilité la l'obtien, la distribution, mais aussi la sensibilisation au niveau producteur pour ces derniers rattrape la place qu'à les produits de sinthèse.

magaye | 25 décembre 2010 à 09h58
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager