En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Commission Juncker : des ONG dénoncent la tentative de sape des politiques environnementales

Gouvernance  |    |  Philippe Collet Actu-Environnement.com

Jeudi 25 septembre, six ONG environnementales, dont la Ligue de protection des oiseaux (LPO), le WWF, France Nature Environnement (FNE) et les Amis de la Terre, ont fait part de leurs craintes concernant la future Commission européenne présidée par le luxembourgeois Jean-Claude Juncker. Elles appellent le Parlement européen "à réagir avec force et à exiger que la Commission européenne non seulement préserve les acquis environnementaux mais inscrive l'environnement, le développement durable et la santé publique au cœur des politiques européennes". Les auditions des futurs commissaires européens se tiendront à partir du 29 septembre.

Le 11 septembre, dix ONG environnementales actives dans les 28 Etats membres et regroupées dans l'alliance Green 10, ont adressé une lettre ouverte à Jean-Claude Juncker afin de lui faire part de "leurs profondes inquiétudes". "La prochaine Commission risque en effet de remettre en cause 25 ans de politiques environnementales européennes", estiment-elles.

Evaluation des directives Oiseaux et Habitats

Elles dénoncent les lettres de mission qui constituent un "recul pour l'environnement" et pointent notamment l'évaluation des directives Oiseaux et Habitats, confiée au futur commissaire en charge de l'environnement, le maltais Karmenu Vella. Elles craignent cette "inquiétante « modernisation »" confiée "au représentant d'un pays déjà condamné par la Cour Européenne de Justice pour non-respect de la directive Oiseaux, et qui devra très probablement faire face à des nouvelles procédures d'infraction dans un avenir proche".

Autre crainte : "l'organisation des vice-présidences n'intègre pas la soutenabilité". Elles estiment que "la désignation d'un vice-président « Energie » uniquement, et non « Climat et Energie », subordonne les questions climatiques à celles de l'énergie". De même, elles déplorent que le commissaire en charge de l'Environnement, des Affaires Maritimes et de la Pêche dépende du vice-président à l'Emploi, la Croissance, l'Investissement et la Compétitivité ainsi que de celui à l'Energie. Selon elles, une telle approche et l'absence de l'environnement des vice-présidences "est le signe d'une Commission qui travaillera sur la base d'un modèle économique dépassé".

Enfin, "les commissaires en charge de l'Environnement et de la Santé voient leurs compétences restreintes, tandis que le commissaire en charge des Entreprises récupère plusieurs dossiers sensibles : relations avec l'Agence européenne des produits chimiques (Echa), cosmétiques, technologies de la santé, médicaments...", estiment les six ONG.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager