En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Installateur de panneaux solaires, un métier qui recrute

Les installations solaires qui colonisent peu à peu les toits des particuliers et des entreprises reflètent bien une dynamique en pleine croissance. Le secteur est donc créateur d'emplois. Reportage en Occitanie.

Reportage vidéo  |  Energie  |    |  Baptiste Clarke Actu-Environnement.com

Ce jour-là, c'est un chantier plutôt confortable, avec des conditions météorologiques optimales, ce qui n'est pas toujours le cas. Rudy Nencioni apprécie ce métier qu'il pratique déjà depuis 10 ans et pourtant avec toujours autant de motivation : "je me régale, on est en extérieur, on profite du soleil, enfin ça dépend du temps mais dans le sud c'est fréquent… Tous les jours, c'est un nouveau chantier, il faut s'adapter, les toitures sont différentes, les dispositions des panneaux aussi et puis, j'aime bien être sur les toits", attention tout de même aux personnes qui ont le vertige…

La PME pour laquelle travaille Rudy a été créée en 2010, moins de 10 plus tard, elle emploie une centaine de salariés et réalise un chiffre d'affaires de 14 millions d'euros en 2018…

Quiz métier d'installateur(trice) de panneaux solaires avec Rudy Nencioni

Quels sont les diplômes requis pour exercer ?

De nombreux techniciens qui étaient à la base des électriciens ou des menuisiers se sont reconvertis pour être des installateurs de panneaux solaires. Mais tous ont une habilitation pour faire des travaux en hauteur et la qualification QualiPVElec.

Il existe par ailleurs des formations spécialisées :

  • une qualification CQP (certificat de qualification professionnelle) installateur-mainteneur en systèmes solaires thermiques et photovoltaïques (niveau bac).
  • bac +1 technicien en énergies renouvelables, option A énergie électrique.

Quelles sont les qualités requises ?

Avoir des connaissances en électricité pour brancher les tableaux électriques et aussi des notions de menuiserie. Une certaine polyvalence permet de comprendre le métier de ceux avec lesquels on collabore. Nous installons souvent en plus des panneaux solaires, un système domotique et un ballon thermodynamique, nous sommes donc trois à exercer sur le chantier.

Ne pas avoir le vertige est une obligation. Il faut aussi une certaine endurance, c'est un métier physique, en extérieur avec des conditions météorologiques pas toujours confortables …

Avoir un esprit d'équipe et une capacité d'adaptation. Les chantiers sont tous différents.

Avoir aussi une qualité d'écoute avec le client tout au long du chantier.

Quelles sont les différentes missions d'un installateur(trice) de panneaux solaires (ou d'un poseur PV) ?

Estimer la production d'une installation solaire en fonction de la toiture, l'orientation, le degré de pente, l'exposition. Faire une étude du masque (comme les arbres ou les bâtiments qui peuvent gêner). Prendre en compte les impératifs de sécurité sur les chantiers. Estimer le temps et le coût du chantier. Apporter des conseils aux occupants des lieux. L'installation des panneaux. Le raccordement entre les panneaux et le tableau électrique. Le branchement à la Wifi et l'installation du système électrique avec des pinces ampérométriques pour calculer et visualiser la production et la consommation…

Quel est le salaire généralement constaté ?

Entre 1.500 et 2.500 euros brut en fonction de l'expérience et des qualifications.

En quoi ce métier est un métier d'avenir ?

Actuellement, le développement des installations solaires est très important et dans le futur toutes les maisons neuves auront des panneaux solaires à installer dès la construction. A priori, le métier des poseurs PV a encore un bel avenir devant lui ! Avec la montée en puissance des énergies renouvelables et l'évolution rapide des normes et des technologies, seuls les véritables professionnels se feront une place. Il sera nécessaire d'être de plus en plus technique et spécialisé dans les nouvelles technologies comme les systèmes domotiques. Il faudra donc continuer à se former, et régulièrement, car ces technologies ne cessent d'évoluer...

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Baptiste Clarke

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager