En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Perpignan s'engage à devenir la première ville à énergie positive

En signant une convention cadre avec l'Etat, la communauté d'agglomérations de Perpignan s'est engagée à réduire ses consommations d'énergie et à couvrir l'ensemble de ses besoins en électricité par des sources renouvelables d'énergies d'ici 2015.

Energie  |    |  Florence RousselActu-Environnement.com
Alors que la Commission européenne s'apprête à dévoiler son plan d'action pour que l'Europe fasse passer la part des énergies renouvelables dans la consommation totale d'énergie (dite énergie primaire) de 8 à 20% d'ici à 2020, des collectivités locales renforcent leurs engagements.

Exemple, la communauté d'agglomération de Perpignan a signé aujourd'hui, en présence de Jean Louis Borloo, la première convention cadre avec l'Etat et s'engage ainsi à devenir la première ville à énergie positive. L'objectif est de produire avec des sources renouvelables autant voire plus d'énergie que ce dont la ville a besoin.

Consciente de ses atouts climatiques, l'agglomération multiplie les projets dans le domaine des énergies renouvelables depuis plusieurs mois déjà avec l'appui de son pôle de compétitivité DERBI (développement des énergies renouvelables appliquées au bâtiment et à l'industrie). Une centrale solaire d'une puissance de 2,3 MW va ainsi voir le jour à Torreille. 70.000 m2 de capteurs photovoltaïques seront installés sur les toits du marché Saint Charles pour produire plus de 10MWh/an. L'Hôtel de l'Agglomération sera également équipé de panneaux photovoltaïques de même que les tribunes du stade Aimé Giral.
Aujourd'hui, l'agglomération s'engage à aller encore plus loin et initie une réflexion plus globale qui a pour finalité de couvrir, d'ici 2015, 100% des besoins en électricité de la communauté d'agglomération soit les besoins de 200.000 habitants, à partir d'un bouquet d'énergies renouvelables diversifiées.

Pour cela, la communauté de communes prévoit la réalisation d'un parc de production d'énergies renouvelables, dont le point d'orgue baptisé ECOPARC se trouverait sur l'ouest de l'Agglomération. Ce parc d'énergies renouvelables pourrait regrouper un réseau de chaleur pour chauffer 20 à 40 ha de serres rattaché à une usine de traitement de déchets, un parc éolien composant 40 éoliennes de 3 MW chacune, du solaire photovoltaïque (1 MW pour 3 ha, 40 ha envisagés) et une installation de biomasse encore à l'étude. Au final, ECOPARC cumulera une puissance de 135 MW et sera donc capable de subvenir à 75 % des besoins énergétiques de l'Agglomération. La ville prévoit la création de la Zone de Développement de l'Eolien (ZDE) qui devrait être effective en septembre 2008 pour débuter les travaux début 2010. Les fermes solaires pourraient voir le jour dès fin 2008-début 2009, car les procédures et les délais d'exécution sont plus courts que l'éolien. ECOPARC serait complété par deux parcs de panneaux photovoltaïques situés sur la côte : le parc Saint Laurent de 15 ha et le parc Saint-Hippolyte de 20 ha.

Outre le développement des énergies renouvelables, la communauté d'agglomérations compte également travailler à réduire ses besoins énergétiques. Elle prévoit ainsi de mettre en place un programme de rénovation des bâtiments existants qui intégrerait des bilans carbone, des diagnostics énergétiques, des aides aux travaux… Les nouveaux bâtiments publics devraient également être conçus et réalisés pour répondre aux nouvelles normes énergétiques « bâtiments basse consommation » soit une consommation inférieure ou égale à 50kWh/m2/an.

Parallèlement, l'ensemble de l'agglomération s'engage dans de nouveaux plans de transports : nouveau plan de circulation, développement des transports urbains, poursuite du plan vélo, aménagements mixtes, fret ferroviaire et inter-modalité... mais aussi à travers la préservation des espaces et ressources naturelles et sensibles.

À l’échelle de la région, la situation est plus complexe. Un projet de ligne à haute tension prévu entre la France et l'Espagne recueille la colère de nombreux élus et habitants. À l’occasion de la signature de la charte avec la ville de Perpignan, le ministre de l'Ecologie Jean-Louis Borloo a reçu les opposants au projet qui s'inquiètent de l'impact environnemental d'une telle ligne et leur a annoncé la tenu d’un « Grenelle local » pour évaluer la situation.

Réactions10 réactions à cet article

 
élections

et toutes ses bonnes mesures ne sont pas remises en question par un postulant aux municipales??
C'est bon? Tout le monde pousse dans le même sens?

Mamas | 18 janvier 2008 à 23h12
 
Signaler un contenu inapproprié
 
BRAVO Mr le MINISTRE

Quel investissement pour le Développement durable ?
Enfin un bouquet d'énergies renouvelables diversifiées pour toute une agglomération. Bravo Mr le Ministre pour cette mutation écologique révolutionnaire. D'autres régions ne tarderont pas à suivre l'exemple et mettre en place des programmes opérationnels de Développement d'énergies nouvelles, 'région à énergie positive'.

MAMOSA JEAN LOU | 19 janvier 2008 à 08h48
 
Signaler un contenu inapproprié
 
vive le vent !

Cet engagement de l'équipe municipal de Perpignan est sans doute a l'image de leur projet , un coup de vent... Mais bon je serais curieux de voir si les habitants s'emparent et s'investissent du projet.

Simon | 19 janvier 2008 à 13h49
 
Signaler un contenu inapproprié
 
on croit rêver !

Que Perpignan devienne leader de l'écologie tend à me faire rire, jaune évidemment . Tout est fait dans cette ville (que j'aime et habite depuis 20 ans) pour favoriser la voiture et entraver les transports en commun : pratiquement pas de voies de bus, ronds-points magnifiquement paysagés, parkings, voies rapides... Se déplacer à pied ou en vélo est suicidaire, autant par l'air vicié qu'on y respire, que par l'agressivité des 4/4 et des berlines vous refusant le passage sur les clous. Que dire d'un pont nommé Arago à 4 voies , avec vitesse limitée à 70, autorisé aux piétons et qui permet à des milliers de véhicules l'entrée dans la ville ? Beaucoup de vent, beaucoup de promesses en cette péroide électorale !

Anonyme | 24 janvier 2008 à 16h46
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Absurde

Le recours systématique au photvoltaïque (la technologie solaire à la fois beaucoup plus cher et avec un rendement beaucoup plus faible que le solaire thermique) n'a aucun intérêt pour des instalations de grande puissance et encore moins pour du chauffage.
Y-a-t'il une réflexion - autre que celle des vendeurs de photovoltaïque - avant de lancer de tels projets ? ?

coucou | 28 janvier 2008 à 18h12
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Absurde

BONJOUR,
C'est bien de réagir, mais auriez vous des lectures à nous conseiller pour nous permettre d'être mieux informer sur l'énergie solaire, et de son mode d'utilisation.
Sylvie

sylvie | 09 juin 2008 à 11h39
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Absurde

Je ne crois pas cela si absurde. Le photovoltaïque produit une quantité d'énergie d'une certaine puissance. Vous, vous pensez que ça ne suffit pas par rapport à celle dont on a besoin. Vous mettez le doigt sur la solution... il faut consommer moins.
Comment se fait il qu'une imprimante scanner de marque X ait une puissance en fonctionnement de 35Watt alors que la marque Y 190Watt. Une maison qui possède uniquement des appareils de faibles consommation peut couvrir la totalité de sa consommation avec du photovoltaïque...
Mieux encore, elle peut envisager produire plus qu'elle ne consomme.
Quand au chauffage, qui dit chauffage dit déperdition de chaleur, il faut alors régler le problème à la source et isoler le bâtiment. Un Batiment à energie positive est si bien isolé que la simple flamme d'une bougie permet d'augmenter sa température.

Qu'en dites vous ?

Monsieur Energie Positive | 16 octobre 2008 à 12h43
 
Signaler un contenu inapproprié
 
reaction pertinente a mon sens

bonjour,
un petit point s'impose ici, je suis spécialiste en energie solaire photovoltaique et je l'enseigne a l'université de perpignan, (charger d'affaire et enseignant vacataire), le photovoltaïque ne sert pas a chauffer l'eau, pas du tout, la technologie thermique n'as rien a voir, le photovoltaïque produit de l'éléctricité, et les rendement sont pas mal du tout, la centrale de perpignan est une tres bonne chose pour notre économie locale, le chantier va faire travailler que des artisant locaux, (fondeville et autre...) et il y auras de l'entretient sur cette centrale, de plus la ville seras presque autonome dans le sens ou cette centrale produira énormement d'éléctricité.
bref attention, il faut savoir de quoi on parle avant de publier une critique sans fondement.

teuteuf | 17 janvier 2010 à 18h48
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Des documents sur les systèmes photovoltaïques

J'entand parler des panneaux solaires depuis vingt ans, à l'époque les premières pompes à eau étaient installées en Afrique pour distribuer l'eau dans les déserts pour les troupeaux. Cherchant à en savoir plus j'ai participé à des réunions de Bruxelles, aux USA avec ONG, Armées et spécialistes. Concernant la recherche dans ce domaîne, un fond de 5 miliard d'euro doit soutenir progressivement l'évolution de la technologie en Europe. Mes recherches de terrain montrent que les utilisateurs sont satisfait de leur investissement qu'il soit à but financier ou d'auto-suffisance énergétique. Certes le coût réel de l'électricité photovoltaïque est évalué à 467 euro/KW mais la technologie est durable.

reporter-rdm | 25 septembre 2010 à 23h00
 
Signaler un contenu inapproprié
 

9 MW sur 7 ha....0,8 MW par hectare ! Tricastin : 3700 MW sur 35 Ha soit 100 MW par hectare...Faudra-t-il recouvrir entièrement la France de panneaux solaires pour remplacer le nucléaire ?
55 Millions pour 9 MW ..soit 6 millions par MW...Tricastin : 6 Milliards pour 3700 MW soit 1, 6 millions par MW ! Qui paiera le surcoût ? Nous, les consommateurs !
Et que ferons nous des déchets au bout de 20 ans ? Les panneaux contiennent des métaux rares très toxiques... Et quand il n'y a pas de soleil, on éteint la lumière pour accentuer encore l'assombrissement ?

baptiste | 12 octobre 2011 à 12h30
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…